mercredi 27 juillet 2016

Le kiosque oriental de Louis II de Bavière dans le Parc de l´Orangerie à Strasbourg.

© Archives de Strasbourg




On lit dans le Signal de Madagascar et dépendances du 26 janvier 1908 (pages 1 et 2):

"La ville de Strasbourg vient de mettre en vente les souvenirs de Louis II de Bavière, qu'elle conservait à son musée des arts décoratifs.
Après la mort du roi Louis II de Bavière, là ville de Strabourg avait eu la singulière idée d'acquérir une série d'objets curieux de plus ou moins grande valeur artistique pour le musée des arts décoratifs (musée Hohenlohe*) de la ville, de même qu'elle achetait un petit kiosque chinois ayant appartenu au malheureux souverain, pour en garnir l'Orangerie. Cette année, le conseil municipal s étant rendu compte que ces objets, d'origine exotique, n'avaient aucune raison d'être dans un musée strasbourgeois d'art industriel, décida de les mettre en vente.
Dans la salle qu'ils occupaient, on a exposé une collection de faïences strasbourgeoises fort admirées."

*En 1887, né d’une initiative officielle, le Musée des Arts et Métiers (Kunstgewerbe Museum) est la première forme du Musée des Arts Décoratifs. Sous le nom de Hohenlohe-Museum, il fut aménagé au premier étage de la Grande Boucherie par les soins d’Auguste Schricker et d'Ersnt Polaczek.

Voici ce qu´on lit aujourd´hui sur Archi-Wiki:

"Le kiosque oriental avait été donné par Louis II de Bavière à la ville de Strasbourg vers 1888** (C’est en tout cas la date à laquelle il fut ouvert à la visite, au mois de juillet 1888). Un document réalisé par les archives de Strasbourg précise d’ailleurs que ce kiosque était initialement destiné au musée des arts décoratifs de Strasbourg, mais il est finalement exposé dans le pré situé entre le pavillon Joséphine et l’actuelle avenue de l’Europe. Auparavant, lorsqu’il se trouvait encore en Bavière, il était installé dans le parc du château de Berg sur la rive Est du lac de Starnberg, et Louis II de Bavière y aurait parfois diné."

Voici enfin ce qu´on lit sur la Base numérique du Patrimoine d´Alsace:

"Ce kiosque oriental est construit sur le modèle des maisonnettes de jardin des propriétés ottomanes situées sur la rive asiatique du Bosphore. Installé dans le parc du château de Berg sur la rive est du lac de Starnberg, Louis II de Bavière y dînait parfois. Celui-ci donna le kiosque à la ville de Strasbourg qui l’exposa dans le pré situé entre le pavillon Joséphine et l’allée de la Robertsau. Il est ouvert à la visite à partir de juillet 1888.

La décoration intérieure rappelait l’Orient : des narguilés, des lustres de Turquie, une fontaine, des tentures de brocart, un sofa en soie... En 1925, le kiosque en mauvais état est vendu à un particulier pour la somme de 800 francs, avec injonction de l’enlever du parc de l’Orangerie. Après de multiples sursis, il sera démoli en février 1930 (Isabelle Hess-Misslin)."

*En 1887, né d’une initiative officielle, le Musée des Arts et Métiers (Kunstgewerbe Museum) est la première forme du Musée des Arts Décoratifs. Sous le nom de Hohenlohe-Museum, il fut aménagé au premier étage de la Grande Boucherie par les soins d’Auguste Schricker et d'Ersnt Polaczek.
**Le rédacteur de ce passage fait erreur. Le Roi Louis II, mort en juin 1886, n´a pu donner ce kiosque à la ville de Strasbourg.


***
Conclusion

Il s´agit donc probablement du pavillon mauresque que Louis II de Bavière avait commandé à l´automne 1868 à Franz von Seitz pour son jardin d´hiver sur le toit de la Résidence de Munich et qui n´y fut finlement pas installé. Il ordonna ensuite qu´on le construise dans le jardin du château de Berg.


Reste à savoir si la ville de Strasbourg a reçu le kiosque avant la mort du Roi ou si elle l´a acheté lors de la vente d´une partie de la  succession, comme l´indique Le Signal de Madagascar.
***

Le kiosque dans les cartes postales anciennes










Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire