lundi 26 juin 2017

Beaux musées bavarois: la collection Campendonck à Penzberg



Le Musée de Penzberg conserve et présente la plus grande collection d'oeuvres de l'artiste expressionniste d'origine allemande Heinrich Campendonck. Ce petit musée a réouvert ses portes il y a tout juste un an, après deux ans de travaux de rénovation et d'agrandissement . Outre les oeuvres de cet artiste proche d'August Macke et de Franz Marc, qui a participé à la mouvance du Blaue Reiter, on peut également y voir actuellement deux expositions, l'une consacrée à Helmuth Macke, le cousin d'August, et une autres aux peintures sur verre inversé (dite aussi peinture sous verre) de Campendonck. Cette dernière technique est une technique artistique particulièrement difficile qui s'exécute directement sur une feuille de verre: le verre supporte la peinture comme le ferait une toile; soudée au verre, c'est à travers ce support que l'on contemple l'œuvre; ainsi le verre sert à la fois de support et de vernis protecteur.

Si l'on visite la région en voiture, la visite de ce charmant et accueillant petit musée se combine aisément avec celles du musée de Buchheim de Bernried sur le Starnbergersee, du musée Gabriele Münter à Murnau ou du musée Franz Marc à Kochel.


Peinture sur verre inversé de Campendock

Heinrich Campendonk, né à Krefeld (Allemagne) le 3 novembre 1889 et mort à Amsterdam (Pays-Bas) le 9 mai 1957 (à 67 ans), est un artiste peintre, graveur et dessinateur de vitrail allemand, rattaché à l'expressionnisme, membre pour un temps (de 1911 à 1912) du mouvement artistique munichois Der Blaue Reiter.

Campendonk étudie à l'école des Beaux-Arts de Krefeld de 1905 à 1909. Son professeur est le peintre symboliste Johan Thorn-Prikker. En 1911, il adhère sur l'invitation d'August Macke au groupe Der Blaue Reiter.

Chassé par les nazis dès 1934 et déclaré « artiste dégénéré » en 1937, Campendonk se réfugie aux Pays-Bas où il enseigne à la Rijksakademie van beeldende kunsten d'Amsterdam et finit sa vie sans jamais retourner en Allemagne. Avant sa mort, il prend la nationalité néerlandaise.

Très doué dans le domaine des arts décoratifs, il se voit décerner le grand prix pour un vitrail présenté à l'Exposition universelle de 1937 à Paris.




Plus d'infos, en allemand, sur le site du musée

Sources textes et photos: Museum Penzberg /Wikipedia


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire