lundi 10 janvier 2011

Opéra de Munich: Luisa Miller au Staatstheater

Le Staatsoper reprend la production de Luisa Miller de Giuseppe Verdi de 2007 par Claus GUTH, une mise en scène plutôt intellectualisée et subtile qui joue sur la thématique du double et réorganise les personnages par des jeux de miroir qui vont de la duplication à la multiplication par cinq: à un moment, il n'y aura pas moins de cinq Luisa en scène, la chanteuse et quatre mimes. La mise en scène utilise le fameux plateau tournant du Staatstheater, qui semble attirer les metteurs en scène comme des mouches, mais qui, de représentation en représentation finit par donner le tournis aux aficionados. Le metteur en scène a surtout fouillé et dédoublé les personnalités du père de Luisa et du comte Walter pour en faire deux Docteur Jekyll et Mister Hyde: ainsi, dès l'entame de la production, le père de Luisa est-il partagé entre son désir de protéger sa fille d'un amoureux qu'il pressent prédateur et de la garder pour lui-même, et celui de répondre positivement à un amour évident qu'il sait authentique. Deux pères Miller se miment dans des pièces à l'identique. Plus loin le comte Walter se voit aussi dédoublé. Trait de génie du metteur en scène: il escamote le personnage de Wurm et sa partie sert les divers dédoublements.

Cependant, une fois qu'on a compris le procédé, on finit par se lasser de la répétition du même: trois heures d'un plateau tournant qui reproduit des pièces d'habitation à l'identique avec des mimes, certes excellents, qui multiplient les effets de miroir, c'est un peu long. Et si la tristesse des décors reflète bien la misère morale dans laquelle tous les protagonistes sont plongés, avec des degrés de responsabilité et de passion divers, ils finissent par plomber le moral.

Reste la qualité de l'interprétation: Krassimira Stoyanova incarne une Luisa parfaitement maîtrisée au service de laquelle elle met ses exceptionnels talents de chanteuse et de comédienne, avec peut-être trop de retenue, de contrôle de soi alors que ce personnage de femme passionnée écartelée entre la passion amoureuse et le devoir filial pourrait recevoir une interprétation plus dramatique, plus proche de la démence. Une grande voix, qui a peut-être dû se soumettre à l'intellectualisme de la mise en scène. Excellente aussi et très habitée, l'interprétation de Miller par Zeljko Lucic. Le ténor Massimiliano Pisapia chante bien mieux qu'il ne joue, mais ceci compense cela: son étendue vocale est impressionante, qui sait monter dans l'aigu. Les amours damnées de la soprano et du ténor sont entourées par la série des basses plus sombres qui tiennent fort bien leur partie.
Une Luisa de grande qualité, dans une mise en scène très cérébrale, qui ne laisse pas toute la place à l'émotion.
Encore à l'affiche ce mercredi 12 janvier: cliquer ici pour plus de renseignements et pour réserver
Pour visionner un extrait et le trailer, cliquer ici

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire