mardi 19 mai 2015

Dance 2015 se termine en apothéose avec le Vader de Frank Chartier (Peeping Tom)


Les organisateurs de Dance 2015 ont clôturé leur festival en point d´orgue en choisissant pour les deux dernières soirées un spectacle qui, depuis sa création couronnée de succès il y a un an au Theater im Pfalzbau  de Ludwigshafen, a déjà reçu une grande reconnaissance internationale: la pièce a été élue Meilleur Spectacle de Danse de l'année 2014 par le quotidien néerlandais NRC Handelsblad et, en 2015, le jury des 'Premios de la Critica Barcelona' a désigné Vader comme 'Meilleur spectacle international de danse' de l'année 2014 en Catalogne et à Barcelone. 

La compagnie Peeping Tom de Franck Chartier et Gabriela Carrizo a présenté deux spectacles de conceptions très différentes pendant le festival qui vient d´avoir lieu à Munich mais qui ont en commun la perte des repères dans un espace confiné. Dans The Land, des villageois évoluent dans un village miniaturisé, un monde qui apparaît charmant mais qui révèle progressivement la face sombre et horrifique de l´inhumanité. Vader, qui se déroule dans la salle commune d´une maison de retraite, un lieu polymorphe qui sert à la fois de réfectoire et de salle de spectacles, nous conduit aux frontières de la vie et de la mort en donnant à voir les pénibilités de la vieillesse et des déchéances physiques et mentales et le monde intérieur déjanté tant des patients que du personnel soignant et des gestionnaires du home. Franck Chartier met en scène un spectacle total de théâtre et de danse qu´il a monté avec une créativité d´une intelligence rigoureuse qui ne néglige aucun détail. Sa chorégraphie joue sur les rythmes, avec des accélérations et des ralentis, et des arrêts sur images où les protagonistes se figent soudain au moment même où l´action semblait prendre de la vitesse. Une chorégraphie qui exige une minutie d´exécution millimétrée de la part de la troupe des acteurs danseurs. Ainsi, au début du spectacle, de cette danseuse qui entre sur scène portant un sac à la main, un sac qui semble soudain doté d´une vie propre et qui se met à contrôler et à diriger les mouvements de la jeune femme. Les arrêts sur images servent aussi de sas entre la description du réel et des moments de délire dansé où les corps sont pris de convulsions hystériques et se contorsionnent à terre dans des figures qui exigent une souplesse à la limite du démembrement. Franch Chartier et ses acteurs danseurs créent  un théâtre du mouvement et de la limite, limite entre le rêve et la réalité, où la vérité de l´instant présent est constamment dérangée par le souvenir, l´oubli ou la démence, un théâtre aussi qui décortique avec une vision pénétrante les tendresses et les mesquineries des relations humaines.

Tous ces acteurs sont fabuleux. Dans ce spectacle, primus inter pares, Leo De Beul joue le rôle du père (vader en néerlandais) avec un talent pétillant d´intelligence scénique qui déploie toutes les facettes de la personnalité complexe d´un homme dont on peut croire qu´il fut riche et puissant et qui dans son déclin est dominé par ses pulsions, souvent érotiques, et ses lubies. Les résidents et le personnel du home, les visiteurs aussi évoluent autour de cette figure centrale et forment comme une caisse de résonance à ses lubies. Franck Chartier aborde le thème de la vieillesse et de la décrépitude des vies finissantes dans les maisons de retraite avec réalisme, humour, indulgence et tendresse. Ce spectacle donne sa vérité sans concession mais avec le sourire d´une ironie empreinte d´humanité.

Vader est la première partie d´une trilogie familiale annoncée dont on se réjouit de voir les deux autres volets. Dans les mois qui viennent, le spectacle sera présenté dans plusieurs villes françaises, en Belgique et en Allemagne. Voir le site de la compagnie Peeping Tom.

Trailer

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire