mercredi 7 février 2018

Quand l'église de France proposait la visite de Neuschwanstein dans le cadre d'un pèlerinage



En 1910 le Bulletin du Diocèse de Reims (1) proposait un attrayant pèlerinage dont le but premier était d'assister à une représentation du Jeu de la Passion à Oberammergau. Le pèlerinage comprenait aussi la visite de Notre-Dame des ermites à Einsiedel, l’un des pèlerinages mariaux les plus populaire et les plus fréquenté d’Europe, bien avant Lourdes ou Fatima.

Les organisateurs du pèlerinage, placé sous la présidence d'honneur de l'archevêque de Paris,  proposaient aussi la visite des châteaux de Hohenschwangau,  Neuschwanstein et de Linderhof.  Ces excursions se faisaient en landaus (2). 

(1) Bulletin du Diocèse de Reims, quarante-troisième année, Reims, imprimerie de l'archevêque, p.312.

(2) Le landau était une voiture hippomobile attelée à deux ou quatre chevaux, à quatre roues et quatre places en vis-à-vis, plus deux strapontins, à double capote mobile. La capote pouvait se rabattre totalement à l'horizontale, offrant ainsi la vue et l'air aux passagers. Il possède des suspensions et une direction par cheville ouvrière. Il est conduit par un cocher assis sur un siège avant solidaire de la caisse. Il fut créé en Allemagne, dans la ville de Landau in der Pfalz dont il tire son nom. Il resta véhicule de prestige jusqu'à la Seconde Guerre mondiale.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire