lundi 20 octobre 2014

Tomáš Hanus et Nadja Michael, le duo gagnant de l'Affaire Makropoulos de Leoš Janáček à l'Opéra de Bavière

Nadja Michael et Pavel Černoch 
Emilia Marty, née Makropoulos, a disposé de plus de 300 années pour se former au métier de chanteuse. On peut imaginer qu'avec une telle expérience combinée à une éternelle jeunesse (on lui a fait boire toute petite un elixir de jouvence) elle ait eu le temps d'accéder aux cimes himalayennes de son art et qu'elle dispose d'un organe à déplacer les menhirs. 

Pour aborder ce rôle d'exception, il faut une chanteuse exceptionnelle dont la voix et la présence tiennent la scène et le public en haleine pendant toute la durée de ce spectacle d'une heure quarante-cinq minutes, une chanteuse assez puissante pour rendre le conte de l'immortalité crédible, pour exprimer les tourments psychiques que cette survie génère, jusqu'à l'aboutissement du choix délibéré de la mort. 

Cet opéra en trois actes est présenté sans entracte au Bayerisches Staatsoper, et c'est là la meilleure option, tant il est important de ne pas interrompre la progression de la tension dramatique et de son expression musicale. C'est Nadja Michael qui a été retenue pour incarner la présence impériale et froide de l' immortelle cantatrice, une femme puissante et sarcastique qui dévore les hommes qu'elle fascine tous sans exceptions, parce qu'elle ne peut ni les aimer ni recevoir l'amour qu'ils sont toujours prêts à lui offrir. La belle Saxonne remplit toutes les conditions du rôle: une beauté énergique et rayonnante, la résistance et l'endurance d'une athlète, une voix puissante qui passe l'orchestre du début à la fin du spectacle, et un jeu théâtral capable d'exprimer l'évolution tragique d'un personnage qui passe de la domination cynique à l'acceptation de la mortalité. Nadja Michael a tenu le public captif pendant toute la durée de l'opéra, sa performance a été saluée de salves d'applaudissements, de bravi et de trépignements. Une grande actrice au soprano vibrant et chaleureux, qui s'investit totalement dans le rôle qu'elle incarne avec une force de pénétration psychologique qui laisse pantois. L'interprétation de l'oeuvre de Leoš Janáček implique la capacité à traduire vocalement l'état psychologique du personnage représenté, ce en quoi Nadja Michael excelle. 

Nadja Michael est adamantine, et ses brillances se marient à la musique d'un orchestre et de choeurs qui semblent rendus extatiques de pouvoir exprimer l'alchimie de la rencontre d'une telle cantatrice et d'un tel chef d'orchestre. Tomáš Hanus est devenu le maître incontesté de la direction des opéras de Leoš Janáček, et plus spécialement de l'Affaire Makropoulos dont il vient de publier une nouvelle édition critique. Il en a la connaissance intime, et en rend compte avec une congénialité passionnée, avec précision et délicatesse, sans jamais jouer l'orchestre contre les chanteurs, mais en en soutenant attentivement les voix. On est bouleversés d'avoir le privilège d'être là en train d'écouter ce qui pourrait bien être la résurrection de l'oeuvre telle que Leoš Janáček l'avait conçue et lui-même dirigée. Tomáš Hanus et l'orchestre recevront une immense ovation.

Face à une telle force , la distribution est heureusement excellente, avec le beau Pavel Černoch, un ténor tchèque natif lui aussi de Brno, comme  Leoš Janáček et le Maestro Tomáš Hanus. Il interprète le rôle d'Albert Gregor avec la force passionnelle du désespoir. Tara Erraught rend bien compte de la folie inconsciente et juvénile de Krista qui rêve de gloire et est prête à se damner pour y accéder: elle revêt les somptueuses fourrures d'Emilia Marty avant de connaître une apothéose.

La mise en scène d'Árpád Schilling travaille une approche métaphorique de l'oeuvre dont il respecte l'esprit, tout en laissant l'interprétation de sa vision ouverte, car les métaphores de Schilling ne sont pas toujours accompagnées de leurs clés de lecture, si ce n'est au moment du tableau final. Schilling et son décorateur Márton Ágh utilisent le grand plateau tournant, qui rend aisés et rapides les changements de lieux entre les actes. Sur le plateau ils érigent une structure conique tronquée, noire et marmoréenne au premier acte, avec en son centre un entassement de sièges et de chaises imbriqués les uns dans les autres, où est ménagée ici et là une ouverture insoupçnnable qui livre passage à un chanteur. Les sièges symbolisent peut-être le pouvoir de tous ces hommes assis et installés qui malgré leur puissance n'ont pu résister aux charmes d'Emilia, comme pourrait le faire penser une scène postérieure où un fauteuil de bureau s'effondre entraînant la chute de celui qui y est assis. Kafka et le Château ne sont peut-être pas loins. Les murs de marbre noir céderont la place à des murs élevés décorés de grands carrelages à l'uniformité froide et ennuyeuse, au centre desquels s'élèvent un moment une série d'escaliers de secours comme ceux qu'on voit sur les brownstones new-yorkais. Les carrelages ont le côté glacé d'Emilia Marty qui a perdu son coeur au cours de siècles emplis de sexe et de séductions stériles. La bonne balaye des monceaux de roses blanches, cadeaux rejetés de ses adorateurs. Marty promène son charme indifférent dans de voluptueuses fourrures. Des floconnements blancs entourent le plateau, ouates neigeuses blanches comme les fleurs dédaignées ou comme la robe de soirée de la cantatrice, qu'elle arbore avec une sensualité aguichante lorsqu'elle ne revêt pas des tenues noires plus dominatrices. Les costumes sont eux aussi signés Márton Ágh. Les décors ont la force du symbole, et si tout n'est pas toujours lisible au premier degré, la mise en scène est sobre, cohérente, et place avec une insistance heureuse le personnage de la cantatrice au centre de l'action, et généralement de la scène.

La mise au tombeau, Les cimes descendent vers Krista (Tara Erraught)
Le jeu des métaphores connaît une solution de continuité au moment des scènes finales  où l'on se voit balancer une série d'évidences qui jusque là avaient été plus finement suggérées. La mise en scène sombre dans un kitsch hallucinant: après une  scène de flagellation SM, une tombe héllénistique aux colonnes corinthiennes  surgit de terre (bon sang mais c'est bien sûr, Emilia Marty, EM, n'est autre que Elina Makropoulos, et elle accepte de mourir, il lui faut donc un mausolée), Krista en fourrures accepte le cadeau empoisonné de la potion magique, et parade en fourrures sur la tombe tandis que du cintre descend un plateau des montagnes enneigées, percé d'un grand trou qui viendra s'enfiler sur l'infortunée avide de gloire, mais  désormais seule, et pour l'éternité, dans les solitudes glacées des cimes.

Comme c'était la fin de l'opéra, le public subjugué par la magie musicale de l'interprétation de l'oeuvre, et par la performance de Nadja Michael, s'est contenté d'applaudir moins intensément le metteur en scène et son équipe, et a consacré un grand moment musical.

Distribution

Emilia Marty               Nadja Michael
Albert Gregor              Pavel Černoch
Vítek                            Kevin Conners
Krista                           Tara Erraught
Jaroslav Prus                John Lundgren
Janek                            Dean Power
Dr Kolenatý                 Gustav Beláček
Machiniste de théâtre   Peter Lobert
Femme de ménage       Heike Grötzinger
Hauk-Schendorf           Reiner Goldberg
Femme de chambre      Rachael Wilson

Prochaines représentations

Les 22, 26, 29 octobre et le 1er novembre 2014
Le 2 juillet 2015 (pendant le festival d'été)
Quelques places restantes. Cliquer ici puis sur Karten.
Le 1er novembre, la représentation est retransmise en direct à 18H sur internet (Staatsoper TV, sur le site du Bayerische Staatsoper)
Crédit photographique Wilfried Hösl,

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire