jeudi 28 juillet 2016

Opéra de Munich: le chorégraphe Sidi Larbi Cherkaoui met en scène Les Indes galantes de Rameau

Lisette Oropessa (Hébé/Zima)
Nicholaus Bachler, le Directeur général de l´Opéra de Munich, souhaitait depuis longtemps confier une mise en scène au chorégraphe belge Sidi Larbi Cherkaoui. C´est à présent chose faite avec le ballet héroïque (aussi appelé opéra-ballet) Les Indes galantes de Rameau actuellement présenté au Prinzregententheater dans le cadre du festival d´opéra du Bayerische Staatsoper. Le choix d´un chorégraphe comme  metteur en scène est particulièrement bien adapté tant le ballet tient une place importante dans la plus représentative des oeuvres lyriques de Rameau

Sidi Larbi Cherkaoui est venu au monde de l´opéra par sa collaboration au Fliegende Holländer que Guy Cassiers avait mis en scène à Bruxelles, et il a encore récemment approfondi sa relation à l´univers wagnérien puisque parallèlement à son travail munichois il a créé la chorégraphie du Crépuscule des dieux que vient de monter le même Guy Cassiers  au Staatsoper de  Berlin. 

Dans sa mise en scène des Indes galantes on le sent particulièrement attentif aux rythmes et au mouvement de cet opéra où le thème du voyage  joue un rôle central. Panta rhei, tout se meut et il n´est pas de situation figée, aussi inextricable qu´elle paraisse. La mobilité héraclitienne n´est cependant pas incompatible avec le thème de l´éternel retour. Ça s´en va et ça revient...tel le serpent qui se mord la queue, au prologue comme au final, Cherkaoui place l´action dans une classe d´école primaire, avec ses cartes didactiques qui se déroulent à l´ancienne, et organise le ballet des bancs que ses danseurs et danseuses déplacent dans une vaste salle présentée de guingois: la déesse de la jeunesse Hébé (la délicieuse Lisette Oropesase fait maîtresse d´école dans une classe multiculturelle où elle enseigne à ses élèves de diverses origines européennes de jouir des plaisirs de l´amour. Bellone, chantée par l´inénarrable Goran Juric travesti en une énorme femme-adjudant, inquiétante et masculine, et arborant de multiples décorations. Les élèves se chamaillent en arborant de petits drapeaux de leurs pays respectifs. Au tableau, Hébé écrit la conjugaison du verbe venir.  Lorsque arrive la suite de la déesse, précédée d´un drapeau américain, les écoliers font taire leurs querelles nationalistes et troquent leurs drapeaux pour de petits drapeaux européens... La mise en scène de Cherkaoui  est placée sous le signe de l´humour. Mais si on lève les yeux, on se rend compte que ce monde mouvant rempli d´enfants turbulents n´est pas si drôle que cela ou est en tous cas plus paradoxal qu´il n´y parait: surplombant les parois de la classe, on voir des fils de fer barbelés comme ceux qui entourent les murs d´une prison ou d´un camp. Ce monde, dont les décors sont l´oeuvre d´Anna Viebrock,  est aussi un univers concentrationnaire. 
´
L´exotisme du 18ème siècle qui se plaît à réduire les mondes lointaines à des bibelots en porcelaine  aussi naïfs que charmants et qui considère l´étranger avec le regard ironique de Montesquieu se trouve fortement ébranlé par la comparaison avec l´actualité du 21ème siècle. Les grands voyageurs d´aujourd´hui, ce ne sont pas des voyageurs persans s´étonnant des moeurs parisiennes, mais plutôt les millions de personnes déplacées par les contraintes extrêmes des guerres et des famines. Le tour du monde amoureux du ballet de Rameau se termine en quatrième partie chez Cherkaoui avec des réfugiés dormant à même le sol ou sous de tentes de fortune et qui se heurtent aux murs physiques ou policiers que les nations qu´ils sont désespérés de traverser dressent l´une après l´autre. L´étranger n´est plus celui d´une porcelaine de Meissen placée sur une commode ou dans une vitrine; quand il lève le nez au ciel c´est pour se voir confirmer qu´il se trouve dans un univers concentrationnaire.


Viril Auvity (Valère),  danseurs,
Balthasar-Neumann-Chor
Les changements de décor se font à l´aide de mouvements dansés du mobilier de scène facilité sans doute par des roulettes, et ils interviennent en souplesse,vers la fin de chaque acte: le décor de l´acte suivant se met en place dans des transitions coulées, alors que l´acte en cours n´est pas encore terminé, ce qui, au-delà de l´éclatement des lieux, marque aussi la continuité du propos entre les actes. Si l´on change de continent, on n´en change pas pour autant de sujet: l´amour, toujours l´amour, l´amour qui semble impossible un moment pour se voir finalement consacré, partout et sur toute la planète. Ainsi les bancs et le tableau de l´école cèdent-ils la place au maître-autel d´une église, auquel on accède par une série de marches. Huascar (François Lis), le prêtre inca, se modernise en un prêtre catholique sectaire qui marie un ballet de couples à tour d´effets de chasuble, tout en refusant de bénir un couple gay. L´effet pyramide inca existe toujours, mais c´est une pyramide humaine qui se forme autour du prêtre qui a escaladé l´autel et se poste en haut du tabernacle entouré de grappes de fidèles. On retrouve là la critique acerbe de la religion caractéristique du travail de Cherkaoui. Pour le pays des fleurs, l´autel cède la place aux grandes vitrines d´un musée d´histoire naturelle qui se garnissent de fleurs humaines, avec l´effet cocasse des danseurs-fleurs qui ont les pieds enracinés dans de grands pots. La comédie humaine se déroule alors dans ces vitrines qui se remplissent à la limite de leurs capacités. Des éléments narratifs du décor sont en correspondance de décor en décor: ainsi les planches zoologiques de la première partie, avec leurs représentations d´animaux volants, insectes ou oiseaux, ou ce rapace empaillé qui décorait la classe sont en correspondance avec les vitrines du musée qui sert de décor au pays des fleurs. Enfin l´arrivée de groupes migrants qui envahissent la scène et les vitrines ouvre la voie au dernier des quatre tableaux amoureux. Le pays des sauvages est peuplé de migrants qui exercent les métiers serviles du nettoyage, la catégorisation des classes sociales ne réfrénant pas l´ardeur amoureuse. Cherkaoui chorégraphie ici l´extraordinaire numéro soliste d´un nettoyeur-danseur autour de son balais, là le ballet d´une chaîne humaine qui se meut comme dans une suite de cascades de dominos. Fascinant!

Le propos de Cherkaoui n´est pas ni réducteur ni pessimiste, il ne présente pas une vision horrifiée de la situation du monde, mais s´inscrit bien au coeur du débat entre Hébé et Bellone, l´amour et la guerre, dans la représentation d´une action où par quatre fois l´Amour triomphe. Le Panta Rhei, le monde du voyage et de l´impermanence, suppose aussi qu´il n´y ait d´impasse à nulle situation.

La mise en scène de Cherkaoui grouille d´idées, le plateau est submergé par les artistes qui participent d´un même mouvement scénique: les chanteurs et les choeurs sont intégrés à la danse. Si Cherkaoui inscrit l´action de l´opéra dans un monde plus ou moins contemporain, il l´aborde avec une profusion typiquement baroque où le mouvement l´emporte sur la définition des contours. 

Le Bayerische Staatsoper n´a pas lésiné sur les moyens pour cette production qui termine le festival d´opéra 2016 en feu d´artifice. Les meilleurs spécialistes ont été engagés pour assurer un spectacle de rêve: la Compagnie Eastmann de Sidi Larbi Cherkaoui avec douze danseuses et danseurs, un orchestre dit du festival avec des instrumentistes baroques renommés avec l´incomparable Ivor Bolton, et le superbe Choeur Balthasar Neumann de Fribourg, dont une des spécialités est la musique baroque. Dix jeunes solistes  dont quatre Francais (Elsa Benoit, Matthias Vidal, François Lis et Cyril Auvity) apportent leur enthousiasme et leur talent à la profusion du spectacle, même s´ils ne sont pas tous des baroqueux. Un bonheur ne vient jamais sans l´autre: tant les choeurs que les solistes prononcent tous un Français impeccable, ce qui n´avait pas été le cas dans La Juive qu´on vient d´entendre à Munich, et l´on passe une délicieuse soirée baroque et festive à écouter du Rameau dans un spectacle à la vision intelligemment renouvelée.

Crédit photographique: Wilfried Hösl

Agenda: les Indes galantes se jouent encore les 29 et 30 juillet au Prinzregententheater, à guichets fermés. 





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire