samedi 12 novembre 2016

Beaux livres oubliés: George Delamare - Le Roi de minuit

Le roi de minuit, un roman de George Delamare édité par les Editions Albin Michel., 1926

L'auteur

Georges Delamare (1881-1975), homme de lettres, romancier, poète et historien. - Éditorialiste de la radio-diffusion française, directeur de Radio-Tour Eiffel (en 1927)

Trois critiques de l'époque

C'est l'histoire, très agréablement romancée, de Louis II de Bavière. On sait que ce roi, qui fut le protecteur de Wagner, eut la vie la plus étrange du monde. Il n'avait jamais su se décider à rien en politique et il est responsable jusqu'à un certain point du désastre de 1866 et de l'effacement de la Bavière devant la Prusse victorieuse. Après la guerre de 1870, il vivait loin de Munich, sa capitale, ne s'intéressant plus aux affaires de l'Etat, habitant presque seul des châteaux moyenâgeux qu'il faisait construire à grands frais dans les Alpes tyroliennes. On finit par l'interner, sans crue les médecins qui, depuis, se sont occupés de son cas, aient jamais été bien d'accord. Quoi qu'il en soit, il essaya un jour d'échapper à ses gardiens, et, rattrapé par son médecin, entraîna celui-ci sous les eaux du lac de Starnberg.

in France et monde, Paris, janvier  1927, p.226

George Delamare a suivi de très près l'histoire ; il a seulement ajouté toute une série de personnages épisodiques et créé une remarquable figure d'espionne. Il y avait une grosse difficulté à surmonter : faire vivre devant nous Louis II d'abord, et surtout Wagner et Bismarck. Georges Delamare s'est très heureusement tiré d'affaire.

Encore un signe de l'importance que prennent pour les hommes de notre génération tous les faits historiques. Aussi bien d'ailleurs que les faits médicaux. Ce roman s'appuie sur l'histoire et sur la science, sur la géographie et sur la médecine ; il n'en est pas plus mauvais pour cela.

in La Revue hebdomadaire : romans, histoire, voyages, E. Plon, Nourrit et Cie, Paris, 8 janvier 1927

Dans l'ombre de Pierre Benoit, M. George Delamare a écrit le roman de Louis II de Bavière, et il nous présente celui qu'on nomma le roi-vierge, claustré volontairement dans le silence de ses châteaux romantiques, en proie à la folie des grandeurs et de la persécution. Pour perdre le Wittelsbach rebelle au roi de Prusse, contempteur de la plus grande Allemagne, Berlin a entouré le roi de sbires et d'espions. On dépêche auprès de lui une espionne autrichienne, la Sorelli, sommée de choisir entre la prison et la mission spéciale. Mais si le roi finit par subir - le charme de l'aventurière, elle-même se laisse prendre à son jeu et, aidée du bouffon Flohkopf, réussirait peut-être à faire évader l'irrésolu, si la main prussienne n'intervenait à temps pour interner Louis II et l'aider à se noyer au cours d'une suprême tentative d'évasion.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire