lundi 4 avril 2011

Concert pour le Japon à la Frauenkirche

Le concert de solidarité pour le Japon organisé ce dimanche 3 avril après-midi à l'Eglise Notre-Dame de Munich  par l'Opera national bavarois a rencontré un franc succès. Toutes les places disponibles avaient été réservées et de nombreuses personnes ont suivi le concert debout dans les nefs latérales. Plus de 1000 Munichois avaient répondu présent à l'appel. On ne connaît pas encore le total des dons récoltés en faveur de la  population japonaise.  

Le concert a été brièvement introduit par une prière, la récitation conjointe  d'un psaume par l'Archevêque Reinhard Kardinal Marx et par l'Eveque protestant du Land de Bavière Johannes Friedrich.








 Deux chansons enfantines du répertoire japonais, des "shokas", ont d'abord été interprétées par la soprano Eri Nakamura, avec une sensibilité exquise et poignante: Akaikutsu (Petite fille) und Sakura (Fleurs de cerisier).


Ein deutsches Requiem (Un requiem allemand) de Johannes Brahms, a ensuite été interprété, sous la direction de  Kent Nagano, avec pour solistes la soprano Soile Isokoski et le baryton Michael Volle, et la participation du choeur d'enfants Windsbach (Windsbacher Knabenchor)  et de membres du choeur de la cathedrale. Un choeur impressionant composé de plus de 100 choristes. La matinée musicale, empreinte de solennité, a permis de vivre un moment intense tant de musique que de recueillement. Tous les artistes ont apporté leur contribution bénévole.

Le concert a été retransmis en direct par tant par la télévision bavaroise que par la chaîne de radio BR-Klassik. Il sera également rediffusé au Japon par l'émetteur japonais NHK.

Le choix de la plus longue composition de Brahms était entièrement justifié pour commémorer la mémoire des victimes des récents drames japonais. Brahms l'a composé alors qu'il venait d'être accablé par le décès de sa mère, et sans doute avec des réminiscences du suicide de Schumann. Il en avait rédigé lui-même le livret, s'inspirant de la Bible en allemand de Martin Luther. Le 'deutsches' du titre se réfère davantage à la langue utilisée qu'au public auquel l'oeuvre était destinée.

Dans le cadre de ce concert de bienfaisance, vous pouvez encore  faire un don pour les victimes du tsunami. Soit en versant votre contribution aux deux banques suisvantes, en mentionnant simplement 'Tsunami', soit par internet.

Caritas international, Freiburg, Compte numéro 202 de la  Bank für Sozialwirtschaft Karlsruhe BLZ 660 205 00, ou on line sous: www.caritas-international.de
Diakonie Katastrophenhilfe,  Compte 502707 à la Postbank Stuttgart BLZ 600 100 70 ou online www.diakonie-katastrophenhilfe.de/spenden

Photos: Luc Roger

Ein deutsches requiem, aussi ce mardi 5 à l'Opéra

Si vous avez manqué le concert de dimanche, vous pourrez encore entendre l'oeuvre de Brahms par les mêmes interprètes ce mardi 5 avril au Bayerische Staatsoper. Il reste quelques places: cliquer ici et puis en bas de page sur k-a-r-t-e-n.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire