mardi 12 avril 2016

La bière est le vin de ce pays, une expo du Musée juif de Munich

Pot en grès, vers 1880
Photo Musée juif de Munich
La Bavière fête les 500 ans du Reinheitsgebot, un décret sur la pureté de la bière qui précise les règles de production et de commercialisation de la bière à l´échelle du Land de Bavière, un décret édicté le 23 avril 1516 par le duc Guillaume IV de Bavière.  Ce décret bavarois fut préservé lors de l´entrée de la Bavière dans l'Empire allemand en 1871, pour protéger les brasseurs bavarois de la concurrence des producteurs des autres Länder. En 1906, le Rheinheitsgebot s´étendit à l´ensemble du pays.

Plusieurs expositions s´intéressent cette année à l´histoire de la bière en Bavière. C´est également le cas du Musée juif de Munich, situé juste en face du Musée de la ville de Munich qui présente lui aussi une expo consacrée au même sujet. L´occasion pour le visiteur de faire d´une pierre deux coups en visitant les deux expos!

La bière est le vin de ce pays.
Une exposition temporaire du Musée juif de Munich

Du 13 avril 2016 au 08 Janvier 2017

Le Musée juif de Munich a saisi l´occasion de l´anniversaire du Reinheitsgebot pour présenter l´histoire de la bière dans la tradition et la culture juives.

Dans l'Egypte ancienne, la bière était une boisson populaire et c´est là que les Israélites apprirent à la connaître. Pour eux, la question se posa de savoir si la bière peut être casher et si elle peut être utilisée en lieu et place du vin pour les rituels. La réponse du Talmud est que si la bière est la boisson principale d´un pays, alors "La bière est le vin de ce pays» et elle peut être utilisée.

L´exposition s´intéresse notamment à la fameuse étoile des brasseurs et étudie la question de sa similitude avec l´étoile de David. L'étoile des brasseurs est un symbole alchimique ancien dont l'usage est attesté dès 1397 dans la communauté des brasseurs et des malteurs. Bien que ressemblant à l'étoile de David et ayant certainement une origine commune en Bohème au Moyen Âge, les deux hexagrammes se sont ensuite séparés (bien que les Juifs eurent par la suite dans le domaine brassicole les malteries en charge dans certains endroits comme l'Alsace et la Bavière). Représentation symbolique de l'alchimie brassicole mettant en œuvre les quatre éléments (terre, feu, eau, air), elle servait au départ à éloigner les esprits malins ou les incendies afin de protéger la bière. Bien vite elle devint une enseigne signalant une brasserie, notamment dans le monde rhénan et bavarois. On la trouve aussi sur les récipients contenant de la bière. Son usage déclina à partir du 18e siècle (source Wiki pour cette partie).

Les commerçants juifs jouèrent longtemps un rôle des plus important dans le commerce du houblon. De nombreux Juifs munichois se spécialisèrent également dans l´industrie de décoration des chopes et  de la fabrication de leurs couvercles d´étain.  

Timbre réclame de la brasserie
Union (1910)
Photo Musée juif de Munich
L´exposition s´intéresse ensuite à l´histoire des brasseries juives dans et autour de Munich. La famille seigneuriale von Hirsch, de confession juive, construisit en 1836 à Planegg une des premières brasseries industrielles modernes bavaroises, qui, au cours de ses cent années d´existence,  servit de modèle à  d'autres usines de brassage. La brasserie Union fut fondée en 1895 par Josef Schülein, qui était originaire d'une petite communauté juive rurale en Franconie centrale Sa brasserie devint   rapidement la deuxième brasserie de Munich. Avec son fils Hermann, ils fusionnèrent en 1921 avec la brasserie Löwenbräu. Josef Schülein se retira dans son château de Kaltenberg, et Hermann devint le directeur général de la grande brasserie, qu´il orienta aussi vers l'exportation. Après sa démission forcée imposée par les nazis, il émigra aux Etats-Unis, à New York, où il fit de la brasserie Liebermann avec sa bière "Rheingold" une des plus grandes brasseries des Etats-Unis. Ses méthodes de publicité innovantes telles que l'élection annuelle de "Miss Rheingold" ou  l'utilisation de stars en publicité (telles que Louis Armstrong, Nat King Cole, Marlene Dietrich, Ella Fitzgerald ou John Wayne) restent encore aujourd´hui exemplaires dans le domaine du marketing publicitaire.

Enfin l'exposition présente la culture contemporaine de la bière en Israël, une culture riche en productions artisanes et qui est fortement influencée par les traditions brassicoles allemandes.

Un catalogue très documenté accompagne l´exposition:

Lilian Harlander, Bernhard Purin,
Bier ist der Wein dieses Landes. Jüdische Braugeschichten
Volk Verlag, München 2016
256 pp., 29,90 €

Source et plus d´infos en allemand  sur le site du Musée juif de Munich.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire