Rechercher dans ce blog

vendredi 17 janvier 2020

Quand Maupassant visitait l'Hôtel des Palmes à Palerme


Guy de Maupassant écrivit son récit de voyage intitulé Au soleil en 1884. Au cours de ce voyage, il séjourne à Palerme et, après avoir longuement visité la Chapelle palatine, s'en revient à l'Hôtel des Palmes, où un voyageur apprend que Wagner y résida. Wagner y termina en 1881 la composition de Parsifal

" [...] Je reviens lentement à l'Hôtel des Palmes, qui possède un des plus beaux jardins de la ville, un de ces jardins de pays chauds, remplis de plantes énormes et bizarres. Un voyageur, assis sur un banc, me raconte en quelques instants les aventures de l'année, puis il remonte aux histoires des années passées, et il dit, dans une phrase : 

— C'était au moment où Wagner habitait ici. 

Je m'étonne : — Comment ici, dans cet hôtel ? 

— Mais oui. C'est ici qu'il a écrit les dernières notes de Parsifal et qu'il en a corrigé les épreuves. 

Et j'apprends que l'illustre maître allemand a passé à Palerme un hiver tout entier, et qu'il a quitté cette ville quelques mois seulement avant sa mort. Comme partout, il a montré ici son caractère intolérable, son invraisemblable orgueil, et il a laissé le souvenir du plus insociable des hommes. 

J'ai voulu voir l'appartement occupé par ce musicien génial, car il me semblait qu'il avait dû y mettre quelque chose de lui, et que je retrouverais un objet qu'il aimait, un siège préféré, la table où il travaillait, un signe quelconque indiquant son passage, la trace d'une manie ou la marque d'une habitude. Je ne vis rien d'abord qu'un bel appartement d'hôtel. On m'indiqua les changements qu'il y avait apportés, on me montra, juste au milieu de la chambre, la place du grand divan où il entassait les tapis brillants et brodés d'or. 

Mais j'ouvris la porte de l'armoire à glace. 

Un parfum délicieux et puissant s'envola comme la caresse d'une brise qui aurait passé sur un champ de rosiers. 

Le maître de l'hôtel qui me guidait me dit : — C'est là-dedans qu'il serrait son linge après l'avoir mouillé d'essence de roses. Cette odeur ne s'en ira jamais maintenant. 

Je respirais cette haleine de fleurs, enfermée en ce meuble, oubliée là, captive ; et il me semblait y retrouver, en effet, quelque chose de Wagner, dans ce souffle qu'il aimait, un peu de lui, un peu de son désir, un peu de son âme, dans ce rien des habitudes secrètes et chères qui font la vie intime d'un homme. 

Puis je sortis pour errer par la ville. [...] "

2 commentaires:

  1. Merci ! Il y a longtemps que je recherchais ce texte, lu il y a longtemps... Mais c'est extrait de quelle oeuvre de Maupassant?

    RépondreSupprimer
  2. C'est indiqué dans l'article : Au soleil

    RépondreSupprimer