samedi 6 août 2016

Pourquoi elles sont wagnériennes? Un article de la Vie Parisienne du 7 mai 1887





Dans son édition du 7 mai 1887, le magazine La Vie parisienne : moeurs élégantes, choses du jour, fantaisies, voyages, théâtres, musique, modes s´interroge sur les raisons qu´ont les femmes d´aimer Wagner dans un article intitulé Pourquoi elles sont wagnériennes. L´article est illustré par une caricature de Bac.(Cliquer sur l´image pour l´agrandir).

POURQUOI ELLES SONT WAGNÉRIENNES

WAGNÉRIENNES FRANÇAISES


L'HORIZONTALE. — Elle aime Wagner parce que l'un lui a dit que c'était beau, parce qu'il faut faire connue il veut, parce que l'autre lui a dit que c'était chic, parce que le troisième lui a dit que c'était épatant, parce qu'ils y vont tous, parce qu'on y voit des gens riches qui ne vont pas au bois, parce qu'elle veut se donner un cachet artistique, parce qu'elle a entendu parler des Filles-fleurs de Parsifal et qu'elle voudrait bien voir un peu ces grues-là !

LA MUSICIENNE. — Elle aime Wagner parce qu'elle se dit que si le public se mettait à aimer la musique du maître de Bayreuth, il finirait peut-être aussi par comprendre sa musique à elle, parce que les dissonances savantes du « maître » peuvent servir, auprès des imbéciles, d'excuse à ses accords désharmoniques à elles, parce qu'il faut bien montrer qu'on a suivi les cours d'harmonie, parce qu'il faut marcher dans la voie du progrès musical [...], parce qu'en entendant la marche funèbre du Crépuscule des dieux, elle pense qu'elle aurait pu en faire autant. Elle a bien fait la marche du Triomphe de la femme.

L'EXCENTRIQUE. — Elle aime Wagner parce qu'il est bruyant, parce qu'il est étrange, parce qu'il fait chanter un dragon et un rossignol, des géants et un nain, des fleurs et des pierres, des femmes à cheval et des femmes dans l'eau, parce qu'il donne à ses héros les capacités amoureuses les plus étonnantes, parce qu'il donne à ses héroïnes des vertus phénoménales ou des vices pyramidaux, parce qu'il a représenté un frère qui aime sa sœur et un père qui se forme un harem avec ses neuf filles, parce qu'il a caché son orchestre, parce que tout le monde ne peut pas aller à Bayreuth, et parce qu'elle trouverait bien extraordinairement agréable de s'endormir, comme la Walkyrie, au milieu de flammes et de se réveiller, toujours comme la Walkyrie, dans les bras d'un vigoureux gaillard.

LA HAUTE BANQUE. — Elle aime Wagner parce que c'est bien porté, parce qu'elle croit que ça lui donne un air artistique spécial, parce que cela lui permet d'aller en déplacement à Bayreuth avec 49 domestiques, 73 chevaux et 1116 malles, parce que cela lui donne l'occasion d'être remarquée, parce qu'elle veut applaudir Lohengrin en 1885, comme une princesse a applaudi Tannhauser en 1861, parce qu'enfin Il aime Wagner, lui, l'unique le transcendant, le spleenatique, le flirteur, l'idéal, le philosophe de ses five o'clock teas, parce que c'est Lui qu'elle voit en Parsifal, le héros immaculé qui, lui aussi, ne touche pas aux femmes.

LA COMTESSE. — Elle aime Wagner parce qu'elle aime sa musique, parce qu'elle le comprend, parce que nul compositeur ne lui permet mieux de faire résonner le clairon de sa voix, parce qu'elle en a assez d'entendre éternellement la Favorite et la Juive, parce qu'elle en a trop de roucouler sempiternellement Medjé, ou les mélodies du « sympathique jeune compositeur », parce qu'elle aime se perdre sur les sommets inaccessibles de l'art, parce qu'elle ne connaît rien de plus idéalement beau que l'acte de la forêt de Siegfried, et parce que le Murmure de la Forêt lui rappelle... tout ce à quoi elle pense quand elle arrache les dentelles de son mouchoir. N'est-ce pas, comtesse?

LA FEMME CHIC: — Elle aime Wagner par ce que c'est chic, parce que c'est nouveau, parce que c'est un sport comme un autre, parce que c'est « délicieusement décadent » d'aller dimanche « chez Lamoureux », parce que c'est très select d'aller à Bayreuth, parce que cela lui donne un certain cachet d'internationalisme très pur, parce que le Prince aime la musique de l'Avenir, parce que cela lui donne l'occasion d'aller une fois par an à Bruxelles, parce que c´est là une excellente occasion de se permettre une... distraction qui pourrait être dangereuse à Paris, parce que rien ne l'émeut autant que le Lied de Walter dans les Maîtres chanteurs, parce que cela lui sied bien, à elle, la fleur décadente de fin de siècle, de soupirer en pensant aux jeunes vierges de missel du moyen âge.

LES DEUX AMIES. — Elles aiment Wagner parce qu'il est le seul qui ait compris l'amour comme elles, parce que sa musique les hypnotise, parce qu'elle les oblige à se serrer l'une contre l'autre, parce qu'elle leur donne le frisson, parce qu'elle leur fait penser aux voluptés infinies, parce qu'lseult, elle aussi, passe par-dessus tous les préjugés et toutes les idées de son temps, parce que rien ne leur prend les nerfs comme cette musique aphrodisiaque!

WAGNÉRIENNES ALLEMANDES


LA PHILOSOPHE. — Elle aime Wagner parce qu'elle est sourde, parce qu'il a mis Schopenhauer en musique, parce qu'il a orchestré les principes du Végétérianisme, parce qu'il a chanté le Nyrvana, parce qu'il a fait mourir Tristan des suites de la lumière, parce qu'il a compris qu'on ne pouvait vivre que la nuit, parce qu'il est tout, partout, en tout, parce qu'il a fait chanter par Gurnemanz dans Parsifal la défaite de la chair, parce que les Filles-fleurs en sont pour leurs frais de coquetterie, parce qu'il ne comprenait que l'esprit pur, et parce qu'il en est mort !

LA GENDELETTRE. — Elle aime Wagner parce qu'il est poète !!! et non parce qu'il est musicien, parce qu'il en est revenu aux vieilles légendes de la Germanie, parce qu'il a su s'élever au- dessus des préjugés habituels, parce qu'il a réhabilité l'inceste, l'amour libre, le viol et tout ce qui suit et tout ce qui précède, parce qu'il est obscur, parce qu'il a forgé de nouveaux mots et fabriqué une nouvelle langue à son usage, parce qu'il lui fournit l'occasion d'écrire de longues brochures sur l'éthique, l'esthétique et tous les tics possibles et imaginables, parce qu'elle aussi se croît capable d'écrire un cycle de drames en huit soirées!

LA COMTESSE ET SA MÈRE. — Elles aiment Wagner parce qu'elles ont besoin d'un but dans leur vie, parce que ce bruit rappelle à la vieille, le temps où elle était moins ridée, moins fardée, moins fanée, parce que la jeune se croit belle comme la Walkyrie, parce que le roi-vierge le lui a dit, parce qu'elle est vraiment forte, puissante, colossale, comme une vierge guerrière, parce qu'en entendant la chevauchée, elle se croit emportée sur un cheval fougueux au milieu des nuages et des vents, parce qu'elle se croit pure, parce qu'elle est trop fière pour se donner à un humain, parce que Siegmound, le demi-dieu vierge, est le seul être qui ait jamais fait battre son cœur!

LES TROIS COMTESSES. — Elles adorant Wagner parce qu'elles sont trop vieilles pour aimer autre chose, parce qu'elles 1ui ont tressé des couronnes, parce qu'elles lui ont baisé les pieds (0 Bayreuth!), parce qu'elles ne jurent que par lui, parce qu'elles éprouvent, en entendant sa musique, des titillations qu'elles croyaient éteintes depuis longtemps, parce qu'elles sont laides, atroces et vieilles comme Kundry au premier acte de Parsifal, parce que Kundry devient belle, et parce qu'elles espèrent trouver dans la secte wagnérienne quelque éphèbe aux longs cheveux et aux muscles vigoureux qui sera moins immaculé que Parsifal et qui les aimera toutes trois!

LA PRINCESSE G... — Elle aime Wagner parce que son mari le lui a ordonné, parce qu'il a formé un Wagner-verein dans le corps de ses officiers, parce qu'il introduira plus tard le Wagner obligatoire dans toute l'étendue de son empire, parce que c'est de la musique allemande, parce que c'est de l'art purement germanique, parce que Siegfried est bien le héros de ses rêves, parce que, lorsque Siegfried tape à tour de bras sur son épée, en criant : « Nothung! Nothung! » il lui rappelle un autre héros qui lui aussi tape à tour de bras... pas sur une épée, c'est vrai!

LA COMTESSE H... — Elle aime Wagner parce qu'il a chanté la gloire de la patrie allemande avant même que l'Allemagne n'existât, parce qu'il a fait des dieux de la Walhalla des généraux prussiens, parce qu'il a représenté les Allemands comme ils sont, courageux, nobles, purs et sobres (surtout sobres), parce qu'il est réactionnaire, parce qu'il a chanté le triomphe des corporations, parce qu'il a composé des marches triomphales en l'honneur de l'empereur et roi, parce que, dans les Maîtres chanteurs, l'aristocratie triomphe de la cordonnerie, parce que tous les héros de Wagner sont de bonne famille, fils de dieux ou de princes, parce que Wagner fait de la musique noble !

LES DEUX AMIES. — Elles aiment Wagner parce qu'il les enlève aux soins du ménage auxquels les condamne la vie, parce qu'elles peuvent, sous prétexte de wagnérisme, s'habiller comme elles veulent: en jeunes filles du moyen âge ou en androgynes du XIXe siècle, parce que Wagner absorbe tout leur temps, parce qu'elles n'ont plus le temps de se peigner ou de se laver, parce que Wagner leur permet de jouer à quatre mains, ensemble, toujours ensemble, la « nuit comme le jour », parce qu'elles s'aiment en lui, parce qu'il leur a fait comprendre bien des choses... qui ne les empêchent pas de mépriser les vices français, parce qu'Iseult a bien raison de dire que « l'homme ne comprend rien à l'amour! »

LA FEMME RAISONNABLE

Aime Wagner quand il est beau, le déteste quand il fait par trop wagnérien, bâille aux endroits ennuyeux, mais applaudira ferme le Lohengrin, parce que le Lohengrin est un chef-d'œuvre absolu et qu'elle trouve honteux qu'on aille fourrer du déroulédisme dans des questions d'art! La seule qui soit dans le vrai!

EREC.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire