lundi 23 juin 2014

Le Cabaret varsovien de Warlikowski à la Reithalle: Kabaret warszawski.

Kabaret Warszawski © Magda Hueckel

Willkommen, bienvenue, welcome au Kabaret Warsawski de Krysztof Warlikowski. Dans le cadre du Festival d'été de l'Opéra munichois (Münchner Opernsfestspiele), le Bayerische Staatsoper nous convie à une soirée de cabaret varsovien mis en scène par le metteur en scène polonais qui a déjà pour les uns scandaluesument défrayé la chronique, pour les autres apporté un vent d'air extrêmement rafraîchissant sur la grande scène munichoise.

Pour son Kabaret warszawski, Warlilowski a puisé son inspiration à deux sources principales, deux oeuvres majeures de l'art du vingtième siècle dont il combine et superpose les effets. D'abord la pièce de John Van Druten, I Am a Camera (1951), basée sur la fameuse nouvelle de Christopher Isherwood L'adieu à Berlin, qui a elle-même inspiré la célèbre comédie musicale Cabaret, notamment interprétée par l'inoubliable lisa Minelli, et le film éponyme réalisé par Bob Fosse en 1972. Ensuite un film plus récent, Shortbus, réalisé par John Cameron Mitchell en 2006 et présenté au festival de Cannes. Le film de Mitchell avait été inspiré par Tango, l'autobiographie d'un transsexuel avant-gardiste américain, Justin Vivian Bond. Tous ces éléments vont se retrouver dans les quatre heures trente de spectacle, entracte compris. Warlikowski y dresse un parallèle entre le Berlin de la fin des années 1920 et le monde contemporain.

Le spectacle a été présenté en France l'an dernier dans le cadre du Festival d'Avignon.

Distribution

Stanisława Celińska, Magdalena Cielecka, Ewa Dałkowska, Małgorzata Hajewska-Krzysztofik, Maja Ostaszewska, Magdalena Popławska, Claude Bardouil, Andrzej Chyra, Bartosz Gelner, Wojciech Kalarus, Redbad Klijnstra, Zygmunt Malanowicz, Piotr Polak, Jacek Poniedziałek, Maciej Stuhr.

Paweł Bomert, Piotr Maślanka, Paweł Stankiewicz, Fabian Włodarek.

Agenda

Les 24, 25 et 26 juin à la Reithalle de Munich. Quelques places restantes.

Crédit photographique Magda Hueckel


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire