samedi 19 novembre 2016

Rheingold: les Filles du Rhin et leur appareil natatoire en 1876 à Bayreuth

in Lehmann, Lilli (1913). Mein Weg'. Leipzig, pp. 279-280
Lili Lehmann est au milieu de la photo,
elle chanta Woglinde lors de la première à Bayreuth


Dessin de la machinerie, in Royal Opera, Opera Guide no 35 Das Rheingold,
London, John Calder, p.14

Dès 1886, Adolphe Jullien expliquait et illustrait dans son ouvrage Richard Wagner, sa vie et ses oeuvres (...)*,  le fonctionnement de la machinerie qui permettait aux Filles du Rhin de chanter tout en donnant l'illusion de nager.

In Adolphe Jullien

in Adolphe Jullien

"Ce petit dessin technique fait bien saisir par quel ingénieux mécanisme on obtenait ce merveilleux tableau des Filles du Rhin chantant en nageant, qu'on avait déclaré d'avance irréalisable. Deux hommes faisaient rouler en tous sens l'appareil dans lequel les chanteuses étaient maintenues par les jambes, tandis qu'au moyen d'un contrepoids, un troisième mécanicien faisait monter ou descendre, s'incliner ou se relever l'appareil lui-même, et donnait aux ondines l'air de flotter. Toute cette manoeuvre s'effectuait en contrebas de la scène, de façon que l'appareil était caché aux spectateur par des amas de rocher figurant le fond du fleuve; Alberich, se présentant de dos aux spectateurs, n'était aussi vu qu'à mi-corps et paraissait sortir de ces rochers; de plus, toute l'ouverture de la scène était remplie d'une gaze verdâtre, derrière laquelle se mouvaient tous les personnages, comme dans l'eau même, et qui atténuait sensiblement ce que leurs exercices auraient pu avoir d'un peu raide. Le souffleur, comme on peut voir, s'asseyait tout près des chanteuses pour mieux être à leur portée, et un jet de lumière, parti d'en bas, allait frapper l'anneau placé au haut du rocher central; mais, à force d'habileté et d'adresse à suivre les mouvements des objets éclairés, ces objets paraissaient produire eux-mêmes la lumière, au lieu de la recevoir." (Jullien, op.cit., p.219)

in Adolphe Jullien



Albérich et les Filles du Rhin, dessin original de M. E. de Liphart,
in Adolphe Jullien


*Adolphe Jullien, Richard Wagner, sa vie et ses oeuvres; ouvrage orné de quatorze lithographies originales par Fantin-Latour, de quinze portraits de Richard Wagner, de quatre eaux-fortes et de 120 gravures, scènes d'opéras, caricatures, vues de théatres, autographes, etc., 1886, pp. 216 et suivantes

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire