vendredi 24 mars 2017

Grandes héroïnes wagnériennes: Margarete Matzenauer

Margarete Matzenauer en Walkyrie à Munich en 1909
(Carte postale, collection privée)

Biographie

Margarete Matzenauer est née en Hongrie, à Temesvár, le 1er Juin 1881 de parents musiciens: son père était chef d'orchestre et sa mère chanteuse. Elle étudia le chant à Graz, puis à Munich avec Ernst Preuse, qui devint son mari en 1902.

En 1901, elle chanta Puck dans Oberon à Strasbourg, où elle chanta pendant trois saisons. En 1904, elle devint membre de la troupe du Théâtre de la cour de Munich, où elle se produisit pendant sept saisons.

Elle fit ensuite ses débuts à Covent Garden à Londres.

En 1914 elle chanta Ortrud dans Lohengrin sous la direction d'Arthur Nikisch. Cette même année, elle interpréta une mémorable Isolde au Théâtre des Champs-Élysées à Paris.

Le 13 Novembre 1911, elle fit ses débuts au Metropolitan Opera à New York comme Amneris dans Aida de Verdi. Elle y chanta ensuite Brangäne, la Walkyrie et Waltraute dans le Crépuscule des dieux.

A New York, elle chanta dans pas moins de 380 représentations dans un très large répertoire: Aida, Orfeo, Laura dans La Gioconda, Ulrica dans Un ballo in maschera, Léonore dans Fidelio, Dalila, Santuzza dans Cavalleria Rusticana, Azucena dans Il trovatore, Carmen, Contessa dans le Nozze di Figaro, Marina dans Boris Godounov, Eboli dans Don Carlo, la veuve de Sexton dans Jenufa, la Grande vestale dans La vestale, Isolde et Brangäne dans Tristan et Isolde, Ortrud dans Lohengrin, Erda et Brünnhilde dans Siegfried, Kundry dans Parsifal, Fricka dans L'Or du Rhin et la Walkyrie. 

Pendant la Première Guerre mondiale, elle resta aux Etats-Unis avec son second mari, le ténor Ferrari-Fontana, dont elle divorça ensuite pour épouser Floyd Goltzbach.

Après sa retraite, elle se consacra à l'enseignement en Californie et à New York, où en 1934, elle chanta encore Dalila et donna un dernier récital en 1938.

Margarete Matezenauer est décédée à Van Nuys, en Californie, le 9 mai 1963.


Margarete Matzenauer en Fricka à Munich en 1909
(Carte postale, collection privée)


La voix

Mezzo-soprano dotée d'un timbre chaud et d'une tessiture vocale extrêmement large, elle interpréta également avec succès et tout au long de sa carrière tant des rôles de soprano que de contralto. Sa voix puissante la porta naturellement à interpréter des héroïnes wagnériennes dramatiques. Et à la fois, sa technique de chant impeccable lui a permis d'aborder le répertoire de l'agilité, avec un exemple notable: Fidès dans Le Prophète.

Ele pouvait également chanter des rôles de soprano lyrique, comme la comtesse Almaviva dans Les Noces de Figaro.

Néanmoins, on peut dire que sa force était le domaine de la mezzo-soprano italienne traditionnelle: Amneris, Ulrica, Azucena, Laura, Eboli et les héroïnes de la voix profonde française: Dalila et Carmen.

Extraits du Prophète et de Faust


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire