lundi 8 juillet 2013

Le Bouddha renversé du Viktualienmarkt crée la polémique



Un projet artistique coûteux crée actuellement la polémique à Munich et dans le monde. L'oeuvre de l'artiste malais Han Chong intitulée Made in Dresden représente une grande statue renversée du Bouddha. Elle fait partie d'un projet artistique organisé par Elmeen & Dragset qui porte le nom de 'A space called public': des artistes de renommée internationale disposent leurs oeuvres d'art pour présenter des vues connues de Munich sous une autre perspective. Ici au célèbre Viktualienmarkt, entre le marché et la Schrannenhalle.

Avec son Made in Dresden, l'artiste assure avoir voulu dénoncer l'internationalisation et la globalisation. On le sait, l'image du Bouddha a été récupérée par le monde du commerce et est devenu un produit commercial vendu à des fins décoratives. Le but de  Han Chong est précisément de stigmatiser ces pratiques de détournement commercial de symboles religieux. Han Chong se dit lui-même bouddhiste.

Mais voila, d'un point de vue bouddhiste, toute statue du Bouddha est sacrée et la renverser dans un lieu public n'est vraiment pas opportun. Une manifestation de protestation a déjà eu lieu en Thaïlande pour demander que l'oeuvre d'art soit retirée. Samedi une septantaine de personnes sont venues manifester devant la statue dans le même but. Leur argumentation: des passants viennent escalader la statue du Bouddha et s'y faire prendre en photo (voir la photo du Suedddeutsche Zeitung) et cela choque les sensibilités. De plus faut-il vraiment dépenser beaucoup d'argent public, - autour d'un million deux cent mille euros-, pour de tels projets? Que se passerait-il si un artiste retournait une Croix gigantesque avec un Christ crucifié face contre terre et que des gens venaient l'escalader et s'y faire prendre en photo? Dans la Bavière si catholique? Ou si on représentait un Coran jeté par terre au milieu des déchets du marché? s'interroge l' Interessengemeinschat München, une association défendant les intérêts munichois.

La municipalité se dit quant à elle étonnée de la controverse et allègue qu'avec ce projet personne ne voulait pas heurter les sensibilités. Ce n'est pas l'avis de l'organisation coupole des bouddhistes allemands, le DBU (Deutsche Buddhistische Union), qui a elle aussi demandé le retrait de la statue.

La statue renversée devrait rester en place jusqu'à fin septembre.



 
 
Photos
Interdiction d'escalader. Accès interdit...
Crédit photographique: Luclebelge

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire