samedi 7 janvier 2017

Joséphin Péladan et Richard Wagner (2): La Queste du Graal, une wagnérie en cinq actes

Etude pour le Sâr Péladan
Joséphin Péladan

    Ecrivain, dramaturge, critique d'art et occultiste,  Sâr Mérodack Joséphin Peladan (pseudonyme de Joseph-Aimé Peladan ou Péladan), est né à Lyon en 1858, et mort à Neuilly-sur-Seine en 1918).
  C'est sans doute Judith Gautier qui l'introduit au wagnérisme et à Bayreuth. Connu pour ses tenues excentriques, il vient à Bayreuth vêtu d'un habit blanc, d'une tunique bleu ciel, d'un jabot de dentelle et de bottes de daim, avec un parapluie retenu au côté par un baudrier. On le prendra pour un rajah, comme il le rappelle dans l'article que nous reproduisons ci-dessous. Cosima Wagner, à laquelle il a envoyé de ses oeuvres comme introduction, refusera de le recevoir à Wahnfried, ce qui suscite chez Péladan une saillie: "Triste engeance que les veuves!". cette rebuffade ne l'empêche pas de publier le résumé des opéras de Wagner en français accompagné de ses notes dans un ouvrage intitulé Le Théâtre complet de Wagner. Les XI opéras scène par scène avec notes biographiques et critiques, Chamuel, 1894. Il dédie cet ouvrage à Judith Gautier. 

La Queste du Graal, une wagnérie en cinq actes

Joséphin Péladan, La Queste du Graal : proses lyriques de l'éthopée ; La décadence latine, 1892.

Quelques fragments de le la préface:

"proses lyriques"
"Dix romans, une éthopée et une éthique, énormément d'esthétique,- du théâtre!"
"La Queste du Graal nomme un effort encore inabouti de drame mystique."
"Ce recueil est offert à l'Ordre de Rose-Croix"

Dans sa dédicace (photo ci-dessous) Joséphin Péladan consacre ses oeuvres dramatiques sous l'invocation de Bayreuth et dédie sa Queste du Graal à Richard Wagner, qu'il désigne comme le plus sublime depuis Shakespeare.


La Queste du Graal a été mise gratuitement en ligne par archive.org: cliquer ici pour accéder à l'ouvrage et esssayer de le lire, si on en a le courage et l'envie...


Page de titre

Page de dédicace à Richard Wagner





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire