vendredi 22 octobre 2010

Expo Gabriel von Max à la Kunstbau: entre darwinisme et ésotérisme



GABRIEL VON MAX (1840–1915)
ARTISTE, DARWINISTE, COLLECTIONNEUR ET SPIRITE
KUNSTBAU
OCT 23, 2010 - JAN 30, 2011 Mardi à dimanche et jours fériés, de 10-18H


Gabriel von Max (1840–1915), qui fut tout à la fois artiste, spirite et darwiniste, fut à maints égards une figure marquante et charismatique à la fin du dix-neuvième siècle. Il se passionna pour l'histoire du développement de l'humanité et s'interrogeant tant sur ses origines que sur son futur. L'exposition d'automne de la Lehnbachhaus et du Kunstbau présente une rétrospective exhaustive de l'oeuvre de von Max. Elle présente les diverses facettes de la personnalité de ce peintre à l'imagination créative extrêmement riche. Les intérêts de Gabriel von Max englobaient tant la peinture que l'histoire naturelle, l'ethnologie et l'ésotérisme. L'homme était aussi collectionneur et avait acquis une connaissance encyclopédique de l'art, de la culture et de la science de son temps. Dans son oeuvre picturale, on retrouve ces différents intérêts. Ainsi de ce tableau d'un singe qui considère un squelette.

Gabriel von Max, qui a vécu ses années de formation à Prague, Vienne et Munich, a connu le succès dès 1867 avec sa peinture intitulée "Le martyr chrétien". Il devint alors ne des personnalités artistiques les plus influentes dans les cercles praguois et munichois.
Son oeuvre comporte une perspective historique et mythique, -il peint des scènes chrétiennes, littéraires ou mythologiques. Il se fera une réputation de peintre des âmes, avec une peinture qui aborde la thématique de l'amour, de la religion, de la mort et de l'au-delà. Mais il développa aussi un langage pictural qui lui est propre avec une iconographie qui inclut les études anatomiques, la vivisection et les théories darwiniennes de l'évolution. vers la fin du siècle, il se concentra de plus en plus sur les sujets scientifiques. C'est de cette dernière période que datent ses fameux portraits de singes qui connurent un succès immédiat.

Max fut en même temps un collectionneur assidu: il rassembla une collection centrée sur les objets anthropologiques, zoologique, préhistoriques et et ethnologiques qui comporte plus de 60000 pièces. Sa collection est aujourd'hui essentiellement préservée au musée Reiss-Engelhorn de Mannheim.
Une visite à l'intérêt artistique et éducatif remarquable!
Plus de reproductions de ses peintures: cliquer ici.


(Largement traduit et inspiré du texte de présentation de l'exposition par Madame Karin Althaus, conservateur)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire