jeudi 27 octobre 2016

Mozart et ses interprètes féminines, un concert commenté du Münchner Rundfunkorchester


La soprano Arianna Vendittelli
Le Münchner Rundfunkorchester nous a donné hier soir son premier concert-conférence du mercredi en prenant pour thème Mozart et ses interprètes féminines, mêlant l'art de la narration aux plaisirs de l'interprétation musicale. L'acteur autrichien Johannes Silberschneider nous a conté avec un intérêt passionné l'histoire des relations du compositeur  avec ses interprètes féminines, qui lui étaient des sources d'inspiration indispensables à son écriture musicale. C'est dans cette perspective que Silberschneider a introduit les trois opéras, Les Noces, Don Giovanni et Così. dont le Münchner Rundfunkorchester a interprété les trois ouvertures pour accompagner ensuite le chant de la soprano italienne Arianna Venditetlli, agréable surprise de la soirée, puisque elle a accepté de remplacer au pied levé Anett Fritsch, malheureusement souffrante.

Alessandro de Marchi dirigeait l'orchestre munichois avec la compétence mozartienne qu' on lui connaît. En spécialiste de l'opéra et de l'oratorio baroques et de la redécouverte d'opéras oubliés, le maestro a fait une nouvelle fois la démonstration de sa passion pour une interprétation la plus proche possible de l'original historique. Son engouement étant communicatif, le Münchner Rundfunkorchester a fourni une prestation aussi brillante qu'enjouée. 

Le changement d' interprète a permis au public munichois de découvrir le jeune et superbe talent d'Arianna Vendittelli, qui avait en 2015 remporté le prix du public du concours de chant baroque CESTI au Festival de musique ancienne d'Innsbruck, que dirige Alessandro De Marchi, et qui a cet été chanté Lucinda dans Le nozze in sogno  lors du festival 2016.

Arianna Vendittelli a agréablement interprété les deux arias de Cherubino dans les Nozze di Figaro 
(le "non so più" en encore). Elle s'est montrée particulièrement brillante dans son interprétation du "Batti, batti, o bel Masetto" et davantage encore dans l'aria de Donna Elvira "In quali eccessi – Mi tradi". La soprano avait déjà fait l'objet de critiques très louangeuses pour son interprétation d'Elvira, un rôle qu'elle avait déjà interprété au Teatro Olimpico de Vicenza. A Munich, on a pu apprécier son soprano dramatique vibrant, la chaleur d' une voix ronde et chaude, remarquablement bien projetée et dotée d'une belle théâtralité dans l'expression de l'obsession amoureuse énervée qui frise  la crise de nerfs de Donna Elvira, une voix puissante aussi, ferme dans l'aigu et avec des descentes vers les basses qui paraissent prometteuses. On la retrouve ensuite dans Così fan tutte, avec le "Come scoglio "suivi du récitatif et du rondo de Fiordiligi au deuxième acte ("Ei parte - Per pietà mio ben perdona"), faisant ici encore preuve d'une grande agilité vocale. 

Le public lui réservé un joli triomphe pour sa première apparition munichoise dont on espère qu' elle sera suivie de bien d'autres, le charme et la voix d'Arianna Vendittelli laissent présager d'une belle carrière, qu'on aimera à suivre.

Rediffusion: on peut entendre ou réentendre le concert pendant une semaine sur le site du Münchner Rundfunkorchester (cliquer sur le lien).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire