vendredi 15 avril 2011

Expo à la Glyptothèque: les statues du temple d'Alphaïa à Egine sont arrivées à Munich il y a 200 ans

 

Du 14 Avril 2011  au 31 Janvier 2012


Le combat pour Troie
Kampf um Troja 200 Jahre Ägineten in München


Cela fait exactement 200 ans, en avril 1811, qu'un groupe de chercheurs anglais et allemands découvrit les groupes statuaires des frontons du temple d'Alphaïa sur l'île d'Egine, la plus importante des îles du Golfe Saronique, à une heure de bateau du Pirée. Un architecte bavarois,  Carl Haller von Hallerstein (ci-contre) , faisait partie du groupe. Les chercheurs identifièrent rapidement les statues comme représentant des protagonistes de la guerre de Troie.

La Grèce était alors sous le joug turc, l'Angleterre était en conflit avec la France et la Méditerranée était incertaine. C'est dans un contexte historique des plus perturbé que ces hommes passionnés entreprirent des fouilles et mirent à jour ces groupes de statues parmi les plus beaux de la Grèce antique.  Ils en acquirent la propriété et les mirent aux enchères. Le rôle de Haller fut déterminant dans l'opération des transactions.  C'est le dauphin bavarois, le  Kronprinz Ludwig, celui qui allait faire de Munich une nouvelle Athènes, qui remporta les enchères. C'est à lui que l'on doit la Königsplatz et les deux musées d'antiquités grecques qui s'y font face.

Le goût de l'époque voulait que l'on restaure les statues en leur rendant leur apparence supposée. Rome était alors la capitale de la restauration, et c'est là que l'un des meilleurs restaurateurs, le sculpteur Bertel Thorvaldsen entreprit de restaurer ces groupes stauaires que les Allemands ont baptisé „Ägineten“ (Les "Eginètes").

Les statues restaurées furent installées en  1827 à la  Glyptothèque de Munich et constituent depuis lors un des  clous de la collection. Après la deuxième guerre mondiale, on décida d'en revenir à la présentation des statues originales et on ôta les parties restaurées. On réordonna également les groupes statuaires des façades est et ouest du temple d'Alphée. 

Pendant quelques mois, on pourra comparer les originaux avec les reconstitutions de Thorvaldsen, représentées en photo ci-dessus. 

Lors de la visite, on pourra aussi imaginer comment se présentaient les temples au temps de la Grèce antique. Si aujourd'hui nous sommes fascinés par la blancheur des marbres, on est fort loin de la réalité grecque antique: à l'époque temples et statues étaient entièrement peints. On a retrouvé des traces de pigments, ce qui a permis aux chercheurs d'essayer de restituer l'aspect original des temples et de leur statuaire. Un monde entièrement coloré, à des lieues de nos représentations.

Un livre très érudit et passionnant , magnifiquement documenté, intitulé Kampf um Troja, accompagne l'exposition. J'en conseille vivement  l'acquisition aux philhéllènes contemporains, si toutefois ils pratiquent l'allemand. Il faut en espérer  une traduction rapide en anglais et/ou en français.

Source de l'information et des reproductions: le site de la Glyptothèque de Munich.

Infos pratiques

La Glyptothèque est ouverte du mardi au dimanche de 10 à 17 heures, le jeudi jusqu'à 20 heures. Métro Königsplatz.
Entrée: 3,5 euros, 1 euro le dimanche

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire