mardi 6 juin 2017

6 juin, anniversaire de la naissance de Siegfried Wagner

Siegfried Wagner, le fils de Cosima von Bülow et de Richard Wagner,  est né en Suisse à Tribschen, près de Lucerne, le 6 juin 1869. Son père écrira quelques mois plus tard, pour l’anniversaire de Cosima, le Siegfried Idyll, originellement Tribschener Idyll mit Fidi Vogelgesang und Orange Sonnenaufgang (Idylle à Tribschen avec chant d’oiseau de Fidi et lever de soleil orange )

Comme ses sœurs, Isolde et Eva, « Fidi », ainsi que l’a surnommé son père, est le fruit illégitime de l’union adultère de Wagner avec la seconde fille de Liszt, alors mariée au chef d’orchestre Hans von Bülow. Comme elles, il porte le nom d’un héros de l’opéra sur lequel travaillait leur père à leur naissance. Le neuf juin, Richard Wagner récitera à sa compagne la strophe finale du troisième acte de Siegfried, ce duo dans lequel Brünnhilde et Siegfried chantent les mêmes  cinq derniers vers:

[...]
Prangend strahlt
mir Brünnhildes Stern!
Sie ist mir ewig,
ist mir immer,
Erb' und Eigen,
ein' und all':
leuchtende Liebe,
lachender Tod!


(De Brünnhilde l'étoile me luit ! / Elle  m'est pour toujours ; / éternellement / l'héritage, / l'un et le tout : / L'amour rayonnant, / la riante mort !)

La future Madame Wagner accoucha le 6 juin, à quatre heures du matin. Cosima notera plus tard dans son journal que son fils pesait "près de deux livres de plus que la moyenne des nouveau-nés ». Voici ce que relate Cosima à propos de Richard Wagner, qui  attendait au rez-de-chaussée et monta aussitôt à l'étage dés qu'il entendit les premiers cris de son fils: « Il regardait droit devant lui; à cet instant, il fut surpris par un flamboiement d’une incroyable beauté, illuminant la tapisserie orange, près de la porte de ma chambre et se reflétant sur un coffret bleu, orné de mon portrait, qui, dans son petit cadre d’or, brillait d’une clarté surnaturelle. Le soleil venait de se lever au-dessus du Righi et lançait dans la pièce ses premiers rayons. Richard fondit en larmes. À ce moment, parvinrent à mon oreille les tintements matinaux des cloches du dimanche, arrivant de Lucerne à travers le lac. Richard regarda sa montre et constata que son fils était né à quatre heures."

Nietzsche séjournait à Tribschen lors de la naissance de Siegfried, mais ne fut pas témoin des premiers instants de la vie du fils de Richard et Cosima. Sans doute dormait-il profondément.

Le petit « Fidi » a pour parrain Louis II de Bavière. L'héritier du trône de Bayreuth eut un royal parrain.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire