vendredi 13 avril 2012

Année Frédéric le Grand: les mémoires de sa soeur, la Margrave de Bayreuth


Frédérique Sophie Wilhelmine
Margrave de Bayreuth

L'Allemagne commémore cette année les 300 ans de la naissance de Frédéric le Grand. On peut approcher la personnalité de ce grand Roi par la lecture des mémoires de sa soeur, margrave de Bayreuth.  Ces mémoires peuvent se lire en ligne en e-book gratuit, notamment  sur le site du Projet Gütenberg ou en version papier au Mercure de France (poche, collection Le temps retrouvé).

Résumé

Ces«Mémoires»se rapportent à la jeunesse et au mariage de Wilhelmine Frédérique Sophie, margrave de Bayreuth, fille de Frédéric-Guillaume I, roi de Prusse et soeur de Frédéric II.  C'est le tableau le plus vivant, le plus coloré et certainement le plus exact de la cour prussienne au temps du  terrible roi-sergent, Frédéric-Guillaume Ier, le collectionneur de grenadiers géants. C'est aussi le tableau de la petite cour de Bayreuth, assez misérable par la faute d'une mauvaise administration, avec un vieux prince ivrogne, qui était néanmoins populaire, parce que son seul plaisir était d'aller au cabaret boire un pot avec n'importe qui. A peu près introuvables, ces Mémoires font penser parfois au plus féroce Saint-Simon. Ils font découvrir une Allemagne que nous ne connaissons guère, et aussi un écrivain français pittoresque, amusant et cruel.



Mémoires
Préface à l'édition de 1888

Un charme tout particulier plane autour des Mémoires tant renommés de la Margrave de Bareith, les enveloppant de voiles mystérieux, tantôt transparents, tantôt obscurcis, montrant néanmoins toujours distinctement l'individualité de la femme auguste dans tout ce qu'elle fait comme dans tout ce qu'elle ne fait pas.
Quatre-vingts ans se sont écoulés depuis la première édition qui fut, non pas lue, mais dévorée. Rien ne pouvait exciter un plus vif intérêt que ce menu de scènes piquantes d'observations pétillantes, d'intrigues incroyables, le tout écrit avec une sans-gêne inouïe. La princesse n'épargnait rien et personne, ni père, ni mère, ni frères, ni soeurs n'échappaient à sa critique mordante. Tout ce qu'elle voyait et entendait était saisi pour être dépeint dans ses Mémoires ou comme un portrait parlant ou comme une caricature, mais toujours sans aucune considération de ce qu'on appelle les convenances et les égards. Nous autres, enfants du XIXième siècle, tout imbus de ces préjugés de convention, nous ne pouvons voir sans étonnement de quelle manière elle arrange ses personnages sans aucune exception, les traitant tous avec la dernière rigueur.
Nous ne pouvons comprendre cette princesse de Prusse, choisissant les expressions les plus fortes, les plus drastiques et décrivant les scènes les plus intimes. Mais le XVIIIième siècle pensait et écrivait autrement que le nôtre. Bien souvent alors le coeur s'échappait avec la langue, et la plume suivait la main. Avec sa grande désinvolture de conception et de raisonnement le siècle philosophique ne s'inquiétait pas long-temps du: «qu'en dira-t-on?«
On a bien souvent reproché à la Margrave--et le célèbre historien Schlosser lui a jeté la première pierre--d'avoir de gaîté de coeur compromis inutilement les siens. Nous aurions d'elle un portrait peu ressemblant si nous acceptions ce jugement étroit parmi tous les autres du même acabit. Il faut essayer de la connaître autrement, et elle se révèle sous un jour tout différent dans ses lettres.
La Margrave Wilhelmine entretenait une correspondance suivie avec les plus illustres savants et les plus grands poètes de son temps. Il suffit de nommer ici Frédéric le Grand et Voltaire. Dans ses lettres se trouve bien souvent l'explication pour nombre de paroles dures contenues dans ses Mémoires. C'est dans ses lettres qu'elle ouvre son soeur à son frère et à son ami. On est ému du chagrin et des souffrances d'une princesse qui, selon les personnages les plus distingués de ce temps, passe pour la femme la plus spirituelle et la plus éminente du XVIIIième siècle. On serait bien tenté de ne point lui reprocher son impiété en voyant que son amertume et son aigreur trouvent leur explication dans les souffrances physiques et psychiques qu'elle eut à subir.
Aujourd'hui que l'on a puisé à tant de sources historiques, il serait impossible de mettre au premier rang les Mémoires de la Margrave. Ils sont sans grande portée pour la conception historique, et du reste on y trouve plus d'une erreur. On ne peut nier cependant qu'il n'y ait beaucoup de vrai et d'intéressant: aussi resteront-ils un tableau vivant des moeurs et de la situation de l'Allemagne au XVIIIième siècle.
Malheureusement le manuscrit original des Mémoires finit avec l'année 1742. La Margrave vécut jusqu'à 1758 et s'éteignit dans la même nuit et à l'heure même où son frère était surpris près de Hochkirch.
Cette nouvelle édition que nous présentons au public s'efforce à combler cette lacune en dépeignant la vie de la Margrave jusqu'à sa mort d'après des documents et des lettres de l'authenticité la plus indiscutable.
En publiant cette nouvelle édition nous voulons contribuer de notre part à présenter à un public toujours plus nombreux le portrait de la princesse après en avoir enlevé le tâche d'impiété qui le défigurait. Nous montrerons sous son vrai jour une femme pensant et agissant vraiment en reine, grande dans son amour héroïque pour son frère vraie dans son amitié. Espérons de voir disparaître de plus en plus l'opinion qui la faisait regarder comme une femme sans coeur et sans âme.

Leipzig, février 1888.

Données techniques de l'édition papier

Auteur : Margrave-De-Bayreuth, Frederique-Sophie-Wilhelmine
Editeur : Mercure De France
Collection : Le Temps Retrouve
Date de parution : 14/03/2001
EAN13 : 9782715222540
Genre : POCHE HISTOIRE
Langue : français
Format : 178x107x24
Poids : 295g

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire