samedi 10 novembre 2012

L'Illusion conjugale, une pièce en français à la Tankstelle de Munich

illusion-fb.jpg

Un public de francophones ravi et complice a pu assister hier soir à la première de l'Illusion conjugale que représente la  Compagnie Antéros à la TANKSTELLE.

Le texte d'Eric Assous est réglé comme du papier à musique. Intelligent, rapide, acerbe, redoutable et éminemment drôle, il nous donne à voir une nouvelle version d'une situation classique du théâtre français, celle qui met en présence le trio habituel du mari, de la femme et de l'amant supposé.

PhotoUn couple infidèle décide de régler ses comptes et de jouer au petit jeu dangereux de la vérité, mais les partenaires sont inégaux, au mari m-as-tu-vu qui affiche une réussite professionnelle cinglante avec un profil de gagnant grande gueule fait face une femme perspicace et incisive qui restera maîtresse du jeu. En fait le jeu se joue à douze contre un, le mari finit par avouer une douzaine de maîtresses  éphémères, sur le mode vite fait bien fait, des maîtresses coincées entre deux réunions de ses voyages d'affaires, alors que la femme ne concède qu'un seul amant, une liaison de 9 mois, dont on ne sait si elle est terminée, avec un seul homme. D'un côté des passades, de l'autre ce qui a tout l'air d'une relation amoureuse. Les enjeux sont différents, et tous les stéréotypes habituels qui opposent psychologie féminine et masculine sont utilisés. On est au vingt-et-unième siècle, la pudeur et les sens du secret ne sont presque plus de mise, la psychologie relationnelle de bazar est passée par là, on est frottés au discours freudien et même lacanien, notre société compétitive est modulée par des techniques agressives de vente auxquelles on a tous été confrontés ou que nous utilisons nous-mêmes, on a fait des thérapies et si on n'est pas passé soi-même sur le divan, notre meilleur(e) ami(e) en fait une depuis trois ou quatre ans. De nouvelles modalités relationnelles en résultent nécessairement, et cette pièce en est l'expression.

Jeanne et Maxime pourraient avoir été élevés par George et Martha, les protagonistes de Qui a peur de Virginia Woolf?, mais Eric Assous traite le jeu de la vérité avec beaucoup moins de cynisme destructeur et davantage d'humour et de tendresse que dans la pièce d'Edward Albee. Comme chez Albee, il leur faut un témoin sans lequel le jeu  ne serait pas complet, et comme Maxime soupçonne son meilleur ami, un dénommé Claude, d'être l'amant de sa femme, et que justement le meilleur ami téléphone pour proposer une partie de tennis à Jeanne, il l'invite à déjeuner. Le trio est réuni, et enfermé, avec une situation à la Huis clos, mais sans que le jeu des quatre vérités devienne jamais vraiment tragique. On ne saura jamais si Claude et Jeanne sont amants, c'est Maxime, plus balourd, qui se fera piéger, et qui avouera avoir couché, entre autres, avec l'ex femme de Claude, qui l'a récemment quitté. A la réussite matamoresque et goujate de Maxime, qui étale succès professionnels, voitures de luxe et de nombreuses maîtresses, Assous oppose le personnage de Claude, un loser doux et tendre, plus réservé. A la fin de la pièce, on n'est pas plus avancé qu'au début, l'amour, les amours et l'amitié semblent cependant l'emporter. La vie va continuer, avec sa complexité, ses petits arrangements et ses petites menteries. Les amis resteront amis, le couple continuera à fonctionner, et peut-être Claude et Jeanne resteront-ils amants, ou le deviendront-ils, alors que Maxime continuera à jouer les coucous. Eric Assous a ciselé sa pièce avec toute l'efficacité de l'esprit français qui fuse à toutes les répliques. C'est notre monde qui est représenté là, il nous en présente le miroir avec suffisamment de tendresse pour que nous sortions amusés et ravis du spectacle.

Les décors ne jouent pas un grand rôle dans cette pièce. Les trois comédiens portent le poids de la pièce et de sa réussite. C'est l'exploit que réalisent Marcus Morlinghaus (Maxime), Marie Nebel (Jeanne) et Thierry Seroz (Claude) qui ont su rapidement abolir la distance théâtrale et nous faire  participer au jeu de l'amour, des amours, de la tragédie, de la tendresse et de l'humour. De superbes comédiens, avec une forte présence en scène, beaucoup de naturel  et de vivacité, une excellente diction, l'enthousiasme et l'art du métier.

Un bon moment francophone à Munich, une pièce à ne pas manquer.

Une coproduction de la Cie ANTÉROS* et du TEAMTHEATER TANKSTELLE.
Les dates

le 10 novembre
du 14 au 17 novembre
du 21 au 24 novembre
du 28 novembre au 1er décembre
à 20 heures

Renseignements et réservations
cliquer ici

Post précédent sur le sujet: cliquer ici



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire