mercredi 5 avril 2017

Derniers jours du Roi: l'intermède de la Baronne Esperanza von Truchseß dans le Bayerischer Kurier du 13 juin 1886


in Extra-Blatt in Bayerischer Kurier (13.06.1886)

Un paragraphe extrait du supplément (Extra-Blatt) que le Bayerischer Kurier du 13 juin a publié pour couvrir les événements récents de Neuschwasntein concerne notre bonne amie la Baronne von Truchseß. Le Kurier cite les Münchener Neueste Nachrichten, désignées par les initiales N.N.

Nous retranscrivons d'abord le texte en caractères latins pour le traduire ensuite:

Auch an einem so zu sagen komischen Intermezzo fehlte in diesen Tagen nicht. Die N.N. erzählen, daß eine etwas exzentrische adelige Dame bei der Ankunft der Komission zwischen 3 und 4 Uhr Morgens auf Schwanstein in das Zimmer des Königs drang, sich demselben zu Füßen warf und ihm bertheuerte, sie verlasse inh nicht. Die Dame saß noch den ganzen gestrigen Tag im Vorzimmer zu dem königlichen Gemache. Diese Dame ist eine Freifrau von Truchseß, eine geborene Spanierin und schwärmerische Verehrerin des Königs; eine brave fromme Dame, die aber schon öfter an Geistestörung litt.

Et même un intermède soi-disant comique ne manqua pas de se produire ces jour-ci. Les Neueste Nachrichten [un grand quotidien munichois. "Les nouvelles munichoises les plus récentes", ndlr] racontent qu'une Dame aristocrate quelque peu excentrique s'introduisit dans la chambre du Roi  à Schwanstein entre 3 et 4 heures du matin lors de l'arrivée de la commission, et qu'elle se jeta à ses pieds et lui jura qu'elle ne le quitterait pas. Cette  Dame resta encore toute la journée d'hier dans l'antichambre de l'appartement du Roi. Cette Dame est une certaine Baronne von Truchseß, espagnole par la naissance et adoratrice exaltée du Roi; une dame bien honnête et pieuse, qui souffrit cependant déjà souvent de troubles mentaux. 

Cet épisode bien connu des historiens de Louis II de Bavière trouve ici, dans ce journal daté du jour de la mort du Roi, une de ses premières évocations écrites et rendit la Baronne célèbre puisque la plupart des historiens et des romanciers en font mention. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire