mardi 20 décembre 2016

Les poèmes de Robert de Montesquiou consacrés au Roi Louis II de Bavière (7): Veilleuses

Veilleuses, un poème du Comte Robert de Montesquiou-Fezensac, publié dans son recueil  Les chauves-souris : clairs-obscurs, édité par G.Richard à Paris à partir de 1893. (Notre extrait: page 276 de l'édition remaniée de 1907).

Il s'agit du septième poème d'une série tout entière dédiée au Roi Louis II de  Bavière et dont le titre général est REX LUNA (Le Roi lune)

Le Comte Robert de Montesquiou(1855-1921) 

Le comte Robert de Montesquiou, est un homme de lettres, un dandy et critique, né à Paris le 7 mars 1855 et mort à Menton (Alpes-Maritimes) le 11 décembre1921.  Poète, homosexuel et dandy insolent,  il aurait servi de modèle à des Esseintes dans À Rebours (1884) de Huysmans. Il fournit à Marcel Proust l'un des modèles du Baron de Charlus dans À la recherche du temps perdu, ce qui le rendit furieux malgré les dénégations de Proust.
(Plus sur Wikipedia, source de cette introduction biographique)

VEILLEUSES

On dit que tes amis exigent qu'une lampe 
                         Brûle, éternellement,
Brûle, sur un autel, à l'abri d'une rampe,
                         Pour toi, Prince Allemand !

Une colonne, un fût portant une lumière 
                         Pour, en ton souvenir,
Luire d'une clarté, peut-être la première 
                         Apte à te définir.

J'ai ciselé ma lampe et, dedans, mis ma flamme,
Moi qui n'ai le pouvoir de t'aimer qu'à demi, 
Pour, partiellement, rayonner sur ton blâme, 
                         O cher Prince ennemi !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire