jeudi 29 août 2013

Sida: la justice allemande met à l'amende un homme qui a caché sa séropositivité à son ami

File:Préservatif enroulé.jpgUne amende pénale de 2500 euros a été imposée par un tribunal du Baden-Würtemberg à un homme homosexuel de 22 ans séropositif et qui n'en avait pas informé son partenaire. Le partenaire n'a pas été contaminé. Une partie de l'amende, 1000 euros, ira à une institution d'aide aux malades du sida, 1000 euros doivent être versés à l'ex-partenaire et 500 euros à la Justice. Le juge a invoqué l'obligation de protéger autrui quand on est atteint d'une maladie. Les deux hommes avaient vécu 5 mois ensemble en 2012. L'accusé a reconnu qu'il était au courant de sa séropositivité depuis 2009, mais n'avait pas eu le courage d'en informer son ami.

Les organisations allemandes de prévention du sida ne sont pas d'accord avec ce type de jugement qui n'aide en rien à la prévention. Selon elles, chaque personne a le devoir de se protéger elle-même et de prendre les mesures  adéquates. Dans la lutte contre le sida, elle considèrent que la criminalisation des personnes séropositives est contre-productif.

Source de l'info: queer.de

3 commentaires:

  1. Il est normal qu'une personne séropositive informe son partenaire.
    Il ne faut pas oublier que si les rapports ne sont pas protégés, il risque de le contaminer ( le traitement diminue les risques, mais le risque zéro n'existe pas ).
    Les associations font du lobby, en véhiculant elles mêmes le message contreproductif à savoir " n'allez pas vous faire dépister, car si vous contaminez sciemment vous irez en prison ", elles devraient délivrer au lieu de cela le message inverse à savoir :
    " ne devenez pas un contaminateur, ni volontairement, ni involontairement ".
    Dans le même optique, elle préfère parler de
    " criminalisation " que de " pénalisation " afin de choquer davantage, et de stigmatiser les victimes, afin de les dissuader d'ester en justice. Le message comme quoi la pénalisation serait contreproductive, qui est délivré par les associations, et même par l'OMS, est une absurdité. La réalité est tout autre : l'on constate partout un échec des politiques de prévention. Il faut responsabiliser tout le monde, et ne pas toujours faire peser la charge de la contamination que la personne séropositive, mais aussi savoir reconnaître que la notion de responsabilité partagée à des limites, et que la personne séropositive est tout de même davantage responsable que son partenaire. Il a un devoir moral d'information, s'il n'est pas en mesure de se protéger qu'il refuse les rapports. beaucoup ne sont pas de cet avis et pour cause : ils sont les premiers à arborer le ruban, mais à craindre de se retrouver un jour sur le banc des accusés. C est à se demander si ceux qui prétendent lutter contre le SIDA luttent réellement, ou si leurs associations n'ont pas pour uniques buts : la propagation de la maladie et l obtention de droits pour les LGBT.
    N oublions pas que le mariage est fondé sur les notions de : respect, fidélité, secours et assistance. Mariage ou pas, ces notions doivent rester les bases. S'il avait été contaminé, les associations auraient elles une fois de plus défendu le contaminateur ? bien sur que oui.

    Agnès XALO .

    RépondreSupprimer
  2. Il est normal qu'une personne séropositive informe son partenaire. Il ne faut pas oublier que si les rapports ne sont pas protégés, il risque de le contaminer ( le traitement diminue les risques, mais le risque zéro n'existe pas ).
    Les associations font du lobby, en véhiculant elles mêmes le message contreproductif à savoir " n'allez pas vous faire dépister, car si vous contaminez sciemment vous irez en prison ", elles devraient délivrer au lieu de cela le message inverse à savoir : " ne devenez pas un contaminateur, ni volontairement, ni involontairement ". Dans le même optique, elle préfère parler de " criminalisation " que de " pénalisation " afin de choquer davantage, et de stigmatiser les victimes, afin de les dissuader d'ester en justice. Le message comme quoi la pénalisation serait contreproductive, qui est délivré par les associations, et même par l'OMS, est une absurdité. La réalité est tout autre : l'on constate partout un échec des politiques de prévention. Il faut responsabiliser tout le monde, et ne pas toujours faire peser la charge de la contamination que la personne séropositive, mais aussi savoir reconnaître que la notion de responsabilité partagée à des limites, et que la personne séropositive est tout de même davantage responsable que son partenaire. Il a un devoir moral d'information, s'il n'est pas en mesure de se protéger qu'il refuse les rapports. beaucoup ne sont pas de cet avis et pour cause : ils sont les premiers à arborer le ruban, mais à craindre de se retrouver un jour sur le banc des accusés. C est à se demander si ceux qui prétendent lutter contre le SIDA luttent réellement, ou si leurs associations n'ont pas pour uniques buts : la propagation de la maladie et l obtention de droits pour les LGBT.
    N oublions pas que le mariage est fondé sur les notions de : respect, fidélité, secours et assistance. Mariage ou pas, ces notions doivent rester les bases. S'il avait été contaminé, les associations auraient elles une fois de plus défendu le contaminateur ? bien sur que oui.

    Agnès XALO .

    RépondreSupprimer
  3. Agnès, vous mentez lorsque vous dîtes que les associations déclarent " n'allez pas vous faire dépister car si vous contaminez sciemment vous risquez d'aller en prison. " Ce que disent les associations, c'est que si l'on continue à sanctionner c'est ce qui va arriver : les personnes n'iront plus faire le test, pour ne pas être accusée de de dissimulation. ELLES N' ENCOURAGENT PAS CETTE ATTITUDE MAIS PREVIENNENT QUE CELA VA ARRIVER. Car le combat des associations de lutte est justement la prévention. Alors bien entendu, une personne séropositive doit prévenir son sa partenaire, personne ne met cela en doute, mais personne ne doit non plus accepter un rapport non protégé avec un-e partenaire dont on ignore le statut, la responsabilité est partagée. Enfin, votre affirmation selon laquelle ceux qui "prétendent lutter contre le SIDA n'ont pas pour unique but la propagation de la maladie et l obtention de droits pour les LGBT. " est diffamatoire. Je signale votre commentaire au modérateur
    Rey Michel Paris

    RépondreSupprimer