jeudi 26 mai 2011

Un nouveau mémorial pour les victimes homosexuelles du nazisme à Munich


homoUn nouveau monument aux victimes homosexuelles du nazisme devrait être érigé en plein centre de Munich. Le conseil communal de la ville se réunit pour en décider aujourd'hui même. Le piétonnier du centre de Munich devrait être agrandi au printemps 2012 et c'est à cette occasion que l'on aménagerait le monument à l'angle de Oberanger et de la Dultstrasse, un lieu symbolique pour les gays de Munich, puisque c'est là que se trouvait le Scwharzfischer (Le pêcheur noir), un bar gay célèbre dans les années 30. Le 20 octobre 1934, les Nazis avaient mené une grande razzia dans la scène gay de Munich, et notamment au Schwarzfischer. Ce fut le début des persécutions nazies  contre les homosexuels: plus de cinquante mille personnes furent arrêtées, et la plupart furent internées dans des camps de concentration. Peu en réchappèrent.

La ville dégagera un budget de
85 000 € pour cet important projet.  Un appel à projets sera lancé encore avant l'été de cette année. Le choix sera ensuite effectué par une Commission culturelle. A noter que le projet reçoit un large soutien politique: tant les partis actuellement au pouvoir (rouges et verts) que l'opposition chrétienne-démocrate ont annoncé un vote favorable.



C'est Thomas Niederbühl, conseiller de la Liste Rosa (le parti gay et lesbien est en effet représenté au conseil communal), qui a eu l'initiative de ce projet de monument, il en a avancé l'idée dès  2008. Si les chrétiens-démocrates de la CSU avaient au départ de la discussion  émis des objections*, ils ont cependant indiqué qu'ils soutiendraient le projet.  Thomas Niederbühl rappelle combien long fut le combat des gays et des lesbiennes pour obtenir la reconnaissance des persécutions dont ils furent l'objet sous le nazisme. Le sinistre paragraphe 175 qui criminalisait l'homosexualité fut d'application jusqu'en 1969. En 1985, les gays et les lesbiennes avaient voulu placer une plaque commémorative dans le camp de Dachau, mais ce n'est que 10 ans plus  tard, en 1995, que les gays et les lesbiennes ont été reconnus comme un groupe de victimes.

*Richard Quaas, porte-parole des chrétiens-démocrates: «Jusqu'à présent, il y avait un consensus de ne pas établir de différenciation des victimes sur des monuments ou des monuments." D'autres groupes de victimes du nazisme n'ont pas de monument commémoratif spécifique  dans l'espace public munichois .

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire