lundi 26 décembre 2016

Nikolaus Oesterlein, grand collectionneur wagnérien. Le Musée Reuter-Wagner à Eisenach

Oesterlein, héliogravure de Jacob Blechinger
d'après une photographie de Victor Angerer.


Richard Wagner-Museum Wien
Wagnérien enthousiaste et collectionneur passionné, Nikolaus Oesterlein (1841-1898)  a réuni une vaste collection de plus de 20.000 articles,livres et objets ayant tous une relation avec le compositeur. Zélateur déclaré de Wagner dès 1868, il fut du Festival de Bayreuth en 1876, et en 1884 voulut mettre en partique son idée d'un musée consacré à Richard Wagner. Oesterlein avait réuni une vaste bibliothèque d'environ 5000 volumes, 200 bustes, des partitions, des milliers d'articles de presse, une correspondance personnelle et un cabinet rempli de curiosités relatives au compositeur. En 1886, il installa une partie de sa collection  dans deux pièces de son appartement viennois qu'il ouvrit au public. Puis, en 1887, Oesterlein ouvrit le Musée Richard Wagner à Vienne. Malheureusement Oesterlein dépensait sans compter, ce qui le força à fermer son musée et à vendre toute sa collection  en 1895. 

Un deux ex machina se trouva en la personne d'un éminent germaniste, ami de Nikolaus Oesterlein. La collection Oesterlein fut sauvée par le Professeur Joseph Kürschner, originaire de Gotha en Thuringe, lexicographe, spécialiste de littérature allemande, et également grand admirateur de Wagner.  Au motif que Wagner avait plusieurs fois séjourné à Eisenach et que, inspiré par l'histoire de la Wartburg, il y avait localisé l'action de son Tannhäuser, le professeur recueillit des fonds via une fondation et put acheter l'ensemble de la collection, qui demeura ainsi intacte.


La Villa Reuter (photo Luc Roger)

La ville d'Eisenach était entrée en possession de la Villa Reuter après la mort de Luise Reuter,  la veuve du poète allemand Fritz Reuter. Le Professeur Kürschner s'étant occupé de cette succession,t l'idée lui vint d'y installer la collection Oesterlein, tout en conservant le premier étage en l'état comme l'avait souhaité la veuve Reuter. C'est ainsi qu'en 1897 s'ouvrit le Musée Reuter Wagner qui est aujourd'hui considéré comme le plus ancien musée d'Eisenach. Il a gardé le charme d'une villa bourgeoise de la seconde moitié du 19e siècle.


Photo Reuter-Wagner Museum

Un buste de Wagner entouré des rayonnages de la bibliothèque dont les livres sont tous consacrés au compositeur et à son oeuvre accueille les visiteurs qui entrent dans le hall du musée Wagner au rez-de-chaussée de la villa. On y découvre des des trésors tels que les plans de construction de la première salle de fête de Bayreuth, des étiquettes de champagne "Rheingold", l'étui à pipe de Wagner, une copie de son masque de mort, des programmes de théâtre jaunis, des caricatures, des partitions annotées par Wagner et des notes manuscrites du compositeur, des souvenirs qu'achetaient les festivaliers de la fin du 19e siècle, des affiches ou des croquis de personnages de la Tétralogie de 1876. Le site du Musée avance que la collection Oesterlein est en ampleur la deuxième collection au monde consacrée au compositeur, le première étant celle du Musée Richard Wagner à Bayreuth.

Nikolaus Oesterlein avait publié dans les années 1880 le catalogue de sa bibliothèque, une somme qui avait eu assez de retentissement en Europe pour que la Revue Wagnérienne publie dans son tome II de 1887 un article daté d' août 1886 et qui donne à lire la table des matières traduite en français du deuxième volume du catalogue d'Oesterlein. Voici cet article:

Katalog einer Richard Wagner-Bibliothek, par Nikolaus Oesterlein, deuxième volume (chez Breitkopf et Hiertel, 1 vol. in-8°, de 356 pages, à 12 fr. 50).

Nous avons annoncé la publication de cet ouvrage dont le titre complet est : « Catalogue d’une bibliothèque wagnérienne, répertoire authentique et complet de la littérature wagnérienne établi systématiquement selon l’ordre chronologique d’après les originaux inclus et augmenté de citations et de notices, par Nikolaus Oesterlein, membre honoraire de l’Association Wagnérienne Académique de Vienne, — deuxième volume, clos en novembre 1881 (n° 3.373 jusqu’à 5.567)  »

Cet ouvrage contient, — après une table des matières, une préface, un guide et une table des signes :

1re partie :Richard Wagner ; œuvres en prose et en vers : manuscrits ; télégrammes ; lettres ; discours et allocutions ; mots ; communications imprimées et fragments ; articles de journaux ; œuvres musicales.
2e partie : Traductions ; arrangements ; portraits ; vues ; divers.
3e partie ; L’art et l’œuvre de Richard Wagner en général : littérature ; dessins et photographies ; divers.
4e partie : Associations Wagnériennes : associations locales ; patronat de Bayreuth.
5e partie : Bayreuth : préparation aux fêtes de 1876 ; les fêtes de 1876 ; préparation des fêtes de 1882.
6e partie : Curiosa : sur l’œuvre Wagnérienne ; divers.
Appendice : étude des sources ; arrangements des sujets Wagnériens en un sens plus large ou plus étroit ; explications et commentaires ; littérature se rapportant à l’œuvre Wagnérienne ; divers.
Second appendice : manuscrits, œuvres et portraits de parents et d’amis de Richard Wagner; littérature sur Liszt. Liste des dons et registre des noms.

A noter que certaines oeuvres de Nikolaus Oesterlein, dont son catalogue, sont consultables gratuitement en ligne sur Archive.org.

Informations sur le Musée Reuter-Wagner d'Eisenach: consulter le site du musée (en allemand). Attention aux  jours et heures d'ouverture du musée!

Reportage photographique






















Crédit photographique pour les photos du reportage photographique: Luc Roger

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire