vendredi 13 avril 2012

Rétrospective Georg Herold au Musée Brandhorst

Le Musée Brandhorst présente du 19 avril au 2 septembre une exposition consacrée à l'oeuvre de Georg Herold, un artiste qui manie souverainement l'ironie dans une oeuvre qui multiplie les références à la peinture, à l'architecture et à la sculpture et pousse le décoldage des productions artistiques jusqu'à l'absurde. Le travail de Georg Herold, basé sur la démystification des concepts établis, incarne la négation du monde artistique telle que la tradition académique l'a conçu. Toutes ses œuvres sont basées sur le principe du collage ou du montage: son intention première n'est cependant ni l'innovation ni l'originalité, mais bien la divergence et la contradiction. Herold rompt avec les codes classiques de l'art et encourage les autres à réfléchir sur la fonction de l'oeuvre artistique. Il est l'un des artistes les plus importants et influents de sa génération.

Georg Herold est né à Iéna en 1947. En 1973 il fut arrêté alors qu'il tentait de fuir l'Allemagne de l'Est. Il fut condamné à être emprisonné, mais l'Allemagne de l'Ouest négocia sa libération.  C’est en Allemagne de l’Ouest qu’il a étudié l’art dans les Académies de Munich et de Hambourg. Il vit et travaille à présent à Cologne. Depuis 1999 il enseigne à l'Académie des Beaux-Arts de Düsseldorf.

Au début des années 80, Herold travaillait avec des matériaux frustres et bruts, bon marché, comme de simples lattes de bois, mais depuis les années 1988/89,  on l'a aussi vu utiliser  un matériau plus original et coûteux comme le caviar Beluga dans ses peintures ou ses installations. Il va sans dire que ce fut perçu comme une provocation. En dehors des lattes de bois et du  caviar, Herold utilise la brique, le fil, des boutons ou des aiguilles, des sacs à main ou des tapis, etc. , il choisit "des matériaux stupides qui ne posent pas de questions".  Récemment il en est revenu à la représentation de l'humain: il  vise à montrer une humanité stupéfiée, aliénée par la civilisation contemporaine, une humanité dérangée, triste, agressive et sans défense, sexuellement inhibée, faite d'un faisceau de caractéristiques, de capacités et de possibilités contradictoires.


Georg Herold (*1947), sunny side up, 2011, 
Photographie d'un oeuf de caviar
Haydar Koyupinar © VG Bild-Kunst,
Bonn 2012
Le concept de l'exposition a été conçu avec la collaboration de l'artiste. La rétrospective de son oeuvre illustre aussi les connections ou les contradictions de ses créations avec celles d'oeuvres d'autres artistes des collections du musée, comme, entre autres,  Sigmar Polke, Joseph Beuys, Eric Fischl et Jannis Kounellis.

Un catalogue reprend toutes les oeuvres présentées dans l'exposition.

Horaire: tous les jours sauf le lundi de 10 à 18 heures (à 20 heures le jeudi)


Photos: Haydar Koyupinar © VG Bild-Kunst

Une expo en préparation (photo sur le facebook du Musée)




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire