dimanche 21 août 2016

Festival d´Innsbruck: Christophe Rousset et les Talens lyriques dans des Musiques pour le Roi Soleil


C´est dans le très beau cadre renaissant de la salle espagnole du château d´Ambras que Christophe Rousset et quatre musiciens de son ensemble Les Talens lyriques ont offert hier soir aux festivaliers un remarquable concert centré sur la musique et les musiciens à la cour de Louis XIV, le Roi Soleil. Le programme, très finement élaboré, a proposé des musiques de chambre composées entre 1685 et 1695 à et autour de la Cour de Versailles,  Louis XIV gouvernant la France à partir de Versailles depuis 1682. Les travaux de la troisième campagne de construction du château confiés à Jules Hardouin-Mansart se sont achevés en 1684 et le château déploie, lors de la période qui intéresse notre concert, l´architecture et les splendeurs que nous lui connaissons aujourd´hui. En 1685 Louis XIV est âgé de 47 ans. Alors qu´on connaît souvent mieux les musiques de fêtes, de ballets ou d´opéras, le concert invite à la découverte des musiques de chambre de l´époque.

Christophe Rousset, l´un des meilleurs et  des plus brillants clavecinistes contemporains, passionné de musique baroque, est également un chef renommé, une carrière qu´il a commencée avec Les Arts Florissants pour ensuite créer son propre ensemble, Les Talens Lyriques, en 1991. Pour le concert de musique de chambre présenté dans le cadre du Festival de musique ancienne d´Innsbruck, il s´est entouré de deux violonistes, Gilone Gaubert-Jacques et  Virginie Descharmes , et de deux gambistes Atsushi Sakaï et Marion Martineau, tous quatre de remarquables musiciens. Avec son programme, Rousset, qui se passionne aussi pour la recherche de pièces inconnues et la redécouverte de morceaux moins connus, rencontre parfaitement les objectifs du Festival. 

Au programme, La Superbe et La Sultane, de François Couperin, un des musiciens préférés de Christophe Rousset , une sonate à huit de Marc-Antoine Charpentier, des pièces pour deux violes de Marin Marais et le Tombeau de Mr. de Lully de Jean-Féry Rebel. En supplément, il offrira encore au public ravi une chaconne de Charpentier, le seul des musiciens présentés à n´avoir pas été nommé musicien de cour, dont il a été dit qu´il fut "un grand musicien, malgré Lully", Charpentier ayant remplacé Lully auprès de Molière alors que ce dernier s´était fâché avec le surintendant de la musique de Louis XIV.

Les festivaliers ont connu hier soir le rare privilège d´écouter cet ensemble entièrement dévoué à son art et qui déploie les couleurs raffinées de ces musiques tout en semblant se jouer des harmonies dramatiques si difficiles à interpréter de Charpentier dans la Sonate à huit, une composition dont le style français du Récit de la viole seule  est comparé au style italien du Récit de la basse de violon:. Tout au long du concert, Les Talens lyriques impriment avec brio les mo sepuvements des diverses danses qui forment des suites musicales. Les conversations enjouées des violes de gambe ou des violons enchantent tout au long de ce concert où le talent exquis du claveciniste entraîne et soutient les instruments à corde. Un pur bonheur!

Au cours de la présentation de la soirée, Christophe Rousset a annoncé pour le 9 septembre prochain la sortie d´un nouveau CD consacré à Couperin. L´occasion pour le public de prolonger les découvertes du concert.

François Couperin (1668 – 1733)

Ariane consolée par Bacchus, cantate.
Concert instrumental sous le titre d’apothéose composé à la mémoire immortelle de l’incomparable Monsieur de Lully.
Le Parnasse ou l’Apothéose de Corelli

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire