lundi 19 septembre 2016

La maison de Richard Wagner à Munich



Une photo publiée  dans le livre König Ludwig II. und Richard Wagner. Briefwechsel. (Erster Band), Karlsruhe, 1936, page 56. Les lettres y sont présentées à la fois transcrites et en fac-similé, elles proviennent  du Wittelsbacher Ausgleichsfonds et  de la collection de Winnifred Wagner. Le travail d´édition a été réalisé par Otto Strobel.

Un peu d´histoire

Une des premières actions du Roi Louis II de Bavière fut de faire rechercher Richard Wagner. II le fit venir en Bavière et l´installa d´abord dans la Maison Pellet sur les bords du Starnbergersee, non loin de son château de Berg. En septembre 1864, le Roi l´invita à venir vivre à Munich dans une maison qu´il mit à sa disposition, dans un endroit alors de rêve: le 21 de la Brienner Strasse (aujourd´hui numéro 37) avait une vue dégagée sur les Propylées et la glyptothèque, et se trouvait à quelques centaines de mètres de la Résidence royale et du Théâtre national. Louis II avait alors prié Wagner de se remettre à l´ouvrage sur sa composition de l´Anneau des Nibelungen. Les projets wagnériens de Louis II se succédèrent à cette époque. Le Roi projeta la construction d´un grand théâtre sur les rives de l´Isar où le Ring pourrait être représenté. Le  10 juin 1865, la première de Tristan et Isolde fut un triomphe à Munich.

Mais très vite les dépenses inconsidérées de Wagner, toujours couvertes par Louis II, firent gronder la rumeur publique et exaspérèrent le gouvernement. Le dispendieux projet d´un nouveau théâtre à lui consacré et sa liaison avec Cosima von Bülow ajoutaient au scandale. Enfin, Wagner essayait d´influencer le Roi dans les affaires gouvernementales. C´en fut trop. La publication d´un article dans lequel Wagner demandait que certaines personnalités du gouvernement soient écartées fut la goutte qui fit déborder le vase, et il ne resta plus au Roi qu´à prier, bien malgré lui, le compositeur de quitter la Bavière et de partir pour la Suisse. Wagner quitta la Briennerstrasse et Munich dans la précipitation le 10 décembre 1865. En moins de deux années, le séjour de Wagner à Munich avait coûté 99.000 florins à la Caisse du cabinet (Kabinettkasse).


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire