jeudi 15 mars 2018

Les peintures wagnériennes d'Alcide Le Beau

Alcide Le Beau,  La Walkyrie, la chevauchée fantastiqe

La galerie parisienne Louis le Grand, 32 rue Louis-le-Grand,  organisait en 1909 une exposition Alcide Le Beau (1873-1943) où le peintre symboliste fauviste présentait une série de toiles aux thèmes wagnériens. La Chronique des arts et de la curiosité : supplément à la Gazette des beaux-arts en faisait le compte rendu dans son édition du 9 mai 1914.


EXPOSITION ALCIDE LE BEAU 

(Galerie Louis le Grand) 


M. Alcide Le Beau est un symboliste : il a voulu transposer en une série de toiles la Tétralogie et Parsifal, rendre par des moyens plastiques les émotions suscitées par la musique ; symboliste, il l'est encore, parce qu'il choisit pour signifier une œuvre les moments qui lui semblent les plus caractéristiques : Parsifal, c'est Le Cygne blessé, Le Château magique, Les Filles-fleurs, Kundry, Le Signe de la croix, L'Enchantement du Vendredi Saint, Vers le Graal; il l'est aussi, parce qu'il évoque une œuvre où évoluent et agissent des personnages par des paysages où l'on entrevoit bien la chevauchée des Walkyries et le Cygne blessé, mais où n'apparaissent ni Parsifal ni Siegfried : il ne s'agit pas là d'illustrations du drame musical, mais de symboles. C'est pourquoi le Crépuscule des dieux devient le Rhin joyeux, perfide, endormi, en colère, en sang, le Rhin mort, le Rhin funèbre, le Rhin en feu ; le Rhin est le symbole des états d'âme successifs qu'excite l'œuvre wagnérienne.

Aussi lorsque l'émotion s'enveloppe de mystère et de charme, M. Le Beau se refuse t-il à trouver des formes trop précises : les Filles-fleurs de Parsifal sont évoquées simplement par des harmonies colorées. La tempête de la Walkyrie est rendue par des accumulations de pâte, plaquées au couteau ; on ne distingue pas un dessin, mais un mouvement, une sorte de parallélisme violent qui indique la poussée du vent ; c'est, pourrait-on dire, l'émotion à l'état pur dégagée de ses éléments intellectuels et représentatifs : M. Le Beau a voulu peindre l'immatériel. Ailleurs, la Chanson du printemps conduit, au contraire, M. Le Beau à exécuter un paysage printanier d'une tonalité bleue et rose. M. Le Beau use pour réaliser cette conception symboliste et atteindre à des effets parfois romantiques d'une facture très souple héritée de l'impressionnisme. M. Le Beau expose aussi des natures mortes, des fleurs peintes parfois sur le carton avec une pâte épaisse, comme émaillée. Ces tentatives prouvent un esprit curieux : il est évidemment nécessaire de posséder le catalogue pour pénétrer le sens de ces toiles, mais elles ont, du moins, le mérite d'avoir par elles-mêmes une réelle valeur picturale.

Alcide Le Beau, Le crépuscule des dieux - La fin des dieux

Au moins une seconde exposition de peintures wagnériennes d'Alcide Le Beau dut avoir lieu dans la même galerie en 1914, car le Mercure de France du 1er juin 1914 l'évoque dans un article élogieux:

L'exposition de M. Alcide Le Beau est des plus captivantes. Il s'agit là d'une tentative très neuve, à savoir d'illustrer par des équivalences picturales un texte de poème et de musique.  Alcide Le Beau a tenté d'évoquer dans l'esprit de celui qui regardera ses tableaux, des sensations dérivées de celles que lui ont données à lui-même tels ou tels tableaux ou scènes des œuvres wagnériennes. C'est un mode de transposition, suivi et maintenu au long de toute l'oeuvre wagnérienne par une série de peintures qui ont leur ordre et leur suite. M. Le Beau a ainsi commenté la Tétralogie et Parsifal. Le paysage sert à l'artiste de mode d'expression de sa sensation devant le fait théâtral. Il  n'y a pas de personnages dans cette illustration. A peine, dans le chevauchée des Walkures, verrez-vous quelques formes aux tons de bronze noyées dans le remous des nuées aurorales. Ce sont les lignes du paysage qui évoquent l'idée musicale. Ainsi pour prendre un exemple, le  Rhin du Sang évoquera la mort de Siegfried. Dans un paysage rugueux et montagneux, le fleuve accourt rapide, et dans une pente il se teint d'éclatante pourpre, évoquant ainsi l'idée du sang versé. Ce que cette méthode d'évocation peut comporter d'individuel et par conséquent d'arbitraire, on peut facilement l'imaginer, mais la tentative est d'es plus curieuses. Rendre par des moyens purement picturaux une impression du lyrisme musical,  c'était une chose à tenter et cela fait grand honneur à M. Alcide Le Beau d'y avoir réussi.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire