dimanche 1 janvier 2017

Les poèmes de Robert de Montesquiou consacrés au Roi Louis II de Bavière (9): Encan

Encan, un poème du Comte Robert de Montesquiou-Fezensac, publié dans son recueil  Les chauves-souris : clairs-obscurs, édité par G.Richard à Paris à partir de 1893. (Notre extrait: pages 283-284  de l'édition remaniée de 1907).
Il s'agit du neuvième poème d'une série tout entière dédiée au Roi Louis II de  Bavière et dont le titre général est REX LUNA (Le Roi lune). Le poème évoque les ventes aux enchères lors de la succession du Roi Louis II.

Le Comte Robert de Montesquiou(1855-1921) 

Le comte Robert de Montesquiou, est un homme de lettres, un dandy et critique, né à Paris le 7 mars 1855 et mort à Menton (Alpes-Maritimes) le 11 décembre1921.  Poète, homosexuel et dandy insolent,  il aurait servi de modèle à des Esseintes dans À Rebours (1884) de Huysmans. Il fournit à Marcel Proust l'un des modèles du Baron de Charlus dans À la recherche du temps perdu, ce qui le rendit furieux malgré les dénégations de Proust.
(Plus sur Wikipedia, source de cette introduction biographique)


ENCAN

Car ses promenades sont si diverses, et ses masques et déguisements 
se font en tant de sortes, tant croissant que descroissant, que les plus habiles 
de ceux qui s'adonnèrent à contempler son naturel, se despitaient eux-mêmes. 
PLINE.

On a vendu tes costumes, 
On a vendu tes atours, 
On a vendu tes coutumes,
On a vendu tes contours.

On a vendu tes toilettes, 
On a vendu tes chiffons 
Et tous les vains amulettes 
De tes secrets peu profonds.

On a vendu tes musettes, 
On a vendu tes bijoux, 
Et toutes les amusettes 
De tes mystères-joujoux.

On a vendu portemantes 
Avec décrochez-moi-ça,
Et mille choses dormantes 
Que l'oeil curieux froissa.

On a vendu tes défroques, 
Et tes frusques et tes frocs, 
Et tous les habits baroques 
Que tu portais sur tes rocs.

Tantôt un prince en achète, 
Tantôt un Comédien ; 
Et ta royale cachette 
Devient le mien et le tien.

On a vendu voile et toiles 
Grain à brin, et brin à grain, 
Dont, sous les yeux des étoiles, 
Tu te jouais Lohengrin !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire