vendredi 11 avril 2014

DIX / BECKMANN, le monde comme mythe, une double rétrospective à la Hypo-Kunsthalle de Munich

Beckmann / Dix,  auto-portraits
DIX / BECKMANN
Le MONDE COMME MYTHE
Du 11 avril au 10 août 2014 à la Hypo-Kunsthalle de Munich

Deux géants de la modernité

Avec cette exposition, la Hypo Kunstalle de Munich présente en collaboration avec la Kunsthalle de Mannheim la première grande juxtaposition des œuvres de Max Beckmann (1884-1950) et d'Otto Dix (1891-1969) , deux des plus importants artistes allemands de la première moitié du 20ème siècle. Leurs travaux ont eu une influence profonde sur la vie culturelle de la République de Weimar (1919-1933) avant d'être déclarés «dégénérés» ("Entartete Kunst") par le national-socialisme qui a mis en danger l'existence même des artistes . Plus de 180 peintures, dessins et gravures en provenance de musées et de collections privées d'Amsterdam , de Berlin , de Londres, de New York et  de Washington, entre autres, illustrent le développement artistique et la gamme des deux artistes .

Pour Dix et Beckmann, la Première Guerre mondiale a été une expérience fondatrice qui a eu un impact majeur sur leur vie et leur travail . Dès lors, à partir de là, ils ont l'un et l'autre développé leur propre style. Après avoir rejeté de manière consciente l'expressionnisme et l'abstraction , ils se sont lancés dans l'exploration de l'expérience éprouvante de la réalité: Otto Dix, en mettant l'accent sur ​​le côté sombre de la société contemporaine; Max Beckmann , en s'efforçant d'atteindre la couche invisible derrière le visible. En dépit de leurs différentes approches , ils avaient tous deux la même visée: atteindre le moment où le familier devient soudain étrange et où le monde devient un mythe.

Même à un stade précoce, les deux artistes ont attiré beaucoup d'attention à Munich. En 1923 , la Galerie Thannhauser a présenté une exposition des œuvres de Max Beckmann, qui fut suivie d'une exposition d'œuvres d' Otto Dix en 1926. On ne sait si les deux artistes se rencontrèrent au cours de ces années catastrophiques, et pourtant ils ont évolué dans les mêmes cercles, ont exposé leurs œuvres avec les mêmes marchands d'art et même peint de mêmes modèles. Malgré le fait que Dix et Beckmann ont longtemps été considérés comme les deux plus grands artistes allemands de leur génération, à ce jour leurs œuvres n'ont jamais été juxtaposées dans un tel dialogue spécifique .

L'exposition propose un voyage fascinant des débuts jusqu'à la fin des travaux de ces deux artistes exceptionnels, et pourtant très différents. En suivant leurs évolutions, il devient clair à quel point ils ont tous deux été touchés par les extrêmes de leur époque. Tout d'abord, leurs œuvres graphiques reflètent l' expérience de la guerre, mais les horreurs dont ils furent les témoins sont encore manifestes dans leurs représentations de l'après-guerre en Allemagne, un pays alors peuplé d' invalides de guerre et des prostituées. Dix et Beckmann représentent avec la même énergie des personnes de leurs propres cercles privés et professionnels , y compris des personnages bien connus de la scène culturelle comme le fameux portrait que peignit Otto Dix de l'acteur Heinrich George. Les thèmes religieux reviennent aussi constamment dans leur œuvre. Un des premiers exemples est la célèbre " Descente de Croix " de Beckmann conservée au MoMA . En outre, cette oeuvrel témoigne de son exploration des expressions artistiques du passé, également un leitmotiv important dans l'œuvre de Dix.  Tout au long de l'exposition dans les onze salles de la Kunsthalle, les regroupements thématiques effectués par Ulrike Lorenz et  Beatrice von Bormannrévèlent au visiteur les similitudes et les différences entre les deux artistes.

Une exposition remarquable, un événement majeur de la saison culturelle munichoise, à ne pas manquer!

Source du texte: librement traduit du texte de présentation de l'expo sur le site de la Hypo Kunsthalle

Jusqu'au 10 août 2014 à la Hypo Kunsthalle. Ouvert de 10 à 20  heures.

Theatinerstraße 880333 München
T +49 (0)89 / 22 44 12

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire