dimanche 28 avril 2013

Bayerisches Staatsballett: le Gala Terpsichore a réuni la quintessence du ballet européen


Photo : Cyril Pierre und Lisa-Maree Cullum - BIRTHDAY OFFERINGLa onzième édition du Gala Terpsichore a clôturé en feu d'artifice une des plus extraordinaires semaines de ballet que Munich ait jamais connue. Cette année, le Gala Terpsichore a mis la danseuse étoile Lucia Lacarra à l'honneur. Lucia Lacarra, qui avait déjà remporté le prestigieux Benois de la danse à Moscou, vient d'être consacrée à Saint-Pétersbourg en étant la lauréate du Grand Prix Dance 2013. La première danseuse du Bayerisches Staatsballett, prima inter pares, nous a donné vendredi toute la démonstration de son immense talent dans trois chorégraphies: Agon de Balanchine avec Cyril Pierre, un Two times two de Maliphant extraordinaire d'intensité et de perfection, et de parfaite coordination avec Marlon Dino, et enfin, pour clôturer le spectacle le pas de deux de la Dame aux camélias de Neumeier, qu'elle a également dansé avec Marlon Dino. 

Après l'ouverture par la Grande Dame de la soirée, le Ballet  bavarois a interprété le Birthday offering de Frederic Ashton (1956), sur des musiques d'Alexandre Glasounov, une première en Allemagne où cette chorégraphie n'avait jamais été montée. Le Royal Ballet de Londres avait aimablement prêté les costumes pour l'occasion, et c'est Christopher Carr qui est venu préparer des danseurs ravis de cette collaboration. Sept variations pour couples de danseurs ont donné l'occasion aux artistes du Ballet d'Etat bavarois de rivaliser de talent, et spécialement aux ballerines pour qui ces  solos ont été conçus, des solos dans lesquels elles étaient assistées des danseurs stars de la compagnie,  avec en point d'orgue le pas de deux exécuté par Lise-Maree Cullum et Cyril Pierre (photo ci-dessus). 

La soirée de gala a réuni la fleur de la fleur du ballet européen, pour le plus grand bonheur d'un public soulevé d'admiration devant le travail des danseurs. Parmi les plus remarqués, des étoiles du Théâtre Mariinsky, Maxim Zyuzin et Ekaterina Osmolkina dans le pas de deux du Talisman de Gusevet Timur, et Oksana Shorik et Timur Askarov dans le pas de deux du Grand pas classique de Gsovsky. Le travail technique de ces artistes dépasse l'entendement et recule la frontière des possibilités humaines. Très applaudie aussi, la chorégraphie Sarcasmes d'Hans van Maanen par des artistes du Ballet national d'Amsterdam, Igone de Jongh et Alexander Zhembrovskyy. Une touche d'exotisme était apportée par l'exécution raffinée d'une danse traditionnelle par Chan Sotheavy Tin du Ballet royal du Cambodge, spécialement invitée par le Directeur général du Ballet d'Etat bavarois, Ivan Liška, qui a pu inviter la danseuse étoile grâce aux liens d'amitié qui le lient au Roi du Cambodge.

Une soirée parfaite, qui a su allier la modernité au classicisme dans un programme ingénieusement varié exécuté par des ballerines et des danseurs de rêve. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire