jeudi 18 juillet 2013

La Flûte enchantée au Festival de Bregenz: éléments du superlatif

Sur la tortue primordiale pousse l'arbre du monde constitué des quatre éléments.
Trois dragons-chiens symbolisent la Nature, l'Intelligence et la Sagesse. Un
serpent d'eau maléfique rôde autour de la Tortue-Monde.
Projet pour la scène sur le lac
Le Festival de Bregenz a donné hier soir sa grande première avec la Flûte enchantée mise en scène par David Pountney, qui est également le directeur général du festival. Le grand amphithéâtre de la scène sur le lac affichait complet pour cette première qui a lieu tous les deux ans, 7000 personnes y avaient trouvé place et étaient venues s'émerveiller  de la féerie mise en place par le metteur en scène britannique. On pourra en lire un article d'introduction en cliquant ici.

David Pountney a relié l'opéra de Mozart aux mythologies anciennes qui de la Chine ou du subcontinent indien aux Iroquois amérindiens placent le monde sur la carapace d'une immense tortue. Diverses cultures ont fait de la  tortue, ronde sur le dessus et plate en dessous, la représentation vivante de l'univers: la tortue  nageant dans l'océan primordial a contribué à la formation de la terre; cosmogonique, elle se fait cosmophore. L'histoire mozartienne de la lutte entre les forces obscures et magiques de la nature et les forces solaires et transformatrices des épreuves initiatiques et de l'avancée vers une humanité nouvelle prend ici place dans les eaux primordiales du lac de Constance et conduit à la création d'un nouvel Adam et d'une nouvelle Eve qui à la fin du spectacle viendront rejoindre les spectacles et en renouveler l'humanité. Pountney inclut ainsi les spectateurs dans sa vision du monde: chacun de nous peut être un Tamino ou une Pamina et parcourir un trajet initiatique de développement personnel.

David Pountney est sans doute un génial rêveur ludique et inventif dans le processus créatif, un créateur qui s'amuse et veut donner du plaisir, mais c'est à la fois un excellent gestionnaire qui a su s'entourer d'une équipe de créateurs et de techniciens extrêmement performants. Sous le rêve se trouvent un montage financier d'envergure et une ingénierie technique audacieuse.

Quelques chiffres, éléments du superlatif

  • L'estimation du coût des décors: plus de 7 millions d'euros  sur un budget total de 20 millions
  • Les organisateurs espèrent dépasser les 75 pour cent d'occupation, c'est-à-dire plus de 300.000 spectateurs
  • Le décor doit rester en place le temps de deux festivals, il doit résister à l'hiver comme à l'été: les matériaux utilisés doivent supporter des températures allant de moins vingt à plus quarante degrés C.
  • La scène sur le lac est construite sur pilotis: 119 pieux de bois et d'acier sont enfoncés dans le sol du lac.
  • 80 hauts-parleurs sont dissimulés sur scène et 800 autres dans l'amphithéâtre. Le fameux système BOA (Bregenz Open Acoustics) permet aux spectateurs de localiser l'origine du son sur scène.
  • Un carrousel sous-marin constitué de rails entoure la scène centrale et permet de convoyer toute une série d'objets mobiles en donnant l'illusion qu'ils naviguent: la main sur laquelle Tamino fait son entrée en scène, la barque funéraire du père de Pamina, la tortue qui porte une cage de verre où est enfermée Pamina, l'oeuf qui convoie Papagena vers son bien aimé,...
  • Les dragons-chiens ont une hauteur de 27 mètres et dissimulent toute une technique et des escaliers qui permettent aux chanteurs et aux acrobates d'accéder aux passerelles supérieures qui les relient entre eux. Les passserelles ont respectivement 19 et 25 mètres de longueur et sont situées à 17 mètres au-dessus de la surface du lac.
  • La scène centrale, la carapace de la tortue, peut pivoter sur elle-même de 180 degrés en 40 secondes et permet les changements de décor: on passe du monde vert de la nature avec sa gigantesque forêt de graminées qui peuvent se dresser au s'affaisser (par gonflage et dégonflage) au monde minéral et doré de Sarastro, avec ses poings symboliques. 125 énormes brins constituent la forêt. Ils sont recouverts de toile spéciale pour ballons et ont été confectionnés par les ateliers du festival. Le plus haut des 'brins' atteint 6 mètres 30.
  • 16 containers de 6 mètres de longueur se trouvent dissimulés en arrière scène et servent d'entrepôts et de garde-robes. La superficie totale de rangement de l'arrière-scène est de 828 mètres-carrés .
  • Le spectacle a été réduit pour des raisons organisationnelles (il commence à la tombée de la nuit et doit se terminer à temps pour que les spectateurs aient accès aux derniers trains). Il dure 2 heures 15 minutes, soient une vingtaine de minutes de moins que lorsque l'opéra est joué dans son intégralité. les coupures concernent essentiellement les dialogues parlés et un tercet au deuxième acte. Le spectacle se déroule sans entracte.
  • Tout est à vendre après les deux saisons festivalières, des costumes aux chiens dragons, s'ils trouvent des acquéreurs qui s'occupent de les transporter, tâche peut-être impossible.
Reportage photographique: éléments techniques
La tortue a une tête de dragon bourrée de technique,
des techniciens soignent les derniers détails.
Mise en abyme: les pattes de la tortue sont elles-mêmes des tortues
Derrière la scène sur le lac, le monde de la technique, invisible pour le public
 
Les poupées géantes des Dames attendent leur entrée en scène
dans leur hangar. Chaque poupée est portée et animée par trois
actionnistes tout de vert vêtus afin de les confondre avec la forêt
de graminées géantes.
Une main géante attend d'être placée sur la carrousel subaquatique
qui entoure la scène sur le lac.
Les mains du monde doré de Sarastro attendent d'être placés sur la scène
comme éléments du décor
de même que la robe de la Reine de la Nuit, au centre de laquelle une plate-forme
qui peut être élevée attend sa cantatrice.
Les Dames montées sur leurs oiseaux mythiques, la gondole endeuillée
du père de Pamina, et l'oeuf nautique qui mènera Papagena après
sa transformation vers son Papageno.
     
 
Une passerelle mène les Dames vers la scène centrale.
  
Le décor de la Festspielhaus, vert et or, où les détenteurs de places de première catégorie
pourront continuer à suivre le spectacle en cas d'intempéries.
Maquette pour l'entrée en scène de Tamino sur sa main géante
Maquette pour les yeux de la forêt
Maquette pour la gueule du dragon (tête de la tortue)
Modèle d'écailles de tortue 
Echantillon de tissu pour la robe de la Reine de la Nuit.
Dessin préparatoire pour la forêt de graminées
Voir aussi le post d'introduction  
Photos (C) Luclebelge

Renseignements et réservations

Un spectacle à ne pas manquer, en juillet-août 2013 ou 2014.
Source et plus d'infos sur le Festival en allemand ou en anglais en cliquant ici.
Dates des représentation et réservations en ligne: cliquer ici

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire