vendredi 26 décembre 2014

Le Cirque Krone a ouvert brillamment sa saison 2015

Jana Mandana et son amie l'éléphante Bara
Le Cirque Krone fait traditionnellement sa joyeuse entrée dans la saison d'hiver le jour de la Noël. C'était comme d'habitude le cas hier soir où le Cirque Krone a donné le premier des ses trois spectacles dont les représentations dureront jusqu'au 31 janvier 2015. Le Cirque a ouvert sa saison en fanfare avec l'excellent orchestre ukrainien placé sous la direction d'Oleksander Krasyun et Nicolai Tovarich dans le rôle de Monsieur Loyal.

En première partie, on a assisté aux sauts acrobatiques de la Troupe de Dalian qui effectuait ses sauts au départ d'une balançoire chinoise double avec d'abord une réception au sol, ensuite dans une immense toile tendue de haut en bas qui reçoit de plein fouet les corps projetés des acrobates qui se laissent ensuite glisser vers le sol. Les sauts et les pirouettes deviennent au fil du numéro de plus en plus périlleux! Krenzola Jr vient ensuite présenter sa basse-cour digne d'une arche de Noé avec ses coqs, ses oies et même son dindon, qu'accompagnent d'autres volatiles comme de superbes cacatoès et de blanches colombes, et que côtoyent sans se dévorer ni même se chamailler quelques chiens, petits et grand, des chats et même un renard qui se retient de croquer la volaille. Shirley Dean a dû être remplacée en dernière minute par l'excellent jongleur russe Dimitri Tschernow qui jongle avec de grosses balles blanches dans un costume futuriste digne des voyages spatiaux. Il est suivi d'un étonnant numéro de capilotraction, d'autant plus intéressant que ce type de numéro a quasi disparu des scènes de cirque: deux magnifiques cubaines, le Duo Capilar,  aux costumes des plus suggestifs, -elles portent des maillots noirs aux bustiers rouges qui moulent les formes de leurs corps athlétiques, une jarretière et des hauts talons ajoutent à leu tropicale sensualité-, exécutent des acrobaties aériennes suspendues par leurs seuls cheveux. La célèbre et très attendue Jana Mandana entre ensuite en scène avec Bara, son éléphante amie et complice. Les deux dames se connaissent depuis longtemps et travaillent en total confiance dans une parfaite harmonie pour ce numéro émouvant de professionnalisme et de tendrese. Jana Mandala raconte que la complicité est telle entre elle et l'éléphante que cette dernière a signalé il y a quelques années à la dompteuse qu'elle était enceinte en venant à plusieurs reprises lui caresser délicatement le bas du ventre avec le bout de sa trompe. Une visite au médecin a confirmé ce que l'éléphante avait perçu avec son seul instinct maternel. On comprend mieux que Jana Mandana ose se laisser porter dans la puissante mâchoire de Bara ! L'éléphante se montre capable des figures d'une grâce et d'une légèreté inouïes au vu de sa masse et de son poids ! On a le souffle coupé par le dernier numéro de la première partie : un numéro à la haute perche par la troupe russe Champions, qui mérite bien son nom. Ce sont là des athlètes-acrobates fabuleux dont les prouesses dépassent l'entendement. La moindre erreur ferait s'écrouler l'édifice incertain des hautes perches qui se superposent : deux athlètes portent un perche à deux portants sur leurs épaules au sommet de laquel vient se jucher un autre athlète qui à son tour place la base d'une perche sur son front. Une perchiste escalade alors cet échafaudage incertain pour venir réaliser au sommet une délicate contorsion acrobatique. Du tout grand art ! Ce numéro exceptionnel est d'ailleurs répertorié au Guiness des records !

Tout le spectacle est ponctué des différents numéros des clowns musiciens de la Famille Streza. Les Streza nous donnent différents numéros en interprétant  des personnages à chaque fois différents. L'opéra est deux fois à l'honneur avec le grand air de Figaro et le grand air de la reine de la Nuit interprété avec une marionnette grandeur nature qui tient de Miss Piggy et de la Castafiore. La marionnette chante à se décrocher la mâchoire et pousse des notes si hautes que son cou finit par se distendre et par s'allonger de manière démesurée. Un super numéro de clownerie musicale fait intervenir des instruments plus improbables les uns que les autres, dont une très belle scie musicale. Une troupe inventive de grande qualité qui renouvelle l'art de la clownerie!

Martin Lacey Jr en dialogue avec une lionne
La seconde partie du spectale commence par le clou de la soirée, le grand numéro du dompteur attitré du Cirque Krone, Martin Lacey Jr qui nous présente un numéro sans pareil avec douze dames lionnes qui semblent se comporter avec le dompteur comme des animaux familiers. Ici aussi il s'agit d'une histoire d'amour, de complicité et d'harmonie. Et pourtant ce sont là des carnassiers redoutables qu ce magnifique dresseur parvient à faire se mouvoir dans de belles chorégraphies. Un autre maître surveille cependant  le manège des lionnes: c'est le lion-maître Kasanga qui règne sur son trône tout au haut de la cage. S'il semble vouloir ignorer le ballet de ses lionnes, ce n'est sans doute qu'une apparence que se donne ce Roi du cirque, qui ne perd pas un seul moment ses femmes de sa prunelle à demi-fermée! Martin Lacey Jr nous offre un spectacle légendaire, consacré par un Clown d'or et un Clown d'argent au festival de Monte-Carlo. L'espagnol Nicol Nicols danse ensuite le flamenco sur une corde tendue, sur laquelle il effectue de plus des pirouettes acrobatiques dont un saut complet et un saut effectué au travers d'un cercle vers l'intérieur duquel pointent les lames de poignrds menaçants. Jana Mandana revient ensuite avec six magnifiques chevaux étalons à la robe de feu pour une symphonie chevaline où règne l'harmonie et la douceur de la chorégraphie. la science du dressage de Jana Mandana  va jusqu'à faire sortir un cheval dressé sur ses pattes arrières à reculons! Elle est suivie du numéro du Duo Fusion, des artistes en provenance des Etats-Unis, qui travaillent à la force du poignet et où l'on voit la femme effectuer l'effort de force pendant une partie du numéro: c'est elle elle qui porte son partenaire dans des postures qui défient les lois de  l'équilibre et exigent une précision absolue. Virgina Tuelles et Giovani Perez, un couple à la scène comme dans la vie, terminent leur spectacle par un tango érotique qui met une dernière fois en valeur la beauté de leurs corps parfaits. La soirée se termine par une sensation aérienne aux élastiques benji orchestrée par la troupe Chy Fu Dey dans le feu d'artifice coloré de leurs costumes arc-en-ciel et de leurs coiffures aux crêtes multicolores.

Un somptueux mélange de tradition et de modernisme sous le magnifique chapiteau du Cirque Krone! Jusqu'au 31 janvier. 

Pour réserver, cliquer ici

Trailer

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire