vendredi 16 septembre 2016

Deuxième concert des lauréats du Concours de musique international ARD 2016

Le Prinzregententheater de Munich accueillait hier soir le deuxième concert des lauréats du Concours ARD 2016, un concert accompagné par l'Orchestre de chambre munichois dont le Konzertmeister Daniel Giglberger est le premier violon. On a pu le constater tout au long du concert, les lauréats sont extrêmement reconnaissants de l´accueil chaleureux et de l´excellente coopération du Münchner Kammerorchester tant au cours des épreuves que du concert des lauréats. Le concert était modéré par Gerhard Späth. 

Le  concours de cor de l´ARD est considéré par les cornistes comme le plus important des concours de musique dans cette catégorie, ce qui est en soi un gage d´excellence pour les lauréats. La tchèque Kateřina Javůrková, qui a remporté le deuxième prix, a interprété le quatrième des concerts pour cor et orchestre en mi bémol majeur, K. 495 de Mozart. Un choix judicieux de la part de la lauréate: ce concert est en effet considéré comme important pour sa capacité à tirer le meilleur parti des ressources de l'instrument. Il convient de noter que ce concert, comme d'autres dans la série, sont tous écrit pour cor naturel, et nécessitent des compétences techniques peu communes, dont Kateřina Javůrková fait montre avec une virtuosité extraordinaire. On se délecte à retrouver au début de l´allegro moderato une allusion à la cantate Die Maurerfreude (K471) et dans le  troisième thème du premier mouvement le rappel de l'ouverture du Mariage de Figaro. Du charmant andante Javůrková livre une interprétation intime empreinte d´ une grande sensibilité qui en souligne le lyrisme  jusque dans le final au pianissimo impressionnant, pour ensuite laisser éclater la joie du rondeau final, une des pages musicales les plus fameuses de Mozart qui évoque la progression d´une chasse, une partie délicate et exécutée avec brio par  la corniste qui joue pratiquement sans interruption jusque á la fin de l´oeuvre. 

Le cor encore avec le Le Concertino pour cor en mi mineur op.45, une œuvre concertante pour cor et petit orchestre composée par Carl Maria von Weber. Le corniste français Félix Dervaux  a choisi d'interpréter cette oeuvre d'une étendue de quatre octaves qui, accumulant les  difficultés techniques et de virtuosité, est reconnue comme l'une des pièces plus difficiles du répertoire du cor. Félix Dervaux, un brillantissime jeune corniste, était depuis 2014 et  jusque il y a peu premier cor solo de l’une des formations symphoniques les plus prestigieuses au monde, l’Orchestre royal du Concertgebouw d’Amsterdam. Gerard Späth, qui potine volontiers avec une grande gentillesse, nous signale que, le coeur ayant ses raisons que la raison ne connaît point, Félix Dervaux a renoncé récemment à ce poste en or par amour pour rejoindre sa compagne, elle aussi musicienne à Vienne. Avec sa magistrale interprétation du Concertino de Weber d´hier soir, et sa diffusion mondiale sur la toile, nul doute qu´il s´est constitué la meilleure des cartes de visite et qu´un nouvel engagement ne saurait tarder.

Le contrebassiste Michel Karg, un grand diable dégingandé très sympathique et communicatif, déjà lauréat de nombreux concours nationaux comme internationaux, a été engagé depuis la saison 2014-2015 dans le groupe des contrebasses du Berliner Philarmoniker. Avec le Münchner Kammerorchestre il interprète le Concerto pour contrebasse et orchestre de Johann Baptist Vanhal (1739-1813). Ce compositeur tchèque a su créer un admirable concerto pour un instrument que rien ne destinait a priori à être soliste. Michael Karg, qui a remporté le deuxième prix du concours, s´est montré souverain dans son interprétation, avec des basses profondes étonnantes, un jeu virtuose de la main gauche dans ce concerto qui exige des sauts constants, une interprétation très physique au corps à corps qui semble se jouer des difficultés de cadence des deux premiers mouvements et qui reçoit une vive acclamation du public 

Les musiciens japonais du Quatuor Amabile, qui n'avaient jamais participé auparavant à un concours international dans la discipline phare du quatuor à cordes, ont été tout étonnés et très heureux de se retrouver en finale et de remporter un troisième prix, bien mérité à entendre leur interprétation extrêmement précise et coordonnée d'Ainsi la nuit d' Henri Dutilleux. Que cette oeuvre est belle quand elle est bien jouée et combien la vision directe du jeu des musiciens et de leurs signes d´intelligence tactique permet mieux d´en apprécier et d´en pénétrer la teneur! Ce fut un rare privilège d´entendre cette oeuvre par le Quatuor Amabile qui donne à voir et à comprendre la cohérence de l´oeuvre, les passerelles (appelées parenthèses) entre ses sections, et qui nous invite à voyager dans la vision nocture d'Henri Dutilleux dans sa conception nouvelle du temps musical. 

En clôture de programme, la harpiste française Anaïs Gaudemard nous a offert les Danses sacrée et profane pour harpe et orchestre à cordes de Claude Debussy . Deux Françaises très amies occupaient les premières marches du podium dans cette discipline, Anaïs Gaudemard ayant obtenu le deuxième prix ainsi que le prix spécial décerné par le Münchner Kammerorchester. L´oeuvre a été composée en 1904, juste après la création de Pelléas et Mélisande.  La musique de la danse sacrée  rappelle d´autres musiques de danse composées par Debussy, comme par exemple sa musique de scène pour les Chansons de Bilitis. Anaïs Gaudemard nous a offert un jeu inspiré aux clartés transparentes, le regard extatique tourné le ciel,et le corps et les mains modulant la danse sacrée, un peu à la manière d´Isadora Duncan. Celle de la danse profane est plus charmante et paresseuse évoquant le tournoiement mesuré d´une valse lente.

On peut revoir et réécouter ce concert en video-stream sur le site de BR-Klassik: cliquer ici.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire