dimanche 25 décembre 2016

Le château de la Wartburg à Eisenach (1): historique et vues extérieures


Historique

Le château de la Wartburg est situé sur une colline au coeur des forêts de la Thuringe, en plein centre de l'Allemagne. Il surplombe la ville d'Eisenach dans ce qui fut  le Grand Duché de Saxe-Weimar-Eisenach. Mythique à plus d'un titre, il attire les germanistes comme les wagnériens pour son histoire littéraire et musicale, les admirateurs du Roi Louis II de Bavière qui s'y rendit lui-même en 1867, les luthériens qui viennent s'y recueillir parce que c'est ici que Luther a traduit les Evangiles en allemand. Depuis 1999, il est sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco comme « monument exceptionnel de la période féodale en Europe centrale […] lié à des valeurs culturelles de signification universelle ». Sa signification dans l'histoire de l'Allemagne est des plus importante.

La construction du château remonte à 1067 au moment de la naissance des structures féodales dont une des causes fut la Querelle des Investitures, ce conflit qui opposa la papauté et le Saint-Empire romain germanique entre 1075 et 1122, qui tire son nom de l'investiture des évêques. La faiblesse de l'autorité royale permit aux potentats locaux de s'approprier les terres et à lutter pour la défense et l'extension des terres conquises. La Wartburg fut le siège de la cour des comtes de Thuringe jusqu'en 1440. 

Cette cour fut  le centre d'une culture de cour raffinée au temps des Hohenstaufen et du landgrave Hermann, comme en témoigne l'histoire d'un concours de Minnesänger (les chanteurs d'amour allemands, dans la tradition des troubadours et des trouvères français), le Sängerkrieg, autour de 1207, qui vit s'affronter des Minnesänger célèbres comme Walther von der Vogelweide, Wolfram von Eschenbach (le poète de Parzival), Albrecht von Halberstadt, et bien d'autres encore. Le Sängerkrieg et Sainte Elisabeth de Hongrie, qui vécut à la Wartburg de 1211 à 1228 lorsqu'elle était l'épouse du comte Louis IV de Thuringe, inspirèrent Richard Wagner qui mit en scène ces épisodes dans son opéra Tannhäuser: Tannhäuser sort vainqueur du concours des chanteurs avec sa chanson d'amour. L'amour céleste, représenté par Elisabeth, s'oppose dans la pièce à l'amour sensuel, figuré par Vénus. On montre encore de nos jours la grotte de Vénus sur le Hoselberg (encore dénommé Horselberg), près d'Eisenach.

Outre la salle des chanteurs (le château a été restauré dans le style du Moyen-Age par des peintres et des architectes éminents) on voit encore au Wartburg les cellules de Ste-Elisabeth, dont le souvenir revit dans les admirables tableaux de Moritz von Schwind. Citons, entre autres, le miracle des roses. Cette légende charmante raconte qu'un jour Sainte-Elisabeth voulant distribuer des aumônes aux pauvres, rencontra son mari, qui lui demanda ce qu'elle portait sous son vêtement. Elle répondit : "des roses" et, relevant son manteau, montra effectivement de magnifiques roses. Le Français Montalembert nous a laissé de Sainte-Elisabeth une biographie pleine de charme et de compétence.

De mai 1521 à mars 1522, Martin Luther, alors au ban de l'Empire fut mis à l'abri dans le château par Frédéric le Sage . Ce fut pendant cette période que, sous le nom de Junker Jörg (chevalier Georges), il traduisit le Nouveau Testament et une partie de l'Ancien Testament en allemand ; ce Nouveau Testament paru en 1522 puis la Bible de Luther complète parue en 1534 allaient être très largement diffusés en Allemagne et constituer le point de départ d'une révolution culturelle et religieuse en Allemagne et au-delà.

En 1817, il fut le siège d'une manifestation (appelée en allemand Wartburgfest) principalement menée par des étudiants allemands. Ces derniers, de sensibilité libérale et nationaliste, protestaient contre les conséquences du Congrès de Vienne (1815), déplorant le retour à l'absolutisme plutôt que l'instauration d'un État-nation. À cette époque le duché était dirigé par Charles-Auguste de Saxe-Weimar-Eisenach.

Le château a été rénové à diverses reprises, et plusieurs parties anciennes ont été recouvertes ou transformées par des constructions ultérieures et des additions. De 1952 à 1966, le gouvernement de la République démocratique allemande (Allemagne de l'est) le restaura comme au 16e siècle, notamment la pièce de Luther avec ses planchers et murs en panneaux de bois originaux. 

Vues extérieures du château













Vues extérieures des paysages au départ du château




Crédit photographique: Luc Roger (le 24 décembre 2016)

(A suivre)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire