samedi 5 mars 2011

Die Fledermaus au Theater-am-Gärtnerplatz: une chauve-souris vaudevillesque aux multiples vengeances

Die Fledermaus
Le choix du vaudeville

Le Theater-am-Gärtnerplatz propose depuis décembre dernier une nouvelle production de la Chauve-Souris  (die Fledermaus) de Johan Strauss fils dans une mise en scène d'Ulrich Peters, qui a choisi l'option de traiter la pièce plutôt comme un vaudeville que comme une comédie de moeurs légère, davantage à la manière de Courteline ou de Feydeau qu'à celle de Marivaux. Un travail précis sur la production d'effets et l'amplification du comique de situation. Rien qui ne soit très compréhensible par un public conquis par avance, qui se met à dodeliner de la tête et des genoux  pour scander la musique dès les premières mesures de l'ouverture. Il ne s'agit pas tant de renouveler l'opérette que de divertir, et ce pari-là est entièrement réussi.

La fête aux décors et aux costumes

Comme souvent au Gärtnerplatztheater , la fête est menée rondement et  tant les décors de Herbert Buckmiller que les costumes de Götz Lancelot Fisher y contribuent largement. Buckmiller est gagnant sur tous les plans: l' intérieur du grand bourgeois Eisenstein et de sa femme Rosalinde rendent bien l'impression du  riche et du cossu et du confortable dans le monde des  nantis de Paris ou deVienne, les grandes fenêtres vitrées de sa grande salle de réception bleu et or d'un grand hôtel particulier fin XIXème ouvrent  sur un jardin arboré avec une statue des trois grâces, mais où on se demande pourtant ce que viennent y faire les deux grandes représentations d'Andromède nue attachée à son rocher. S'il s'agissait d'évoquer la soumission de la femme, c'est fort éloigné de la réalité du livret de Karl Haffner et Richard Genée qui présente des figures féminines entreprenantes et  roublardes  qui mènent le monde des hommes à la baguette de leurs startagèmes inventifs. Si les femmes de la Fledermaus sont enchaînées , c'est qu'elles le veulent bien. En contraste très réussi sur l'abondance des couleurs chaudes, la prison verticale de Buckmiller,  réduite au premier plan de la scène, refroidit un moment un public rigolard et allègre, un court moment seulement car rien n'est très sérieux dans cette prison avec son gardien perpétuellement ivre ou son squelette débonnaire d'un prisonnier mort depuis longtemps mais qui rappelle  le squelette de nos classes de sciences plus qu'il n'évoque de mauvaises pratiques carcérales. La prison finit d'ailleurs par s'ouvrir pour laisser le passage à la fête finale au palais du Prince Orlofsky, pour l'explication et la réconciliation finale.

Les costumes montrent des robes à tournure, la traine étant remontée sur les hanches, que peuvent encore souligner un petit panier. Et il est vrai qu'il est beaucoup question d'histoires de fesses, comme en témoignent les corps très déshabillés de la fin de la fête dans les salons du Prince Orlofsky. Les jupons cocardiers  du french cancan (on a introduit quelques pages d'Hoffmann dans la musique de Strauss) sont aussi très réussis.

Les politiques borcardés

Die FledermausLes opérettes, et particulièrement la Chauve-souris,  sont souvent utilisées pour brocarder le politique: on se souviendra peut-etre que la production du festival de Salzbourg à l'été 2001, alors dirigé par Gérard Mortier, avait provoqué un tollé dans le public par une mise en scène rappelant le passé nazi de l'Autriche. Le pays venait de donner un succès électoral àl'extrême droite du nationaliste Jörg Haider...  Le Gärtnerplatztheater ne faillit pas à la tradition et adapte le livret au gré de l'actualité. C'est ainsi que le très-alcoolisé gardien de prison évoque une celulle vide qui conviendrait parfaitement pour un certain visiteur italien avec son cortège de scandales  et d'affaires non résolues en cours avec la justice, il mentionne également le 'Docteur G' qui a perdu son titre et cet autre 'D...ictateur G' qui devrait perdre bientôt son titre pour cause de terrorisme. On pense à Berlusconi, à l'affaire du dernier scandale allemand (l'ex Docteur Karl-Theodor zu Guttenberg, qui vient de démissionner de son poste de Ministre de la Défense après qu'il a été démontré que sa thèse de doctorat était un plagiat éhonté), ou encore au numéro 1 du terrorisme lybien, le Colonel Khadafi, dont le nom s'écrit Gadafi en allemand. Et, contrairement au public de Salzbourg, le public se montre débonnaire et rit de bon coeur, même si l'on sait que les sondages donnent une popularité accrue au  jeune Ministre démissionaire. Le même gardien de prison, fort bien joué par l'excellent comédienThomas Peters, s'amuse de la rivalité supposée entre les deux opéras munichois, le Staatsoper et le Theater-am- Gärtnerplatzt: "On n'est pas à l'opéra ici, c'est une maison sérieuse, d'ailleurs on va la rénover de fond en comble". Frosch parle de la prison, mais on sait aussi que le Theatre-am-Gärtnerplatz devra bientôt délocaliser ses productions pendant le période de rénovation, qui risque d'être longue.

Rosalinde est interprétée avec brio et générosité  par Heike Susanne Daum, avec son soprano très confiant , Tilmann Unger en Gabriel von Eisenstein et Torsten Frisch en Dr Falke campent bien les amis antagonistes, tandis Ella Tyran en Adele joue admirablement les soubrettes délurées. L'orchestre est mené par la baguette enjouée et très applaudie de Benjamin Reiners.

Renseignements et réservations

Il ne reste que trois représentations et les deux premières sont déjà complètes, tant la nouvelle production a du succès. Quelques places restantes pour le 10 mai. Pour réserver , cliquer ici puis sur Karten bestellen en face de la date désirée.
On peut cependant imaginer une reprise l'an prochain.

Crédit photographique: Hermann Posch

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire