lundi 21 novembre 2011

EGON SCHIELE au KUNSTBAU du 3 décembre au 4 mars

Egon Schiele (1890-1918)

L'exposition, qui présente de nombreuses oeuvres en provenance de l'Albertina de Vienne,  s'intéresse à la crise identitaire de l'artiste dans les premières années du XXe siècle. 

Egon Schiele est l'un des plus importants représentants de l'expressionnisme autrichien. On a souvent abordé avec fascination le parcours biographique de l'artiste, la relation tumultueuse avec son modèle, Wally, son emprisonnement et sa mort précoce, parfois au détriment de l'étude de ses  stratégies artistiques. Cette nouvelle exposition veut  révisiter le mythe Egon Schiele et proposer une nouvelle approche de son travail. Elle s'attache essentiellement à recentrer l'attention sur la démarche artistique de l'artiste et à replacer l'oeuvre de Schiele dans le contexte du discours culturel de son époque.  

L'exposition s'intéresse à la crise identitaire de l'artiste, une crise qui n'a pas touché que le seul individu  Egon Schiele mais qui s'est emparée de la Ville de Vienne tout entière autour des années 1900. C'est toute la vision traditionnelle du monde qui à cette époque fut  fondamentalement remise en question: on s'interrogeait alors les notions de l'identité individuelle et collective, sur le sens du langage, sur les  perceptions de la nature, cependant que  cet état de crise réveillait un énorme potentiel esthétique.
 

L'exposition a privilégié une présentation thématique des oeuvres de Schiele, la préférant à la présentation chronologique. Les oeuvres picturales de l'artiste sont placées en parallèle avec extraits de ses textes poétiques qui en reflètent la thématique, de manière à mettre en dialogue les diverses formes d'expression dans lesquelles se dessinait la crise identitaire de l'artiste.
EGON SCHIELE
DAS UNRETTBARE ICH/ Le moi irrécupérable
WERKE AUS DER ALBERTINA/ Oeuvres en provenance  de l'Albertina

Du 3 décembre  2011 au 4 mars 2012
au Kunstbau de la Lenbachhaus
Du mardi au dimanche de 10 à 18 heures

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire