mercredi 20 juin 2018

20 juin 1886. L'hommage du Kikeriki au roi Louis II de Bavière.




Le journal satirique viennois Kikeriki  du 20 juin 1886 rendait à sa manière hommage au roi Louis II de Bavière en publier ces dessins intitulés "Les cercueils". La légende.

"Les cercueils de tous les souverains défunts d'Europe reçoivent de tels emblèmes [un casque de parade de commandant en chef des armées, des médailles et une épée].

Sur le cercueil du roi de Bavière, amoureux de la paix et surtout passionné des arts nobles, voici les emblèmes qui auraient sans aucun doute été plus appropriés [un cygne et une lyre].



Caricature silhouette de Richard Wagner au bord du lac Leman en janvier 1866

Richard Wagner's Klagelieder am Genfersee und sein jetziges Publikum
Richard Wagner au lac Leman et son public actuel

Une caricature publiée dans le Kikeriki (hebdomadaire satirique viennois) en janvier 1866 suite aux déboires munichois du compositeur et de son départ précipité pour la Suisse le 10 décembre 1865 .

mardi 19 juin 2018

Hans Makart - Le baiser de la Walkyrie


Le baiser de Brünnhilde au héros Siegmund. L'oeuvre est conservée au Musée national de Stockholm.

Les revendications financières de Wagner, une caricature du Floh en janvier 1877


Zu den Subventions-Ansprüchen Wagner's
Wagner: Bei Deiner Vorliebe für Milataria solltest Du auch den resten Tambour Deutschlands unterstützen.

Le journal hebdomadaire satitrique viennois Der Floh publie le 28 janvier 1877 en page 4 cette caricature représentant Richard Wagner s'adressant à la Germania*. Le texte:

A propos des revendications de subventions de Wagner:
Wagner: Avec ta prédilection pour les armes tu devrais aussi soutenir le premier tambour de l'Allemagne.

*  La Germania est l'allégorie de l'Allemagne toujours représentée sous les traits d'une femme plus ou moins guerrière, proche de l'image d'une Walkyrie, porteuse d'attributs militaires: couronne impériale, cuirasse, épée et bouclier.

lundi 18 juin 2018

La Walkyrie de Hans Makart

La Walkyrie, huile sur toile, 125,7 x 82,6 cms 

L'oeuvre fut créée en  1877. Elle est aujourd'hui conservée au Bass Museum of art de Miami.

Elle fut insérée dès 1888 dans le livre de Clarence Cook Art and artists of our time (publié chez S. Hess à New York, p. 177) comme représentative de l'art de Hans Makart.



Post précédent sur le sujetHans Makart - Rheingold / Son exemplaire du poème de Parsifal