lundi 16 juillet 2012

Solaris, un nouvel opéra de Detlev Glanert en ouverture du Festival d'opéra de Bregenz

emo_solaris12

Opéra en deux parties, chanté en allemand.

Musique de Detlev Glanert sur un livret de Reinhard Palm d'après le roman homonyme de Stanislaw Lem. L'Orchestre symphonique de Vienne et le Choeur philarmonique de Prague sont placés sous la direction musicale de Markus Stenz. Mise en scène de Moshe Leiser et Patrice Caurier.  Une coproduction du festival d'opéra de Bregenz et de l'opéra comique de Berlin.

Première le 18 Juillet 2011 à 19H30
Durée environ 2 heures ¼

L'argument

L'argument tourne autour des thèmes de la responsabilité, de la culpabilité et de la mémoire.

Que se passerait-il si des forces occultes étaient en mesure de matérialiser toutes nos émotions réprimées et toutes nos pensées? Des forces capables de ressusciter à partir de nos souvenirs des gens qui étaient autrefois proches de nous, des entités qui nous mettent face à face avec notre passé et restent pourtant en permanence hors de notre portée et au-delà de notre capacité d'entendement? Quel en serait le résultat pour nous? C'est exactement la question posée par le célèbre roman de science-fiction que l'auteur polonais Stanislaw Lem a publié en 1961, et que le compositeur allemand Detlev Glanert porte maintenant à l'opéra.

Solaris est l'histoire d'un psychologue, Kelvin, qui est envoyé à une station spatiale en orbite autour de la lointaine planète Solaris sur laquelle se passent d'étranges choses. En arrivant à bord, Kelvin est averti immédiatement des apparitions étranges qui harcèlent sans cesse les membres de l'équipage. Aucun des membres de l'équipage ne semble capable de se débarrasser de ces hôtes indésirables. Et très rapidement le fantasme personnel de Kelvin apparaît sous la forme de son ex-épouse, Harey, qui s'est suicidée à l'âge de dix-neuf, et qui revient hanter sa vie dans la spation spatiale, comme si elle était vivante et bien réelle.

En fait, c'est le gigantesque océan de la planète qui permet à tous ces êtres étranges de se matérialiser, Ils sont la projection des sentiments de culpabilité des membres de l'équipage, qui se manifestent avec constance et indifférence. Hanté par ses souvenirs coupables, le scientifique très rationnel qu'est Kelvin est de plus en plus assailli par des pensées et des sentiments irrationnels. En fin de compte, ce spécialiste qu'on a envoyé sur la station orbitale pour résoudre les problèmes qui semblaient s'y produire devient l'un des membres d'équipage les plus touchés par les visites nocturnes des êtres que l'océan matérialise à partir de leurs mémoires.


Pour préparer l'opéra


Pour préparer l'opéra, on peut ...

-lire Solaris, le roman de science-fiction, écrit en 1961 par Stanislas Lem (Pologne). 

-visionner les deux films qu'il a inspirés: 

Solaris d'Andrei Tarkovsky, sorti en URSS en 1972
et Solaris de Steven Soderbergh, sorti aux États-Unis en 2002


Agenda

Les 18 et 25 juillet à 19H30
Le 22 juillet à 11H

Distribution

Kris Kelvin, le psychologue (Baryton)
Dietrich Henschel

Harey, sa femme (Soprano)
Marie Arnet

Snaut, chercheur (Ténor)
Martin Koch

Sartorius, chercheur (Basse)
Martin Winkler

Une négresse (Contralto)
Bonita Hyman

Une vieille femme (Mezzosoprano)
Christiane Oertel

Un nain (Soprano)
Mirka Wagner

Source du texte, plus d'informations et chemin vers les réservations sur le site du Festival d'opéra de Bregenz

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire