jeudi 29 septembre 2016

Brünnhilde dessinée par Hans Thoma



Un dessin de Hans Thoma paru dans le numéro 41 du périodique Jugend en 1900. Le deuxième numéro que ce périodique consacre à Wagner depuis sa création en 1896.

Jugend – Münchner illustrierte Wochenschrift für Kunst und Leben (Jeunesse : hebdomadaire munichois illustré d'art et de vie quotidienne) est une revue artistique et littéraire créée par Georg Hirth et publiée entre 1896 et 1940 à Munich.

Jugend est à l'origine de l'expression « Jugendstil », mouvement qui fut le pendant en Allemagne de l'Art nouveau, ce qui montre, parmi d'autres événements parallèles, l'influence de cette revue sur le monde artistique et littéraire de son époque, du moins en Allemagne.

Un dimanche à Herrenchiemsee en août 1887


En 1887, pour se rendre à Herrenchiemsee, on pouvait prendre le train de Munich à Prien, puis emprunter la Chiemsee-Bahn, un tronçon ferroviaire de 1,9 km qui relia dès cette même année la gare de Prien à Prien-Sock, lieu de l´embarcadère pour les îles. On s´embarquait ensuite sur un des vapeurs desservant l´île, comme le Ludwig Fessler ou le Luitpold (photo 2  et 3 ci-dessous). On aura peut-être emporté un guide comme celui qui figure sur les photos 4 et 6, consacré au "Versailles bavarois" en 1887.En allemand, des guides sont publiés dès 1886. On peut lire ce guide en ligne sur le site de la Bayerische Staatsbibliothek. Un guide en anglais a déjà également été publié à l'attention des visiteurs anglophones dès 1887 (photo 5).

Selon le dessin de couverture de l´Illustrirte Zeitung publié à Leipzig le 16 août 1887, quatorze mois après le décès du Roi Louis II de Bavière, la foule se presse nombreuse pour visiter le château d'Herrenchiemsee. Le dessin représente le public, bourgeois et gens du peuple confondus, admirant la chambre du défunt Roi Louis. Un gardien en uniforme et porteur d´un grand jeu de clés, donne des explications.

Si vous lisez  allemand en écriture gothique, vous trouverez en fin de post l'article publié en page 2 de l´Illustrirte Zeitung.


Chiemsee-Bahn 1887









Des châteaux de rêve? Les constructions de Louis II comme objets de tourisme et de publicité.Une expo au musée de Prien.



Cette intéressante petite exposition se tient au musée de la ville de Prien (Heimatmuseum) au bord du lac de Chiem. Elle rend compte de l´ouverture des châteaux du Roi Louis II de Bavière au public peu de temps après son décès. Des touristes affluèrent en nombre vers les "lieux saints", et depuis leur flux n´a cessé d´augmenter. Le curateur de l´exposition est l´historien de l´art Marcus Spangenberg qui s´est intéressé au développement des châteaux en tant que lieux d´attraction touristique et qu´objets de publicité. Il y présente sa collection personnelles de plus de 200 objets qui documentent tant l´engouement du public que celle des médias et des efforts du gouvernement bavarois pour promouvoir le tourisme thématique ayant la personne du Roi et de ses constructions pour objet. Une exposition essentiellement documentaire qui présente des photos anciennes, des articles de presse, des affiches touristiques ou des objets publicitaires ou des souvenirs destinés aux touristes.

Jusque au 23 octobre 2016 au Musée de la ville de Prien. Le musée est ouvert du mardi au dimanche de 14 à 17 heures.

Une publication de Marcus Spangenberg et Bernhard Lübbers accompagne l'exposition:

Marcus Spangenberg / Bernhard Lübbers, Traumschlösser? Die Bauten Ludwigs II. als Tourismus- und Werbeobjekte, Dr. Peter Morsbach Verlag, Regensburg 2015
ISBN: 978-3937527833
249 pages, 19,95 EUR




Oktoberfest: le Münchner Kindl du jour fait un tour de manège (14)


Timbre émis par les postes allemandes en 2010 à l´occasion du 200ème anniversaire de l'Oktoberfest.

mercredi 28 septembre 2016

Hohenschwangau: le comble du kitsch dans la collection de porcelaine de Nymphenburg

Dans les collections de porcelaine du château de Nymphenburg, présentées au premier étage du Marstallmuseum, on tombe nez à nez avec ces deux pots d´un goût très discutable, et que le conservateur du musée ne semble pas avoir attribué, du moins le visiteur ne trouve-t-il pas d' étiquette.

Deux pots à couvercles qui veulent imiter sans doute le château de Hohenschwangau, ici une tour à créneaux surmontée comme le château d´un grand cygne. Sur le pot du fond, on peut voir des scènes de bergers et de bergères en montagne. Le premier présente des châteaux et des paysages de la région de Hohenschwangau. Une des facettes représente le Marienbrücke, qui semble encore en bois, ce qui permet de supposer que les pots sont antérieurs à 1866, année où le pont fut reconstruit en métal par la maison Eisengießerei Klett & Comp (aujourd'hui MAN).





Hohenschwangau

Marienbrücke
Ruine de Falkenstein



Alpensee
Ehrenberg (Reutte)

Chiemsee: les portraits de Louis II au musée de Prien

Couvercle en étain pour une chope à bière


La dernière photo de Louis II

Portrait de Louis II par August Spieß, réalisé en 1884 au départ d´une photographie du Roi

Chiemsee: l'île aux Dames / Fraueninsel, un joli coin du paradis bavarois


L'île fait 300 m de large et 600 m de long pour une superficie totale de 15,5 ha. Sa population est de 250 habitants environ.

La pointe de l'île est occupée par un couvent de religieuses bénédictines fondé par le duc Tassilon III de Bavière en 782 ; c’est cette présence de religieuses qui lui a valu son nom d'île aux Dames. Reconstruit après les invasions hongroises, le couvent a connu son âge d'or du 11e au 15e siècle. Ses bâtiments ont été à nouveau reconstruits entre 1728 et 1732. Au moment de la sécularisation en 1803, il a perdu son statut de monastère, qui lui a été restitué en 1837 par le roi Louis Ier de Bavière.

Sainte Imrengarde

Dans l´église du monastère on vient prier Sainte Imrengarde, très vénérée dans le Chiemgau, et qui est réputée pour ses intercessions en faveur des malades, comme en témoignent les nombreux ex-votos exposés dans l´église. 

Irmengarde de Chiemsee, parfois orthographié Ermengarde, (en allemand : Selige Irmgard, ou Irmengard), née vers 831/833 à Ratisbonne et morte le 16 juillet 866, est la première abbesse de Frauenchiemsee, de 857 jusqu'à sa mort. Elle est déclarée bienheureuse. Membre de la dynastie carolingienne, elle la seconde fille du roi Louis II de Germanie et de sa femme Emma de Bavière.

Nées dans la cour du roi Louis, en Bavière, Irmengarde et ses sœurs sont destinées à la vie monastique. Elle est élevée dans l'abbaye bénédictine de Buchau enSouabe.
Vers 850, le roi Louis nomme Irmengarde abbesse du monastère de Frauenchiemsee, fondé en 782 par le dernier Agilolfinge, le duc Tassilon III de Bavière, qui a acquis depuis 788 le statut d'abbaye impériale. Sous la direction d'Irmengarde, les locaux vétustes sont restaurés et l'ancien chapitre de dames nobles est transformé en un couvent de religieuses bénédictines.

Irmengarde est vénérée dès le début du xie siècle, lorsque l'Abbé Gerhard transfère ses reliques à l'abbaye de Seeon en 1004. Son culte n'est cependant officiellement reconnu qu'en 1928 par le pape Pie XI, sur l'initiative du cardinal Michael von Faulhaber. Irmengarde est béatifiée le 17 juillet 1929.

Son jour de fête est le 16 juillet.


Reportage photographique

Pour la Fraueninsel on embarque à Prien ou à Gstadt



























Une spécialité de l´hôtel Zur Linde, un délice