mardi 7 février 2012

Grande rétrospective Georgia O'Keeffe à la Hypokunsthalle


La Hypokunsthalle présente jusqu'au 13 mai une vaste rétrospective de l'oeuvre de l'artiste américaine Georgia O'Keeffe sous le titre Georgia O'Keeffe, sa vie, son oeuvre (1887-1986). C'est la première fois qu'une exposition de cette ampleur est consacrée à l'artiste en Allemagne. L'exposition comporte quelque 75 peintures, sculptures et œuvres sur papier significatives de l'ensemble de l'oeuvre de l'artiste. La vie et l'oeuvre de Georgia O'Keefffe sont également documentées par une cinquantaine de photographies, dont certaines par Alfred Stieglitz, Arnold Newman, Paul Strand et Ansel Adams. On y voit tant des portraits que les paysages qui ont influencé si profondément l.‘oeuvre, de l’artiste ou les maisons dans lesquelles elle a vécu ou séjourné.

Il est surprenant que les travaux de cette pionnière de l'art américain soient rarement montrés en Europe. Cette extraordinaire exposition itinérante a été conçue en étroite collaboration avec le musée Georgia O'Keeffe à Santa Fe: elle a d'abord été présentée à Rome à la Fondazione Roma / Palazzo Cipolla, elle est actuellement présentée à Munich, avant de passer au Musée d'Art de la ville d'Helsinki.

L'exposition est le fruit du travail de Barbara Buhler Lynes, conservateur du Musée Georgia O'Keeffe et éditeur du catalogue raisonné des œuvres de l'artiste. Elle a préparé cette rétrospective pendant plusieurs années. A l'aide d'exemples percutants, elle présente une sélection d'oeuvres significatives de chaque étape du travail O'Keeffe, depuis ses premières abstractions datant de 1910, en passant par les peintures de fleurs et de formations naturelles à partir des années 1920, pour aboutir aux célèbres paysages urbains de New York et aux photos du Lake George. L'un des clous du spectacle est le groupe d'œuvres illustrant les vastes paysages du Nouveau-Mexique, son architecture distinctive et des natures mortes avec des crânes d'animaux, mais l'exposition présente également ses dernières œuvres de grande envergure. La vie et l'œuvre de l’artiste sont présentées à travers un dialogue très vivant avec des photographies et des films, ainsi que du matériel de travail de l'artiste.

Dans les années 1920, O'Keeffe a révolutionné l'art de la représentation florale avec ses grands formats de fleurs, présentées comme si on les regardait de près à travers une loupe. Ses peintures de bâtiments à New York, dont la plupart datent de la même période, sont considérées comme la quintessence des paysages urbains américains. En 1929, elle a commencé à passer une partie de l'année dans le Nord du Nouveau-Mexique. Dès lors, son travail dépeint les motifs typiques de la région: les os et les roches trouvées dans le désert, des formations géologiques uniques ou l'architecture en adobe particulière aux Indiens d'Amérique. L’artiste a vécu au cœur de ce paysage de 1949 jusqu'à sa mort à l'âge de 98 ans.

Georgia O'Keeffe est l'une des femmes peintres les plus importantes de la peinture américaine du 20e siècle. Son travail démontre de façon éclatante comment l'art des Etats-Unis s'est détaché de la tradition de l'Europe. Sa vie illustre l'émancipation des femmes artistes et a eu un impact décisif sur les générations suivantes.

Un facteur qui a contribué à la position unique dans l'histoire l'art américain de Georgia O'Keeffe est sa relation et plus tard son mariage avec Alfred Stieglitz (1864-1946). Par son dévouement et son travail de galeriste, Stieglitz a promu sa carrière dès le début. En tant que photographe, Alfred Stieglitz a célébré Georgia O'Keeffe à la fois en tant qu'artiste et en tant que modèle.
Les éditions Hirmer ont publié l'édition allemande du catalogue avec des illustrations de l'ensemble des oeuvres présentées sur les trois lieux d'exposition européens.

L'exposition est parrainée par la Terra Foundation for American Art.

A la Hypokunstalle, jusqu’au 13 mai, tous les jours de 10 à 20 heures, sauf le 21 février (fermeture à 14 heures)


Source de l'information et des images et plus d'infos: cliquer ici pour accéder au site de la Hypokunsthalle.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire