jeudi 5 juin 2014

Mandela Trilogy: le Deutsches Theater a invité un opéra d'Afrique du Sud à Munich


Pour la première fois en Allemagne et à Munich, le Deutsches Theater, en collaboration avec l'Orchestre symphonique de Munich (Münchner Symphoniker) a eu l'heureuse initative d'inviter l'Opéra du Cap, le Cape Town Opera pour onze représentations de sa „Mandela Trilogy“. Les représentations ont commencé et durent jusqu'au 15 juin. Il s'agit d'une occasion unique de découvrir le travail de l'Opéra du Cap de Bonne Espérance.

Cet opéra consacré à  Nelson Mandela est imprégné de la culture et de la musique d'Afrique du Sud. Il nous offre un aperçu du travail artistique du Cape Town Opera qui parvient au départ de la tradition musicale du pays à atteindre à un langage musical universel.

Nelson Mandela, l'homme qui par son combat incessant pour la justice, la liberté et contre l'apartheid, a écrit un épisode essentiel de l'histoire contemporaine , est décédé le 5 décembre 2013 à l'âge de 95 ans. Le prix Nobel de la Paix aura passé 27 années de sa vie en prison. C'est à ce grand homme que le Cape Town Opera a voulu consacrer un opéra.

L'opéra comporte trois actes, qui ont été deux compositeurs différents. Péter Louis van Dijk a composé pour le premier acte une partition avec de nombreux éléments de percussion fortement influencée par la musique Xhosa-Musik. Le premier acte raconte les années de jeunesse de Mandela dans les campagnes sud-africaines et se termine par sa montée à la ville. 

C'est là qu'il travaille comme avocat et découvre son amour pour le jazz, une musique que l'on retrouve évoquée dans le deuxième acte, que l'on doit à Mike Campbell, qui a écrit des chansons inspirées de la musique des années 50. Après la fermeture violente du Jigg Club, que Mandela fréquentait, et le déplacement forcé des populations dans les townships éloignées, on en arrive à l'épisode de l'insurrection de Sophiatown. Mandela s'établit de plus en plus comme le précurseur du mouvement de libération.

Le troisième acte, dû à nouveau à Péter Louis van Dijk raconte les longues années de captivité de Mandela, il est composé comme un opéra contemporain. A la fin de l'acte, Mandela tient son premier discours d'homme libre lors de  la Grande Parade.

Le rôle-titre est chanté par trois chanteurs, Aubrey Lodewyk, Mandisinde Mbuyazwe et Thato Machona, et est également interprété par un comédien,  Aubrey Poo. ces quatre artistes incarnent chacun une époque de la vie de Mandela. La femme aimée de Mandela, Dolly, est interprétée par Zolina Ngjane.

Le livret a été rédigé par Michael Williams, un auteur renommé de romans, de comédies musicales et d'opéras, qui est aussi le Directeur général de l'Opéra de Cape Town.

Les 25 choristes ont été primés en 2013 de l' „International Opera Award“. 24 musiciens de l'Orchestre symphonique de Munich  placés sous la direction d'Albert Horne interprètent les différentes musiques de l'opéra. Viennent s'ajouter une batterie et une guitare électrique pour le jazz de la deuxième partie .

Jusqu'au 15 juin au Deutsches Theater.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire