lundi 18 janvier 2016

En 1953. Jean Cocteau créait La Dame à la licorne au Theater-am-Gärtnerplatz. La nouvelle exposition du Deutsches Theatermuseum nous le rappelle.

Cocteau entouré de BorisTrailine, Veronika Mlakar et  Geneviève Lespagnol.Une photo de Horst Giessner (Archives du Theater-am-Gärtnerplatz)
En 1953, Jean Cocteau a pour la première fois créé un de ses ballets en dehors de France. Il s´agit du dernier ballet représenté du vivant de l´auteur et c´est au Theater-am-Gärtnerplatz de Munich que cela s´est passé, comme le rappelle l´excellente exposition rétrospective que l´on peut actuellement visiter au Deutsches Theatermuseum de Munich. L´événement est également décrit et illustré dans le livre que Stefan Frey vient de publier à l´occasion du 150ème anniversaire du Theater-am-Gärtnerplatz: 150 Jahre Gärtnerplatz Theater (Henschel Verlag, 2015, pages 146 et 147).

Pour ce ballet chorégraphé par Heinz Rosen sur une musique de Jacques Chailley, Cocteau a écrit l´argument et créé les maquettes, les décors et les costumes. Le ballet fut créé à Munich le 9 mai 1953. Quelques années plus tard, le 28 janvier 1959, le ballet était présenté à l´Opéra de Paris.

Ce ballet s´inspire des fameuses tapisseries de la Dame à la licorne conservées au musée de Cluny à Paris où l´on peut voir une dame d´une beauté et d´une élégance extraordinaires représentée entre un lion et une licorne devant une tente entrouverte qui porte la devise 'A mon seul désir'. Le lion incarne la Force, et la licorne la Pureté, deux forces antagonistes que le ballet de Cocteau met en scène. La force finira par triompher de la pureté, Eros rencontre Thanatos et la dame perdra sa virginité. Dans l´argument développé par Jean Cocteau, une jeune fille nourrit sa licorne avec des fleurs de lys mais, devenant la Dame, finit par céder aux avances du chevalier au lion. La licorne brise le miroir et meurt. Le chevalier abandonne la dame qui reste seule.

La presse de l´époque, citée par Stefan Frey dans son remarquable ouvrage évoque l´extraordinaire succès remporté par la chorégraphie de Cocteau. Frey rapporte encore qu´après la première, le Consul général de France à Munich donna un souper en l´honneur de Jean Cocteau à l´hôtel Bayerischer Hof.

On peut rêver qu´un jour le Theater-am-Gärtnerplatz remette à l´affiche ce ballet  reconstitué. En attendant, la visite de l´exposition du Deutsches Theatermuseum est certainement un des musts munichois de l´hiver 2016.
Liane Daydé dans le ballet de Jean Cocteau, La Dame à la Licorne, 1953
Photographie de Serge Lido
BnF, ASP, NEG-PHO-29 (50)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire