mercredi 6 juin 2012

Albrecht Dürer était un sodomite pour le moins bisexuel

Un des portraits de Dürer par Pirckheimer
Les temps ont bien changé, l'époque à laquelle les historiens de l'art et les conservateurs de musée taisaient pudiquement leurs découvertes, au nom de la morale publique ou de leurs convictions religieuses est désormais (souvent) révolue.

La bonne et belle  ville bavaroise  de Nüremberg a récemment inauguré dans les locaux du Musée national germanique une vaste exposition consacrée aux premières oeuvres du plus grand peintre allemand de la Renaissance, Albrecht Dürer (1471-1528). 

Le curateur de l'exposition l'historien d'art, Thomas Eser,  suggère que le mariage du peintre avec la patricienne Agnes Frey est resté infécond parce que le peintre était surtout attiré par de robustes lansquenets.* Il voit une preuve de la bisexualité de Dürer dans la phrase écrite  en grec que l'on peut lire sur un portrait de l'artiste dessiné vers 1503 par son ami peintre Willibald Pirckheimer (un dessin représenté page 295 du catalogue de l'exposition). La phrase écrite en grec transposée en caractères latins donne Arsenos ti psôli es ton prôkton, une phrase salace qui évoque la pénétration masculine (avec une bite dans le cul). Il est bien connu que la liberté d'expression même très intime entre amis était chose courante au seizième siècle. Ainsi Pirckhmeier écrivait-il à son ami depuis Venise d'éviter d'aller au lit avec sa femme, qu'il traitait de vieille corneille, sauf, ajoutait-il, s'il avait l'intention de la chevaucher à mort.  

On avait longtemps cru que la phrase en grec était postérieure au dessin et avait été ajoutée par une main malveillante, mais de récentes analyses chimiques  ont révélé que l'inscription a été comme le dessin effectuée à la mine d'argent. Mais on trouve aussi d'autres indices des intérêts masculins du grand peintre allemand. Ainsi la fameuse gravure sur bois Le bain des hommes qui représente des hommes se délassant dans une étuve, le sauna de l'époque, et dans laquelle on a depuis longtemps remarqué la présence d'un symbole phallique (voir la forme du robinet de la fontaine à gauche de l'épaule de l'homme représenté en avant-plan à gauche). 

Matthias Mende, un des plus éminents spécialistes de Dürer , affirme lui aussi qu'il est clair que Dürer a goûté aux expériences masculines.  donné une conférence à ce sujet en novembre 2011 à Nüremberg dont le titre posait clairement la question War Dürer bisexuell? Dürer était-il bisexuel?** Avec une réponse affirmative.

Exposition Der frühe Dürer, jusqu'au 2 septembre au Germanisches Nationalmuseum de Nüremberg. De 10 à 18 heures, fermé le lundi, nocturne le mercredi jusqu'à 21 heures.

*Voir, en allemand, son interview par le Bild Zeitung
**Voir à ce sujet l'article de Queer Culture Nürenberg
Le bain des hommes, gravure sur bois

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire