dimanche 26 juin 2011

Une Eucharistie pour l'opéra: les Opernfestspiele s'ouvrent sur une messe de Schubert à Sankt-Michael.

Fichier:Michaelskirche Muenchen-full.jpg
Crédit photographique: Lerdsuwa
La très catholique Bavière (1) vient d'inaugurer le Festival d'opéra de l'été 2011 (Münchner Opernfestspiele 2011) par une célébration eucharistique festive en l'église jésuite Saint-Michael sur la Neuhauserstrasse, une élégante église fin renaissance située sur le non moins élégant piétonnier du centre-ville. L'abside baroque de l'église accueillait derrière l'autel  des musiciens de l'orchestre national, des choristes et des solistes de l'opéra national bavarois sous la direction du Directeur général de la Musique Kent Nagano.

Saint-Michael est connu pour ses messes chantées et propose chaque dimanche un service eucharistique qu'accompagnent des musiciens de qualité(2)  Autant dire que c'est une messe à laquelle on se presse et qu'il est bon d'y venir tôt si l'on veut y trouver une place assise. Ce dimanche matin, toutes les places de la grande nef étaient occupées une heure avant le début du service. L'attente en valait la chandelle: Kent Nagano, l'orchestre et les choeurs ont effectué une répétition qui a ravi l'assistance. Puis, à 10 heures, il commença par diriger une sonate de Mozart, suivie de  la messe en B de Schubert pour solistes, choeur, orgue et orchestre (n°3), une messe dont le compositeur a écrit la partition alors qu'il n'était âgé que de 18 ans.

Comme on pouvait s'y attendre, ce fut divin! A la beauté de la musique , s'ajoutait la beauté des ornements liturgiques: le Cardinal Friedrich Wetter avait revêtu une chasuble brodée de fils d'or, de fleurs rouges et de feuillages verts du plus bel effet sur leurs bandes à fond vieux-rose. Son homélie fut bien sûr consacrée aux rapports de la musique et de l'église. Le Prélat a estimé que la musique est d'origine céleste. Il ne manquait certes pas d'humour lorsqu'il rappelait que Schubert s'était refusé dans toute les messes qu'il a composées d'inclure la suite de mots Et unam, sanctam, catholicam et apostolicam Ecclesiam dans la composition des Credos. L'homme de Dieu semblait avoir absout Schubert, qui avait aussi des contacts avec des cercles libre-penseurs, pour ce manquement flagrant au protocole de la foi catholique. Il se plut aussi à souligner que la religion serait présente pendant le festival d'opéra puisque le Staatsoper monte pour sa soirée d'ouverture le Saint François de Messiaen.

Les applaudissements furent autorisés après la célébration et crépitèrent avec une reconnaissance toute jubilatoire sous les belles voûtes de Saint Michael.

La question ne semble pas se poser en Bavière de savoir s'il ne conviendrait pas de pratiquer la séparation de l'église et de l'opéra. On sait que dans nos démocraties l'Eglise et l'Etat sont séparés(3). On pourrait imaginer que  l'Opéra, essentiellement subventionné par le Land de Bavière, pratiquerait la même séparation. Ce n'est visiblement pas le cas: la messe de ce matin en est la preuve. Informations prises, les gages des musiciens sont, dans le cas de ce concert, pris en charge par la Pastorale des Artistes, la Kunstlerseelsorge, qui remunère les musiciens et les choristes. La collaboration entre la Pastorale des Artistes et l'Opéra fonctionne d'ailleurs fort bien depuis des années, et tout le monde s'en félicite.

Le prochain voyage au Vatican de l'orchestre et du Directeur général de la musique, Kent Nagano, qui iront jouer en octobre la neuvième symphonie de Bruckner au Vatican, à la demande du pape, et semble-t-il aux frais de l'Opéra, et donc du contribuable bavarois. En tout cas, le pape a bien de la chance, quand Nagano dirige la neuvième de Bruckner comme ce fut le cas en novembre au Théâtre national, on voit descendre les anges du paradis.

On est curieux de savoir ce qu'en pensent les contribuables non catholiques...La question est celle de la laïcité (4), mais elle reste relativement peu débattue en Bavière. Et sans doute cette question n'est-elle pas ici un sujet sensible comme elle pourrait l'être dans d'autres pays européens. En Bavière, elle semblera sans doute incongrue. Et elle n'agitait certes pas la foule qui s'est pressée ce dimanche à l'Eglise Saint-Michael pour entendre une Messe de Schubert magnifiquement exécutée, comme le bon augure d'un grand festival d'opéra.

(1)La Bavière compte 57 % de catholiques contre 21 % de protestants. Les Bavarois sont très pratiquants.  Les chrétiens-démocrates conservateurs de la CSU détenaient jusqu'il y a peu la majorité absolue,  sans discontinuer depuis vingt ans.
(2) Pour découvrir le programme musical à Sankt-Michael, cliquer ici.
(3) La Constitution allemande énonce clairement qu' il n'y a pas d'Eglise d'Etat.
(4) Depuis quelques années la présence des religions dans les sphères de l’éducation, de la santé et
de l’action sociale est contestée en Allemagne. L’exemple du cas des crucifix de Bavière
illustre cette contestation. En 1995, un père de famille bavarois soutenu par des organisations
humanistes proteste contre la présence systématique des crucifix dans les écoles. Selon lui, elle
contrevient au principe de neutralité religieuse de l’Etat ainsi qu’au droit fondamental à la
liberté religieuse individuelle (art. 4 GG). Après plusieurs recours, la Cour Constitutionnelle
Fédérale lui a finalement donné raison, tout en tentant de ménager la majorité chrétienne de ce
Land. Le texte de ce paragraphe provient d'une étude d'Amnesty International sur le droit et les religions en Europe.

Commentaires de lecteurs:

Le commentaire de Henry Faÿ

Je suis très heureux de lire ce message qui contraste avec le laïcisme anti-catholique sec et intolérant qui prévaut dans notre pays. Je vois que le désenchantement du monde, analysé par Marcel Gauchet n'a pas gagné toute l'Europe. Rappelez-vous les tempêtes de protestations imbéciles et hargneuses qui avaient marqué les représentations de Mireille, on ne lui pardonnait d'invoquer les Saints et les Anges au moment de sa mort, ça ne se fait pas, voyons, si avec ça vous voulez vous faire respecter des intellectuels parisiens!

J'avais toujours cru que si les messes de Schubert ne comportaient pas la mention et unam sanctam catholicam ecclesiam, ce qui les rend "non liturgiques", (mais le cardinal Wetter a levé l'interdit, je vais annoncer à mon curé la bonne nouvelle) ce n'était pas du fait des convictions religieuses de Franz mais sous l'influence du joséphisme, mouvement de réforme antipapiste instauré par Joseph II. Vérification faite, la messe de Schubert a été composée en 1815, Joseph II est mort en 1790, ça ne colle donc pas bien, sauf à considérer que le joséphisme ait survécu assez longtemps à son initiateur. Elles doivent être bien belles, les messes de Schubert, c'est le volet le moins mis en valeur de ce compositeur.

J'ai un petit regret que les applaudissements aient été autorisés car j'aimais cette coutume qui est, je crois, tombée en désuétude de ne pas applaudir à la fin d'une oeuvre sacrée dans une église. Le silence est alors ce qui convient le mieux, il ne s'agit pas d'exprimer son admiration pour les artistes, aussi grande soit elle, mais de poursuivre la méditation dans laquelle la musique nous a plongé et je sens que j'exprime ainsi très peu de ce que je ressens. J'avais un jour essayé d'expliquer ça à un jeune organiste, il ne comprenait rien à ce que je disais.

Tout cela donne envie d'y aller tant il est vrai qu'en ces temps post conciliaire la liturgie est triste et décevante. Et il est vrai aussi que les quartiers piétonnisés des villes allemandes sont admirables.


Le commentaire de Didier

Tu as donc enfin retrouvé la foi ! Deo Gratias…Quant à la chasuble, ta description correspond à un ornement ancien, datant d’une période (avant le XIXème siècle) où les couleurs liturgiques n’étaient pas strictement codifiées. N’importe quel textile, s’il en était jugé digne, quel que soit sa couleur ou son ornementation, pouvait donc être utilisé (voir ci-dessous).Ceci étant, je partage le sentiment de Monsieur Faÿ : seul un silence religieux sied à l’issue du Saint Sacrifice. Je soupçonne ce cardinal d’être dangereusement laxiste et en toucherai deux mots à Benoit.

Didier nous a envoyé la photo d'une magnifique chasuble 18ème siècle


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire