jeudi 23 mai 2013

La Befreiungshalle à Kelheim commémore la victoire allemande sur Napoléon Ier.


La Befreiungshalle (« Hall de la libération ») est un monument situé à Kelheim, en Bavière. Il commémore les victoires contre Napoléon Ier pendant les guerres napoléoniennes de 1813 à 1815. Il s'agit d'une vaste rotonde de 58 mètres de haut, élevée de 1842 à 1863 sur ordre de Louis Ier de Bavière sur le Michelsberg qui domine la ville de Kelheim, au confluent de l’Altmühl et du Danube. L'architecte en est Leo von Klenze, le fameux architecte de la Place Royale à Munich (Königsplatz)

  à 
 
 
 
 

Dix-huit statues allégoriques entourent le monument. Elles représentent les peuples de langue allemande qui ont combattu pour l’indépendance de l’Allemagne. De part et d’autre de l’entrée, on trouve les Prussiens et les Autrichiens. Tout autour, il y a les Hanovriens, les Moraves, les Saxons, les Silésiens, les Brandebourgeois, les Poméraniens, les Mecklembourgeois, les Westphaliens, les Hessois, les Thuringeois, les Rhénans, les Souabes, les Francs, les Bohémiens, les Tyroliens et les Bavarois.
 

A l'intérieur, 17 boucliers sont chacun tenus par 2 déesses de la victoire (Siegesgöttinnen) en marbre de Carrare, représentant les 34 Etats allemands existant au moment de la construction du monument.   Il y a dix-huit arcades, sous chaque arcade on trouve deux déesses et un bouclier, sauf pour une des arcades qui sert de porte d'entrée. Les boucliers ont été  coulés avec le bronze de canons capturés, chacun d'entre eux pèse 2600 kg. Le chiffre « 18 » revient sans cesse dans ce monument rappelle le 18 octobre 1813 et le 18 juin 1815 : on compte 18 colonnes, 18 généraux, 18 sièges, mais... 17 batailles.



 



Le texte au centre du pavement du monument:
MOECHTEN DIE TEUTSCHEN NIE VERGESSEN WAS DEN BEFREIUNGSKAMPF NOTHWENDIG MACHTE UND WODURCH SIE GESIEGT.
Que les Allemands n’oublient jamais ce qui a rendu la lutte pour la libération nécessaire et ce par quoi ils ont vaincu. »





 
 
 
 Crédit photographique: Luc Roger

Problème pratique: si vous venus à Kelheim avec les transports publics ou que vous avez décidé de vous garer au bas de la colline et d'en faire l'ascension à pied en suivant les indications fléchées, vous ne trouverez pas de billetterie à l'entrée du monument, et l'on vous obligera à faire plus de 300 mètres supplémentaires (ce qui fait 600 mètres aller-retour) pour arriver à la billetterie...Contrairement à la règle générale en Bavière, l'accueil des touristes à Kelheim a été fort mal conçu. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire