samedi 15 octobre 2016

Le séjour de Richard Wagner à l'hôtel Schweizerhof de Lucerne en 1859



Le prestigieux hôtel Schweizerhof de Lucerne, situé sur la rive du lac des Quatre-Cantons a dans son histoire accueilli nombre de personnalités éminentes, Empereurs et Impératrices, Rois et Reines, écrivains, politiciens ou musiciens. Tolstoï y écrivit un récit de critique sociale intitulé Lucerne que lui inspira un chanteur de rues. A Lucerne, un incident impliquant un chanteur des rues lui inspira un récit de critique sociale (Lucerne, publié en russe 1857, traduction française de 1890). Richard Wagner y termina le troisième acte de Tristan und Isolde lors d'un séjour de plusieurs mois qu'il y fit au printemps et à l'été 1859. Plus tard, au milieu des années soixante, il y rencontra le roi Louis II de Bavière. Mark Twain enfin y logea au cours de son périple suisse et en laissa trace dans ses écrits.



Fin mars 1859, Wagner, qui venait de passer quelques mois à Venise, prit ses quartiers à l'hôtel Schweizerhof. Voici ce qu' il a écrit à propos de son séjour:

"Le bienveillant hôtelier m'offrit, dans l'aile gauche du bâtiment, tout un étage où je pus choisir les pièces à ma convenance et m'installer confortablement sans frais. J'avais seulement à m'inquiter de mon service, car à cette époque de l'année il n'y avait dans l'hôtel qu'un nombre fort restreint de domestiques... Mon piano avait naturellement dû traverser aussi les neiges des Alpes. Quand il se trouva placé dans mon vaste salon, je me dis que toutes ces dépenses n'avaient d'autres but que de me permettre d'achever enfin le troisième acte de Tristan et Iseult... Malheureusement un affreux temps froid et pluvieux influença mon humeur de désagréable façon jusqu'à la fin mai. Chaque jour je pensais qu'il me faudrait quitter ce nouvel asile qui m'avait coûté tant de sacrifices, et je considérais comme indignement perdue chaque journée où je n'avais rien composé de ma musique. En outre, la plus grande partie de mon troisième acte roulant sur un thème horriblement triste, on comprend que je ne puisse me rappeler sans frissonner les premiers mois que j'ai passés à Lucerne"



"La saison des étrangers arriva : l'hôtel et ses dépendances s'emplirent de monde ; il n'était plus question d'accaparer tant de place à moi seul. On me proposa alors de déménager au deuxième étage du bâtiment principal*... Je pus travailler dans le petit salon à côté de ma chambre à coucher sans être dérangé le moins du monde, car les pièces voisines restaient vides tout le jour et ne se peuplaient que la nuit. Et enfin l'été arriva, un été superbe, sans nuage au ciel pendant deux mois entiers."

On sait également que les époux Wesendonck rendirent visite à Wagner au Schweizerhof et qu'à cette occasion ils leur y fit entendre des extraits de Tristan und Isolde.

*Les chambres de cet étage recevaient des voyageurs de passage, en principe moins bruyants que les familles installées pour un plus long séjour dans l'annexe.On prit soin qu'il n'y ait pas d'enfants à cet étage durant le séjour du compositeur.

A noter qu' il n' y a aucun souvenir visible du passage de Wagner au Schweizerhof, même si les bâtiments, modernisés, ont gardé leur configuration d'origine.

Copyright des photos : Hôtel Schweizerhof, Luzern

Deux cartes postales anciennes












Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire